aspexplorer (aspexplorer) wrote,
aspexplorer
aspexplorer

L'Australien est con

Il était une fois une petite île nommée Macquarie, quelque part entre l'Australie et l'Antarctique. C'est un endroit pelé, humide, froid et battu par les vents. Macquarie mesure 128 km2, mais n'a pas d'habitants, hormis les quelques dizaines de scientifiques et de techniciens Australiens qui se relaient sur une base scientifique. Mais naguère, il y avait aussi des chasseurs de phoques (animal abondant dans la région). Ces chasseurs de phoques ont introduit divers animaux dans l'île, dont le chat domestique. Vous savez comment ils sont, les chats, ils vont, ils viennent, ils fuguent, ils se débrouillent... Une fois les chasseurs partis, certains d'entre eux sont restés sur Macquarie et s'y sont reproduits.

C'est curieux, d'ailleurs. Le chat, c'est un animal originaire d'Afrique, à la base. Le chat apprécie la chaleur, et quand il fait mauvais, il a vite fait de s'enrhumer, car les poumons constituent un point faible.

Toujours est-il que, fait remarquable, le chat s'acclimata peu ou prou sur Macquarie. Cet animal fascinant jouit d'étonnantes facultés d'adaptation. Le chat de Macquarie se nourrissait d'oeufs d'oiseaux marins (qui pullulent sur l'île), de rongeurs...

Et puis un jour, des écologistes sont arrivés, et on poussé des cris d'effroi. Quoi, des chats ? Dans l'habitat du Fou de Henricksen et du Macareux à Bec Mou ? Quelle horreur ! Vite, il faut prendre des mesures drastiques pour restaurer l'écosystème originel, avec ses espèces endémiques si précieuses et si rares (des pingouins, des mouettes, des phoques). C'est quoi des mesures drastiques ? Eh bien, c'est facile : vous prenez une tenue de chasseur, un fusil de chasse, et vous partez dans les fourrés faire la chasse au chat. 2500 bêtes ont donc été abattues par des écologistes qui avaient décidé qu'elles n'avaient pas le droit de vivre sur cette île.

Au nom de quoi ?

Après tout, on peut arguer pour la défense de nos mirons que, selon la théorie de Darwin, les espèces s'adaptent à leur milieu, ou périssent. Le chat ayant survécu sur Macquarie, ce qui n'était pas facile vu la pauvreté du terrain, on peut considérer qu'ils avaient bien gagné le droit de se cailler les meules en paix sur leur caillou pelé.

Mais le miron n'est pas argueur. C'est pourquoi ces gros connards d'écologistes génocidèrent jusqu'au dernier chaton.

C'est ça aussi, l'écologie. Si vous en avez, expliquez ça à vos gosses, pour voir leur gueule.

Ah oui, un dernier détail : la solution finale au problème miaou a eu lieu en 2000. En janvier 2009, une étude de l'Australian Antarctic Division a montré que l'éradication féline avait favorisé la prolifération du lapin, dont monsieur Moustache était friand. Ledit lapin se répandit alors sur Macquarie comme pétasse chez Bershka un premier samedi des soldes, ruinant flore et faune sur une échelle bien supérieure à ce qu'avait bien pu faire les pauvres greffiers. C'est par dizaines de milliers que les sternes poilues à queue jaune et autres espèces merdiques de ces régions se font bouffer les roustons par les facétieux rongeurs, du coup, ces cons d'Australiens ont lancé un plan d'urgence pour exterminer les lapins.

Et on leur souhaite bon courage, vu l'efficacité avec laquelle ils ont réussi à contenir le problème en Australie.

Phail.

Tags: caturday
Subscribe
  • Post a new comment

    Error

    default userpic

    Your IP address will be recorded 

    When you submit the form an invisible reCAPTCHA check will be performed.
    You must follow the Privacy Policy and Google Terms of use.
  • 70 comments
Previous
← Ctrl ← Alt
Next
Ctrl → Alt →
Previous
← Ctrl ← Alt
Next
Ctrl → Alt →