February 17th, 2021

Fermé

We all knew this day would come

Or donc, Delain est le premier des groupes de métaux que je suis à prendre les bateau pour le Valinor. Certes, Delain n'est pas tout à fait mort, puisque Martin Westerhold, qui était à l'origine du projet, reste seul sur le pont, mais dans les faits, tous les autres sont partis, y compris Charlotte, et j'ai quelques doutes sur la suite des événements. Il n'est pas certain que la pandémie mondiale du covid du poulet soit exactement la cause de cette séparation. Rétrospectivement, le concert des 15 ans de Delain sera donc resté comme le dernier du groupe, et j'ai eu la chance de pouvoir y assister, je n'ai donc pas trop de regret.

Cela dit, je ne me fais pas d'illusion, ce n'est que le début. L'arrêt des concerts et des festivals a brusquement privé tout cet univers de ses sources de subsistance, et après un an à tenir coûte que coûte, ces confinements débiles vont fatalement venir à bout de nombreux groupes que j'apprécie. Et ça ne vaut pas que pour les groupes de metal d'ailleurs. Il suffit de se promener dans les rues de nos villes pour voir de nombreux rideaux tirés sur des commerces qui y ont cru un mois, puis deux, puis six... mais qui ne rouvriront pas. La moitié des hôtels parisiens sont toujours fermés depuis mars dernier. Le tourisme, les restaurants, les musées, les cinémas, le sport, la vie festive... Tous ces gens sont non-essentiels, oui, mais ils sont nombreux, très nombreux, ils représentaient la part la plus dynamique de notre économie désindustrialisée. On les a tués parce qu'apparemment, c'est hyper important que les services de réanimation ne soient pas saturés. Pour autant qu'il y ait un lien de causalité entre ces deux faits, bien sûr.

Ils ne sont pas essentiels, à part un petit détail quand même : ils nous rendaient heureux. C'est pour pouvoir se payer leurs services que les autres, les "essentiels", se crèvent le cul à leurs boulots de merde.

Le premier confinement était une erreur, le second fut une faute, le troisième est une tragédie. Si vous pensez que le pire est derrière nous, vous vous illusionnez. Toute la merde de 2020 est restée en suspens dans l'atmosphère, soutenue à bout de bras par le "quoi qu'il en coûte", mais ça commence à nous retomber dessus. Ça ne fait que commencer. Tout va changer. Votre vie va changer, et pas en bien. Le monde que vous avez connu est mort, c'est son cadavre que vous voyez tous les jours dans les rues de vos villes.