October 23rd, 2020

Papy Asp

La croix et la bannière

C'est au cours du siège d'Antioche de 1098 que Robert d'Entretoise, fils de Simeon IV, comte de Foix et de Brunehault d'Artois, se prit d'une haine sanglante envers Goémont le Hardi, Chevalier du Saint Sépulcre et neveu par alliance du duc de Brunswick. Ce dernier, en effet, convoitait la jeune Clothurne d'Anjou, riche héritière batave, promise pourtant à Robert par Alexis II Comnene, vice-roi de Bizerte et de Sphaygne (aujourd'hui Al Phrakir, en Syrie). Outragé, Robert invoqua le serment d'Alexis pour le contraindre à lever l'armée de Parna contre la forteresse de Kharakal, située sur les terres du Languedocien. Inquiets à juste titre des arrière-pensées de Robert, les vassaux d'Alexis II Paléologue, au premier rang desquels se trouvaient le chanoine de Jerusalem Ambert de Fourmes et le margrave Kohnard de Bosch, récemment libéré des cachots Seljoukides contre une importante rançon, pressèrent celui-ci de lever à son tour l'ost de la Tripolitaine, afin de porter secours à Goémont, prétextant les liens d'Alexis avec Gontrude de Parme, l'épouse du borgne. Or, cela n'arrangeait pas les affaires d'Alexis Comnène, ni celles d'Alexis Paléologue, car si vous vous souvenez de l'épisode précédent sur le sac de Tyr, il s'agissait d'une seule et même personne. Et c'est ainsi qu'après s'être déclaré la guerre à lui-même, et avoir mené ses deux armées dans la plaine d'Ascalon, quelque peu las, il se retira sur les collines, où dit-on, il rencontra Saladin qui se promenait dans le coin par hasard, et lui confia ces paroles restées célèbres : "L'Orient, c'est compliqué".



Je viens de découvrir la chaîne
youpute Herodote'com. C'est dément.