June 2nd, 2021

Tintin moussaillon

Janfutrilium Megalorchis

" ...environnemental et biodiversitaire, en un mot, une véritable catastrophe écologique. J'ai avec moi Raùl Bradabong, directeur de la Xinxiang Islandaõ Company, qui a accepté de s'en expliquer. Alors, monsieur Bradabong, bonjour.
- Bonjour Jean-Gluten, et bonjour à tous les téléspectateurs d'Arte.
- C'est vous je crois qui avez eu l'idée de ce projet controversé, n'est-ce pas ?
- Oui, tout à fait, c'est mon idée de A à Z. Je peux dire que c'était beaucoup de travail, oui. Il a fallu faire de longues études de marché, convaincre les investisseurs de la viabilité du concept, réunir les financements, et puis, mener à bien ces travaux d'aménagement qui ont totalement changé la physionomie de l'île. Mais aujourd'hui, je crois que nous pouvons dire que nous sommes bien engagés sur la voie du succès, comme vous pouvez le constater par vous-même d'ailleurs.
- Quelles ont été les impacts de ce projet sur la faune locale ?
- Ah, alors une des premières tâches a été précisément de nous occuper de la faune locale, qui comportait plusieurs espèces endémiques. Ça a pris six mois, mais nous avons totalement désorangoutangisé l'île, nous avons éliminé à peu près tous les vertébrés de la région, y compris les rongeurs, qui pouvaient attaquer les racines de nos plants. Il ne reste plus un nid d'oiseau, plus une colonie de guêpes, on a balancé assez de pesticide pour démoustiquer la Floride. On a fait entièrement place nette.
- Ah oui ?
- On ne s'est pas arrêtés là, on a aussi arraché tout le couvert végétal, jusqu'à l'herbe. Il ne reste plus aucune fougère. Nous y avons veillé avec le plus grand soin. Nous avons ensuite nivelé les collines, canalisé les cours d'eau dans des buses en béton, bref, aujourd'hui, c'est très plat et totalement contrôlé. Nous avons veillé à ce que la nature consacre 0% des ressources disponibles à faire pousser des pissenlits, et 100% à nourrir nos plantations. Tout est géré par des ordinateurs des Américains de la NASA de l'an 2000 que le monde nous envie, c'est très étudié.
- Et vos ouvriers là ?
- Je ne pense pas qu'on puisse exactement parler d'"ouvriers", ce sont des indigènes Guarachipas que le gouvernement Dindonésien avait hébergé dans un camp de réfugiés et qu'ils nous louent afin de financer leur guerre contre les rebelles Chichicumi. Ou l'inverse. Bref, peu importe.
- Mais nos téléspectateurs veulent savoir : était-ce vraiment nécessaire de détruire l'environnement ? A quoi ça a servi ?
- Eh bien oui, c'était nécessaire, parce que la variété transgénique que nous plantons est extrêmement sensible à la moindre infection, au moindre champignon... C'est une plante artificielle créée dans un but de rentabilité, mais qui n'a aucune résistance aux agressions, donc il fallait éliminer totalement la nature sauvage.
- Et vous plantez quoi au juste ?
- Du Janfutrilium Megalorchis, un arbre dont les feuilles, très épaisses et résistantes, servent à fabriquer du cuir végan. C'est très à la mode dans vos pays pour faire des boots et des blousons. Grosse croissance, gros marché, nous produisons 20% du volume mondial à nous seuls. Et on a eu le Label Vert Végan-Responsable 2020, vous savez ? L'exploitation animale, tout ça. C'est important d'y penser, à l'exploitation animale. Aucun animal n'a été exploité dans la fabrication de nos produits, c'est certifié. Vu qu'il n'y a pas d'animal sur l'île de toute façon.
- Ah ok. Ben merci du coup. "