?

Log in

No account? Create an account
 
 
aspexplorer
09 July 2019 @ 06:40 am
(en photostres)


La première chose à savoir sur Trèves, c'est que c'est en Sarre,
donc frontalier de la France, où le génie national a laissé de
nombreuses traces (bon, là, ce bâtiment est moche, OK...)



Curieux cadrage, permettant de dissimuler un échafaudage moche sur la gauche


Un joli parc à la Française


Rococo style pour le palais des électeurs je sais pas quoi.
En fait c'est un bâtiment administratif, ça ne se visite pas.



Il a fait beau, avec quelques passages nuageux, idéal pour la photo


Rue de Trèves (depuis un centre commercial)


La place du marché, qu'on ne peut pas louper. Ravissant.


A l'arrière, la cathédrale, la plus vieille d'Allemagne. Merveilleuse.


Problème du séjour, la salle de concert (à droite) était fort éloignée de
mon hôtel, donc à la fin, j'ai dû me trimballer ma carcasse brisée sur bien,
ouh, au moins genre cinquante mètres (à gauche, au bout de la rue).



Porte ornée


Aspect de la cathédrale


Intérieur de la Porta Nigra, emblème de la ville


La ville, depuis une fenêtre de la Porta Nigra où
apparemment, les visiteurs lancent des pièces



Toujours la Porta Nigra. C'est la porte romaine
la mieux conservée au nord des Alpes.



Les bas-reliefs sont encore là.


Un édifice toujours imposant, surtout si on considère que Trèves
en comptait trois ou quatre autres du même genre au IIIe siècle



Alors là par contre, on est sous les thermes impériaux


Ruines des susdits


Bel appareil de mâçonnerie antique


Là encore, il faut ruser pour éviter d'avoir des échafaudages dans le champ


Il y avait un rallye de vieilles Mercedes


L'Allemagne telle qu'on l'aime (sous la pluie). Aspect de la
place du marché, avec dans le fond, la tour de Saint Gangolf



Une tour médiévale, ayant cannibalisé ce que je
crois être des niches funéraires romaines.



Observez ce pont. Il transpire l'ennui et la laideur. Et pourtant...


...ben, il a 18 siècles, il date aussi des romains


Alors ça par contre, ça ne date ni des romains, ni des princes-électeurs, c'est
du post-bauhaus (un bunker du IIIe Reich, peut-être destiné à la DCA). Curieusement,
la municipalité fait tout pour cacher ce vestige, qui ne se visite pas.



Lycée de l'école "Möches Style"


Encore la place du marché


Intérieur de la Basilique de Constantin. Jadis, s'élevait ici le trône
de l'empereur Constantin (Trèves fut une capitale de l'empire romain).
A la renaissance, le bâtiment fut démoli et seul resta le chœur semi-circulaire
qu'on voit au fond. La nef fut rebâtie au XIXe siècle et consacrée au culte
réformé. Ayant bien morflé en 44, elle fut remise en état par la suite.



La Judengasse, qui donne sur la place du marché. Alors j'ai cherché, je
n'ai pas trouvé les juifs en question. En demandant à un local, j'ai appris
qu'ils avaient tous mystérieusement disparu vers le milieu du siècle dernier
en raison du changement climatique. Tout ça est bien étrange.



Euroshop. Sans intérêt, si ce n'est que le plus célèbre des
enfants de Trèves y passa, justement, une partie de son enfance.
Et qui est ce trèvisorois si fameux ? Karl Marx.



Intérieur de Saint Gangolf. En fait, l'église est
assez petite, le clocher est tout à fait démesuré.



L'entrée de Saint Gangolf (on peut facilement la rater)


Intéressant monument de Trèves : le machin électrique
qui est planté au milieu de la grand-rue.



Une passion allemande : la sandale moche


Les jardins de la cathédrale sont difficiles
à trouver, mais ça vaut le coup de chercher.



Hugin est toujours aussi merdique.


Ça c'est des belles tuiles.


Rue de Trèves en HDR, histoire de finir en beauté