February 5th, 2015

Tintin moussaillon

Saynette nouille


" Oh my god, c'est vous ?
- Pardon ?
- Vous êtes Maggie Gyllenhaal, quel honneur, je suis votre plus grand fan !
- Ah, merci. Juste, ça se prononce Djyllenhâal.
- Guilenàle.
- Non, avec un G mouillé. Et le e final est muet parce qu'il n'y en a pas.
- Gouillénalle ?
- Attendez, je vais vous le faire par petit morceaux. "Djh", comme dans Dzhokhar Tsarnaev, le terroriste de Boston, le y est intermédiaire entre un i et un u, un peu comme...
- Oh là, eh, une minute... Vous croyez en la métempsychose ?
- La quoi ?
- La métempsychose, la réincarnation quoi.
- Ben, je sais pas...
- Bon, alors la prochaine fois, un conseil, essayez Smith, ou Jones, ou Martin, un truc facile. C'est imprononçable votre bordel, là.
- Vraiment ?
- En plus vous n'avez aucune excuse, vous êtes une femme. Mariez-vous, prenez le nom de votre mari, et hop, ni vu ni connu.
- Vous avez peut-être raison, je vais y réfléchir"

Trois mois plus tard.

" Eh, vous, le fan, je vous reconnais !
- Oh, Maggie, mais vous resplendissez.
- Oui, c'est le bonheur d'avoir trouvé l'homme idéal. Je voulais vous remercier, j'ai suivi votre bon conseil, grâce à vous je suis une autre femme.
- Je suis ravi de l'entendre. Et qui est l'heureux élu ?
- Oh, un collègue acteur. Vous savez, avec nos emplois du temps, nos vies de fous, c'est difficile de se marier en dehors de la profession. Vous le connaissez sans doute, il a beaucoup de succès en ce moment, c'est Benedict Cumberbatch. "

Il la viole, la tue, la découpe et la mange.


Comme aime à dire Hector Obalk, pour apprécier l'art, pour reconnaître un génie d'un gars un peu doué, il faut faire par comparaison. Depuis quelques temps, j'écoute les multiples versions de "Satisfied mind", un standard de la country, pour m'ouvrir un peu aux subtilités de ce genre (non, j'écoute pas que du métal).

La version de Johnny Cash est la plus simple, et je vous mets au défi d'en trouver une meilleure.