?

Log in

No account? Create an account
 
 
aspexplorer
Me voici enfin découvrant ce lieu mythique, le Backtage, qui forme comme son nom l'indique l'arrière-salle du bar O'Sullivan, jouxtant le Moulin Rouge (bref, c'est à Pigalle). L'endroit est bien tenu, et l'organisation en donne pas d'impression amateuriste. La salle est assez vaste, bien que encombrée de piliers mal placés, et permet donc de digérer, à premier vue, le double de la Boule Noire où avaient eu lieu les deux précédents concerts parisiens du groupe.

Bref, après 26 heures à poireauter, les maids arrivent. Elles nous offrent ce soir un généreux concert de 95 minutes, ce qui laisse le temps de sortir les classiques, les nouveautés, un petit instrumental sympa en mode "kami band", et bien sûr, le traditionnel speech kawai de Miku où on comprend quedalle. Je me souviens qu'au premier concert de la Boule Noire, il n'y avait tellement pas grand monde que j'étais quasiment au premier rang. L'année suivante, l'étais vers le milieu de la salle, qui s'était bien remplie. Aujourd'hui, le Backstage était sold-out, ce qui témoigne de la popularité croissante de Band Maid, même si on est loin des foules qu'elles trimballent au Japon. Et ce sont de toute évidence des connaisseurs qui emplissent le Backstage, car ils reprennent les refrains, leur enthousiasme allant même jusqu'à provoquer quelques cas de slam. Pour le reste, son excellent, lumières correctement mises, musique jouée à la japonaise, avec une virtuosité qui parfois surprend, et des passages très métalleux, Misa a descendu son flacon de JD, les maids sont devenues un groupe bien calé et professionnel.

Les photostres


J'étais au concert de Band Maid


Le groupe en majesté


J'étais côté Miku, donc j'ai surtout pris Miku


Saiki et kanami


Miku fait honneur aux trois couleurs