?

Log in

No account? Create an account
 
 
aspexplorer
17 August 2018 @ 07:32 am
L'histoire de la conquête de l'ouest sauvage ne fut pas cette chevauchée glorieuse vers une destinée manifeste qu'aime encore parfois à magnifier la propagande hollywoodienne. Ce fut un chaos, un magma humain de destinées croisées où, dans les grandes plaines des USA naissants, se mêlaient, parfois incongrument les histoires de tous les peuples de la terre.

Ainsi, dans les années 1870, pour permettre à la Trans Union Pacific Railway de traverser l'Oklahoma, pour le plus grand profit des moguls de la Nouvelle-Angleterre, des milliers coolies Indiens avaient été embauchés. Sous un soleil de plomb, ces malheureux trimaient dans des conditions inhumaines à bâtir le grand pays de la liberté, sous la garde narquoise d'une petite compagnie de contremaîtres Français, eux-mêmes chassés de chez eux par la répression de la Commune. Ces hommes désabusés n'auraient, en temps normal, jamais songé à humilier leurs camarades travailleurs, mais ce jour là, il se trouvait qu'ils avaient mis la main sur trois caisses de mauvais vin de Californie, qu'ils avaient éclusé comme des Français se doivent de le faire. Bien gais, ils chantaient maintenant à foison, apostrophant les fils du Brahmapoutre d'une façon bien peu civile. Bientôt, ils prirent pour tête de turc l'un des Indiens, un sadhu, un religieux qui à la pause, s'éloignait de ses collègues pour méditer sur un rocher, immobile.

Afin d'éprouver cette immobilité, l'un des Français posa le bouchon de liège de sa bouteille sur la tête de l'homme, qui ne bougea pas un cil. Enhardi, il déposa un deuxième bouchon en rigolant, puis un troisième. Bientôt, ses amis l'imitèrent, enfouissant le malheureux yogi sous trois douzaines de bouchons. C'était sans doute hilarant.

Soudain, le silence se fit. Derrière les Français venait d'apparaître un cavalier, un homme massif masquant le soleil. Un Indien. Pas d'Inde, un Indien des plaines, un Arapaho pour être précis. Avec son impressionnante coiffe en plumes d'aigle et son visage buriné par le soleil, c'était le chef légendaire Wise Bull qui toisait maintenant ces hommes sans rien dire.

Honteux, ils se dispersèrent, et l'incident n'eut pas d'autre conséquence que de donner naissance à l'une de ces savoureuses expressions populaires que l'on répète à l'approche de l'été sans en connaître le sens ni l'origine : Bison Futé voit des bouchons sur l'ascète.