September 3rd, 2021

Papy Asp

A small step

Alors que nous célébrons en ce moment les cinquante ans du programme Apollo, il est bon de se souvenir de la genèse surprenante de ce fantastique accomplissement du génie humain.

Tout a commencé le 11 avril 1961 lorsque Robert S. Wobbleton, citoyen de Topeka (Kansas), rentre chez lui après le travail (employé aux écritures à la banque Mansons & Co.) et, fidèle à son habitude, pose ses pieds sur sa table basse pour regarder les actualités télévisées. Or, voici que le meuble en question s'effondre sous le poids des extrémités de monsieur Wobbleton, qui est, il est vrai, un homme d'assez forte corpulence. A l'exhortation vocale de son épouse Peggy, il décide donc de le remplacer sur l'heure. Or, les magasins de meubles étaient fermés à cette heure, par ailleurs, les Wobbleton n'avaient pas nécessairement de gros moyens financiers, et puis, Bobby Wobbleton avait une soudaine envie de passer quelque heures dans son garage à bricoler loin de sa femme. Donc, il décida de fabriquer lui-même sa table basse. Pour ce faire, il demanda conseil à son voisin Max Lubbock, retraité de l'éducation. Cependant, comme l'a démontré Henri Masson dans La Sago #125, l'anglais n'est pas une langue fonctionnelle, et il est impossible à deux anglophones, fussent-ils natifs, de se comprendre. Et c'est ainsi que, de malentendu en incompréhension, huit ans plus tard, Neil Armstrong et Buzz Aldrin se retrouvèrent tout surpris en ouvrant l'écoutille du LEM de se voir sur la Lune, alors qu'ils pensaient partir inspecter une usine de jouets dans le Wisconsin.


James Irwin vendant une Chevrolet d'occasion