aspexplorer (aspexplorer) wrote,
aspexplorer
aspexplorer

L'art de gouverner

Le mot "respect" est à la mode en ce moment. Il n'y a pas un rappeur qui ne le réclame. Pourtant, bien peu de gens savent l'utiliser à bon escient, ce respect. Il faut dire qu'il y a ces expression trompeuse : "ça impose le respect", ou "ça force le respect". Or justement, le respect, ça ne s'impose pas. C'est la peur qui s'impose. Le respect, c'est quelque chose que l'on gagne. Ça se gagne en démontrant au quotidien sa compétence, sa probité, son sang-froid, et toutes ces qualités qui indiquent que vous êtes plus qualifié qu'un autre pour occuper votre poste.

Notez qu'il est possible de gouverner soit par la peur, soit par le respect, voici pourquoi les deux sont souvent confondus. Prenez De Gaulle par exemple : il avait l'étrange manie, alors qu'il était à l'Elysée, de comptabiliser toutes ses dépenses personnelles, qu'il payait de sa poche. Ça allait jusqu'à tenir une comptabilité des timbres-poste qu'il utilisait pour son courrier sur un petit carnet, et qu'il remboursait à la présidence à la fin du mois. Bien sûr, la France n'a jamais été à un carnet de timbres près, et le Général non plus d'ailleurs. C'était pour le principe. Car à l'instar de son contemporain le président Mao Zedong, il estimait que "c'est par la tête que pourrit le poisson". En clair : les mauvaises habitudes des gouvernants rejaillissent sur leurs administrés. Celui qui se consacre à la rude tâche de commander les hommes se doit de leur donner l'exemple de la vertu, sans quoi il est bien mal placé pour exiger d'eux une quelconque honnêteté. C'est cela, inspirer - et non imposer - le respect.

Certes, le gouvernant peut aussi opter pour la méthode éprouvée qui consiste à gouverner par la peur. Il est aisé de limoger quiconque à la première incartade, de faire jouer ses relations pour réduire untel au silence, et la loi française donne mille moyens de faire des procès aux impertinents. Toutefois, l'homme sage évitera ce procédé, qui présente deux inconvénients. Le premier, c'est que si vous terrorisez votre entourage, celui-ci sera peu enclin à vous mettre au courant des mauvaises nouvelles, qui sont souvent les seules intéressantes. Or qu'est-ce qu'un gouvernant qui n'est plus informé ? Le deuxième inconvénient, c'est que la peur finit souvent par se retourner contre celui qui la manie. La peur conduit à la colère, comme le notait fort justement Thomas Gordon, et la colère conduit à l'agression, qui est le côté obscur de la... euh... finalement, c'était peut-être pas Thomas Gordon. Mais ça revient un peu au même et ça n'en est pas moins juste. Bref, celui qui gouverne ainsi, au premier faux pas, ceux qu'il a humiliés durant des années saisissent immédiatement l'occasion pour se débarrasser de lui et lui faire payer.

Bref, le respect et la peur sont deux choses bien différentes. Je pourrais épiloguer plus longuement sur le sujet, mais j'ai peur que mes propos ne soient mal interprétés.
Tags: vive sarkozy
Subscribe
  • Post a new comment

    Error

    default userpic

    Your IP address will be recorded 

    When you submit the form an invisible reCAPTCHA check will be performed.
    You must follow the Privacy Policy and Google Terms of use.
  • 16 comments