?

Log in

No account? Create an account
 
 
aspexplorer
En une semaine, je passe donc d'un extrême à l'autre, du Forum de LA à une salle tellement petite que j'en ignorais l'existence alors qu'elle est à deux pas de chez moi, du spectacle hyperproduit de Babymetal à deux groupes à peu près inconnus qui font les roadies eux-mêmes. Les Etoiles sont donc un petit théâtre avec une minuscule mezzanine du côté de Château d'Eau, un coin où on n'avait pas vu autant de blancs en liberté depuis les années 60.

Il y a une audience décente, une bonne centaine de personnes dirais-je, pour Forever Still, une formation danoise qui grenouille dans le milieu du sympho-emo-indé depuis une dizaine d'années et qui, mine de rien, semble s'être fait quelques fans, si j'en crois la joie d'un convive quand il découvre qu'ils font la première partie (je dois signaler ici que le concert avait été assez mal marketté, à tel enseigne que c'est moi qui me suis fendu de la fiche sur Sueur de Metal). J'avais jeté une oreille distraite avant de venir, en mode "ouais, ok, admettons", mais par la magie de la scène, Forever Still prend une autre dimension. C'est un de ces groupes qui prennent leur sens en live, je ne m'ennuie donc pas le moins du monde au cours de ce set fort inspiré, avec des petits problèmes techniques qui font tout le charme de ce genre de prestation (en particulier, un theremin facétieux). Un son très correct, des musiciens qui savent ce qu'ils ont à faire, une chanteuse concernée par sa prestation, une parfaite entrée en matière.

Début de tournée pour Cellar Darling, qui installe son petit bordel sans chichi. Pour les deux dou fond qui l'ignorent peut-être, CD est une formation née en 2016 de la défection de trois membres d'Eluveitie, Merlin Sutter, Ivo Henzi et Anna Murphy. Ils sont là pour promouvoir leur concept album The Spell, qui parle de la mort, donc ça va pas être très gai, mais au bout d'un moment, on repassera sur le premier album (les oldies, comme dit Anna, même si le groupe ne remonte pas vraiment aux sixties) qui était plus réjouissant. La musique de Cellar Darling est difficile à définir, et l'instrumentation pour le moins originale n'aide pas à cataloguer ça. Ils sont quatre sur scène, car ils ont embarqué un bassiste pour la tournée. C'est évidemment Anna Murphy qui capte l'attention, d'une part parce que c'est la chanteuse, et d'autre part parce qu'elle joue à elle seule la moitié des instruments du groupe (clavier, flûte traversière et vielle à roue). Accessoirement, c'est une chanteuse très capable, très expressive, proche du public, qui rappelle un peu, par moment, Anneke van Giersbergen.

des photostres


La chanteuse de Forever Still qui, surprise,
ne ressemble pas tout à fait à un phacochère



Elle fait aussi clavier. L'éclairage par contre, je ne suis pas fan


L'originale technique dite du "batteur latéral" (la scène est petite)


C'est qui qu'a dit que je ressemblais à Saiki que je le bute ?


Theremin tiem


C'est ici le concert de Crushing Anal Destruction ?


Anna (au TZ101)


Ze band


Le bassiste inconnu


Pipo


Solo


Badabadoum


C'est pas encore Bercy, OK...


Deux groupes dans une camionnette...