aspexplorer (aspexplorer) wrote,
aspexplorer
aspexplorer

C'est Saint Dimanche, le Saint Jour du Saint Jesus

A l'époque de l'empereur Antonochius, le christianisme Oriental se divisait principalement entre Nestoristes et Phalanstériens. Les premiers croyaient en l'indivisibilité de la nature humaine de Jesus, et la transcendance de sa nature divine, tandis que les seconds étaient fermement convaincus de l'inverse. Les deux communautés avaient plus ou moins cohabité dans l'harmonie, à l'exception de quelques heurts sporadiques (sac de Syracuse, 22 000 morts, révolte de Lydie, environ 45 000 morts, persécutions d'Athanazar, plusieurs centaines de milliers de morts).



Mais depuis les sables d'Egypte, l'évèque Arinianius de Tyr se mit à professer une doctrine scandaleuse. Selon lui, la nature humaine et sa nature divine étaient confondues dans ce qu'il appelait sa nature synthétique, laquelle n'était ni transcendante, ni indivisible, mais essentielle. En outre, Arininanius enseignait que le Saint-Esprit était, lui, de nature transcendante, ce à quoi il s'opposait frontalement au dogme Nestoriste, qui en affirmait la nature primordiale (les Phalanstériens, pour leur part, ignoraient superbement la notion de Saint-Esprit depuis le fameux épître de Permitius aux Thébains).

Le fragile équilibre de l'Empire vola alors en éclat. Enhardi autant qu'outré par le succès d'Arinianius (qui périt en martyr, émasculé et démembré par la foule furieuse), Théodosophile l'Anachorète se mit alors à haranguer vertement les foules d'Alexandrie, prêchant d'une part que la décadence de la civilisation hellenistique était la conséquence de la corruption des moeurs de la jeunesse, et d'autre part que Jesus était indubitablement de nature monophtysique, puisque dans le cas contraire, il serait ontologiquement disjoint de lui-même, ad-hominem et donc fatalement, relaps. Des thèses aussi radicales conduisaient naturellement à considérer comme hérétiques et promis à la damnation éternelle la quasi-totalité des Chrétiens, à l'exception de Théodosophile lui-même, de ses fidèles et assez bizarrement, d'une petite communauté de Parthes Cimbraïques des plateaux centraux du Caucase, qui auraient été bien étonnés de l'apprendre.

Dans le torrent de haine et de violence qui se déchaîna alors autour de la Méditerrannée, l'histoire n'a retenu que quelques noms. Ainsi Nepophilius le Stylite, qui aux Ephèsiens enseigna la nature indistincte de l'Esprit-Saint, et la nature indistincte du Saint-Esprit, mais c'était pas tout à fait le même degré d'indistinction. Il y eut aussi Eudoximien de Samos, qui vitupérait contre tous et mit Chypre à feu et à sang à la tête de ses navires de guerre afin d'exposer plus éloquemment la transcendance de nature humaine de Jesus - ce en quoi il rejoignait les Phalanstériens - mais aussi la transcendance de la nature humaine d'Eudoximien de Samos. Laquelle s'avéra tout à fait divisible lorsqu'il fut décapité, au grand soulagement de ses fidèles. Et comment ne pas citer le Praséodyme et ses disciples qui, à Damas, mirent en évidence la dualité de la nature de Jesus, qui était à la fois ondulatoire et corpusculaire, et ce seize siècles avant Niels Bohr.

Bien sûr, au cours de cette période troublée, il y eut des accalmies. Par exemple lorsque Clitophagos de Naxos émit l'idée que la nature de Jesus, à la limite, on s'en foutait, que si ça se faisait, Dieu n'existait pas, et que tout ça, c'était des branlades mentales de vieux moines tarés qui auraient mieux fait d'aller plus souvent aux putes. Ces fortes paroles furent à l'origine de la Trève de Nicée, en 686, durant laquelle les armées de tout le monde Méditerrannéen s'unirent pour envahir Naxos, la ravager jusqu'au sol et dépecer vivant le malheureux Clitophagos (avant de reprendre leurs querelles immédiatement après que ses restes eussent été jetés aux cochons).



C'est dans ce contexte troublé que des bandes de cavaliers arrivèrent d'orient et, considérant la situation avec un certain étonnement, avisèrent les malheureux paysans accablés par les querelles des grands de ce monde, et leur dirent en substance :

" C'est pas vrai, vous croyez encore à ces conneries ? Mais vous êtes des gardiens de chèvre, qu'est-ce que ça vous concerne, ces histoires ? Elle est vraiment pourrie votre religion, trouvez-en une mieux. Tenez, nous par exemple, on a une religion vachement simple en fait. On n'a pas de curé, du coup on n'est pas emmerdés, pas de moines, pas d'évêques, rien de tout ça. Pour être un croyant, il suffit de dire "Il n'y a de dieu que Dieu, et Mahomet est son prophète" - t'inquiète, je vais te raconter qui était Mahomet. Ben ouais, c'est hyper simple. Et à partir de là man, on est tous frères ! On appartient tous à la même grande famille des musulmans, on n'a aucune raison de se prendre le chou, pas vrai ? Au moins, avec cette religion, tu ne risques pas de te faire égorger parce que ton seigneur n'est pas d'accord avec le seigneur voisin sur le sens d'une phrase mal recopiée par un moine bourré de bière. Et le plus beau, c'est qu'il n'y a pas toutes ces messes compliquées, ces rituels bizarres en grec ou en je ne sais quoi, on n'a pas de sacrement. Bien sûr que c'est aussi simple que ça. Y'a deux-trois subtilités pour les gens qui aiment se compliquer la vie, évidemment, mais à la base, c'est tout con, si tu veux, toi aussi tu peux devenir musulman. Là, ce soir par exemple, abracadabra, et oublié toutes ces conneries de Jesus-Machin, te voilà un pieux serviteur d'Allah ! "

La suite de l'histoire est bien connue. On dit que les évêques de Byzance se disputaient encore âprement pour savoir si Dieu était plutôt tout-en-un ou un-en-tout alors que les Arabes étaient sous les remparts de la cité. Car c'est ainsi que l'Islam conquit une bonne partie du monde, et apporta la paix dans toute cette région.



Jusqu'au jour où on se posa la question de savoir qui d'Ali ou d'Abou Bakr était le seul et unique héritier spirituel de Mahomet, mais ceci est une autre histoire...
Tags: belles histoires
Subscribe
  • Post a new comment

    Error

    default userpic

    Your IP address will be recorded 

    When you submit the form an invisible reCAPTCHA check will be performed.
    You must follow the Privacy Policy and Google Terms of use.
  • 29 comments