?

Log in

No account? Create an account
 
 
aspexplorer
Je savais que c'était une mauvaise idée. J'y suis pas allé par hasard. On m'avait prévenu, je savais que ça allait être dur. Mais même en le sachant, Puella Magi Madoka Magica, c'est rude.


Pourtant de prime abord, on ne se méfie pas

Vous savez tous ce que c'est que les magical girls. C'est un sous-genre de shojo manga/anime, mettant en scène des fillettes/lycéennes qui se retrouvent avec des pouvoirs magiques pour une raison ou pour une autre, et qui les utilisent pour combattre le mal. Elles peuvent faire ça seules, ou en groupes. C'est un genre de manga qui remonte aux années 70 (avec Cutey Honey), et qui est toujours populaire aujourd'hui.


En principe c'est supposé ressembler plus ou moins à ça

Dans un truc à magical girl, vous allez trouver normalement :
- Écolières en jupettes
- Transformations
- Phylactère (bracelet, médaillon, tiare, sceptre, n'importe quoi)
- Petit compagnon magique qui parle (un chat ça le fait bien)
- Intérêt romantique pour un bellâtre efféminé
- Combats contre les méchants
Et dans Puella machin, vous allez trouver tout ça. D'ailleurs, ça a été marketté comme un anime de magical girls.


A priori, rien d'anormal là-dedans

Y'a douze épisodes, je résume les trois premiers. Spoilers ahead.

Episode 1 : Madoka et Sayaka sont deux collégiennes qui se retrouvent dans des souterrains, où elles secourent une sorte de chat magique poursuivi par une autre écolière du nom de Homura, qui semble peu amène, et douée de pouvoirs magiques. Alors qu'elles s'enfuient, elles sont expédiées dans une autre dimension, et attaquées par des petits personnages inquiétants. Une autre magical girl, du nom de Mami, s'interpose et les détruits, ce qui permet de revenir dans le monde réel. Mami explique alors que le monde est hanté par des sorcières qui attirent les humains dans des dimensions altérées pour les tuer, et que le rôle des Puella Magi est de détruire ces sorcières. Le chat, qui s'appelle Kyubey, opine. Déjà, quelques éléments clochent. En premier lieu, le comportement de Homura est étrange, les magical girls ne sont pas supposées tuer le chat. Et puis, le "monde réel" est bizarre. La technologie semble très avancée, les bâtiments très grands, architecturalement étranges et démesurées...


Une église en ruine typique, mesdames-messieurs

Episode 2 : Sayaka et Madoka suivent Mami dans une chasse à la sorcière. On découvre les soul gems (les phylactères des Puella Magi), les grief seeds (que les sorcières laissent derrière elles), et on constate que les deux sont liés, ce qui normalement doit faire lever un sourcil suspicieux. Les filles sont très admiratives de Mami, mais Homura, qui se pointe, est toujours aussi sombre et hostile, et fait de son mieux pour empêcher les gamines de devenir des Puella. Kyubey le leur propose, arguant du fait qu'il leur suffit de faire un vœu, n'importe lequel, qu'il exaucera, et elles deviendront des Puella.

Episode 3 : Sayaka et Madoka se demandent toujours si c'est une bonne idée de devenir des Puella, et accessoirement, quel vœu elles vont faire. Mami ne semble plus si admirable tout d'un coup, elle a un coup de mou, et demande aux girls de bien réfléchir avant de s'engager. Finalement, après les avertissements de Homura, ça ne semble pas si génial que ça, la vie de Puella. Néanmoins, pour se faire une idée, elles suivent à nouveau Mami en chasse. Elles défont les mignons, arrivent à la sorcière, Mami va pour la détruire, mais la sorcière se transforme inopinément, et bouffe la tête de Mami. C'est Homura qui finit la sorcière. Mami est morte. Genre dead la meuf. C'est à ce moment là, normalement, qu'on comprend qu'on n'est plus vraiment dans un trip Creamy Mami.


Un moment iconique de l'histoire du manga moderne

Et à partir de là, c'est downward spiral. L'horreur de sa situation se dévoile peu à peu à Madoka. On apprend, dans l'épisode 10, d'où vient Homura, et quel est le but de Kyubey (c'est pire que ce qu'on imaginait). Dans l'épisode 11, on apprend pourquoi Madoka - qui n'est toujours pas devenue une Puella - intéresse tellement Kyubey (et c'est encore pire qu'à l'épisode d'avant). Et finalement, ce n'est qu'à l'épisode 12 que Madoka finit par devenir une Puella Magi, justifiant le titre de la série... et offre un relatif happy ending à une série qui dans l'ensemble, ne donne pas du tout envie de devenir Sailor Moon.

Madoka en elle-même n'est pas très intéressante, ni plus que ses copines. Ce sont des archétypes de manga perdant peu à peu leurs espoirs, à mesure qu'elles sont confrontées à inéluctabilité de leur destin. Le personnage éminent de la série est Kyubey, le chat. Dès le début, on comprend qu'il ne faut pas trop s'y fier. Et pourtant, on le suit. A chaque fois que ses tromperies se dévoilent, il a une explication logique et on a envie de le croire, jusqu'à la fin. Kyubey n'a pas de sentiment, il l'avoue bien volontiers au début de la série. Il n'a rien d'humain. Il n'a aucune empathie pour les pauvres filles dont il ruine la vie, ni pour les victimes des sorcières. Il assume. Il ne ment pas, la vérité est seulement trop horrible pour que les gamines aient l'idée de le questionner. Seule Homura connaît les plans de Kyubey et les moyens qu'il emploie. Les Puella, au cours de leur élévation, sont dépouillées de leur âme, qui se retrouve dans la soul gem, comme son nom l'indique. Les corps ne sont plus que des enveloppes mortes, animées de l'extérieur par les gemmes. Pour Kyubey, l'humanité n'est qu'un réservoir d'émotions à exploiter pour créer de l'énergie. Pour ça, il donne naissance aux Puella, qui à mesure qu'elles combattent, finissent soit par mourir, soit par devenir elles-mêmes les sorcières. Les soul gems corrompues deviennent des grief seeds lorsque la Puella a perdu tout espoir de sauver l'humanité. Ça dure comme ça depuis le début de l'humanité. Tout ça, apparemment, est très important pour des puissances cosmiques qui ne sont jamais explicitées. Et Madoka est la pièce finale à son plan. A la toute fin de la série, l'élévation de la Puella, et sa conversion, doivent donner naissance à la plus puissante des sorcières, celle qui anéantira la Terre, créant de fantastiques quantités d'énergie.


Walpurgisnacht, l'ennemi attendu depuis le premier
épisode, qui doit précipiter la conversion de Madoka

Kyubey a toujours des justifications logiques à ces atrocités. Il ne s'emporte pas. Il explique posément ce qu'il va faire. Il n'a aucune conscience de faire le mal et, il l'explique lui-même à plusieurs reprises, il ne comprend pas les humains. Kyubey est pour moi ce qui, dans la culture populaire, se rapproche le plus d'une entité lovecraftienne comme Nyarlathotep. Il n'est pas maléfique, il a sa logique et ignore le bien et le mal, et la destruction de l'humanité n'est qu'une étape dans l'évolution de l'univers. Le parallèle lovecraftien peut être poussé plus loin. Lorsque Madoka devient finalement Puella, elle profite de son souhait pour remodeler l'univers à sa guise, et devient omniprésente dans le temps et dans l'espace, incapable d’interagir directement avec le monde, mais consciente de toute chose. Ceci rappelle les attributs traditionnels de Yog-Sothoth.


Moe moe Yog-Sothoth

Et par son vœu, Madoka remodèle réellement le monde. Sans avoir accès au cycle Puella-Witch, le cosmos a moins d'énergie à sa disposition, alors, dans les dernières minutes de la série, on voit que les splendides architectures du monde d'avant, dont seule Homura garde le souvenir, ont été remplacées par des paysages urbains de notre Japon contemporain. Le monde a perdu l'essentiel de sa magie, c'est le prix que l'univers a payé pour mettre un terme à l'atroce destin des Puella.


Elle met du temps à se décider, mais une
fois que c'est fait, ça a de la gueule

J'aurais pas dû regarder ce dessin animé.


Laisse pas traîner ta fille
Tags: