January 29th, 2019

Gratte

Judas Priest + Disconnected au Zénith, 27/01/2019

C'est sans déplaisir que j'avais vu le concert de Judas Priest au dernier Hellfest, aussi avais-je peu hésité avant de prendre mon billet pour ce concert, voici pas mal de mois. En revanche, je me demande pour quelle raison ils ont tant attendu pour annoncer la première partie, ce ne sont quand même pas les volontaires qui manqueraient une occasion de se faire le Zénith.

La bonne fortune est tombée sur Disconnected, un groupe français, annoncé donc ce mercredi. Visiblement, ils sont contents d'être là, comme le frontman le souligne d'ailleurs. Il s'agit d'un groupe de prog/djent bien énervé, très jeune mais qui a des ambitions. On a parfois du mal à s'accrocher à la ligne mélodique mais l'allant du groupe leur fait rapidement s'attirer une certaine considération.

Mais bon, et les vieux alors ? Après avoir annoncé le début du concert par un petit hommage aux autres pères du metal, Black Sabbath, voici qu'arrivent les prêtres. On peut s'attendre, dans ce genre de concert, à quelques extraits du dernier album, un petit tour de la discographie, une ou deux raretés, et puis on finit par South of Heaven, Raining Blood, et Angel of Death.

Bon, ben c'est un peu ça le plan.

Moyennant quoi, quand c'est bien fait, ça passe. On n'a pas trop l'impression de voir les légendes du metal, juste un bon groupe de hard rock qui est, lui aussi, content d'être là. Du coup, porté par la ferveur du public, je passe à nouveau un fort bon moment en compagnie de Papy Rob et ses compères. Le public, puisqu'il faut en parler, fut aussi une grande source de satisfaction. Certes, il n'y a pas eu les habituelles pitreries, mais je m'aperçus vite qu'en plus des vieux crabes dans mon genre, la fosse était remplie de petits connards de métalleux qui n'étaient pas nés quand Juju fêtait ses vingt ans de carrière, et ça, c'est une bonne nouvelle pour le genre qui nous est cher.

Ah, et puis aussi, il y avait le viking.

Les Photostres

Disconnected

Disconnected, pas peu fiers d'ouvrir pour Judas Priest


Succédant ainsi à un groupe légendaire


Bon, par contre, la lumière, c'était pas ça


Le gratteux de Disconnected, qui se la pète comme s'il faisait le Zénith


Un frontman plutôt content de succéder à Su-Metal


Une splendide bannière cache la scène avant le pestacle


Ambiance Cendrillon


Mais à qui appartient ce crâne chenu ?


PEPE ROB !


Inconsolable du départ de Yui, mais digne toutefois


Ouais, ça envoie


On se concentre côté grattes