?

Log in

No account? Create an account
 
 
aspexplorer
Nous vivons une bien triste époque où les fondements les plus fermement assis de la civilisation et de la décence morale chancellent sous les coups de forces brumeuses, drapées dans le péplos de quelque bien nouveau et immanent dont elles seraient les gardiennes. On est donc sommé de changer de grammaire, car paraît-il le français est une langue patriarcale qui opprime les femmes par son participe passé. Les constations les plus triviales et les plus immédiates sont taxées de fake news, de théorie du complot, et rejetées avec dégoût quand elles ont le malheur de contrevenir à une bien-pensance décrétée par quelques obscures prêtresses velues vomies des universités américaines. On est sommés de hululer à la fin du monde parce qu'il fait beau en été. L'ONU s'alarme de ce qu'on mange de la viande. Il sera bientôt interdit de questionner la santé mentale de ces gens qui se font couper les couilles parce que les eunuques sont à la mode. C'est un phénomène qui touche tous les pays occidentaux, mais qui est particulièrement tragique en France, qui se prétend encore pays des Lumières et où, parmi les aristocrates autorisés à la parole publique, il ne se trouve aucun Voltaire pour s'émouvoir d'une répression policière qui choque jusqu'au gouvernement Russe.

Et donc, dans cette ambiance de fin de civilisation, où toute exigence de rationalité semble rangée à jamais dans le carton poussiéreux des vieux concepts d'intellos chenus, je me faisais la réflexion qu'il y avait un truc qui manquait à ce festival de couillonnade.

Où est l'espéranto ?

Comment se fait-il que l'oppression linguistique n'ai pas émergé, aux côtés des droits des LGBTQI+EAD, l'animalisme, la migrologie et autres combats artificiels sortis des écoles de marketing, comme l'un des concepts-phare de tous ces tordus ? Sans doute cette éruption de crétins cosmiques est-elle apparue un peu trop tard dans l'histoire du ranto, à un moment où même le dernier carré des acharnés du parloj sont trop fatigués pour rejoindre les cortèges de crasseux bredouillants.

Ou alors, ça fait pas partie du plan.

Allez savoir.




Some old Epica shit with new video