?

Log in

No account? Create an account
 
 
aspexplorer
Dernière mise en jambe avant les chorégies lyriques de Clisson, me voici, par une soirée pluvieuse, qui me dirige vers les hauteurs de Ménilmuche pour aller écouter des brütalités à la Maroquinerie.

Nevalra est déjà en train de jouer quand j'arrive dans la salle, qui est clairsemée (elle finir mi-remplie). Difficile dans ces conditions pour cette formation de death crasseux de soulever un grand enthousiasme, et je dois dire que le son n'est pas le meilleur du monde.

Vient ensuite Thy Antichrist, qui malgré la brièveté du set, ne lésine pas sur les props : corpse paint imaginatif, masques, tenues, bâtons à tête de démon, bref, du bon black qui nous vient de Colombie. Et malgré la mutité du chanteur quasi-inaudible, je dois dire que je suis assez vite conquis (au point de leur prendre un hoodie, tiens).

Le groupe suivant, je le connais bien, puisque c'est Wolfheart, déjà vu une paire de fois, qui revient nous en remettre dans la gueule. Alors attention, c'est Wolfheart, le groupe de melodeath Finlandais, à ne pas confondre avec Wolfheart, qui est un groupe Finlandais pratiquant le melodeath. Ils ne sont pas aussi en forme que la dernière fois (ou alors c'est la bière que je viens de me siffler à jeun, mais ça reste distrayant.

Pour finir, voici Carach Angren, et là, ça devient très distrayant : avec un sens du spectacle digne d'éloges, le longiligne et charismatique frontman ne ménage pas ses effets de manche, ses poses et ses malédictions, tandis que ses collègues nous balancent ce qu'ils appellent du black symphonique (il y a en effet un clavier sur scène !), c'est varié, parfois effrayant, et on ne s'ennuie pas une minute.

Des tophs

Nevalra :


Thy Antichrist :






Wolfheart :




Carach Angren :






>> Classe, Tati, presque aussi élégante qu'une actrice de boulard... <<