aspexplorer (aspexplorer) wrote,
aspexplorer
aspexplorer

BDs

Communiqué :

Avant toute chose, je souhaiterai prévenir tous les nouveaux lecteurs de ce blog attirés par les deux précédents posts, disons, ceux qui sont sensibles aux problématiques de type identitaire, hein, on va dire, eh bien à ceux-là donc, je souhaiterai dire que malheureusement, en raison du thème traité qui ne s'y prête nullement, le post de ce jour ne contiendra aucune apologie du national-socialisme, ni d'aucun mouvement proche du national-socialisme, ni aucune allusion à des particularités physiques ou culturelles habituellement prêtées au peuple Juif.

En revanche, la leçon de demain portera sur l'attitude héroïque des Volontaires Français contre le Bolchévisme à la fin de la 2e guerre mondiale, et je donnerai des liens Rapidshare pour télécharger des marches entraînantes et autres chants édifiants tirés du riche répertoire de la Waffen-SS, restez donc à l'écoute !


-oOo-


Bonjours, les amiches !

Je vais aujourd'hui vous parler d'une BD qu'elle est vachtement bien, une BD qui parle du monde des super-héros, mais en fait, de l'envers du décor ! Et même si c'est en noir et blanc, ça se lit comme que si c'était en couleur. Et y'a une méchante sorcière(1) qui fait qu'à les embêter...

Non, je parle pas des Wocthemen. Je te parle de Freak's Squeele. Et Empowered. Ah oui, en fait, ça fait deux séries qui n'ont rien à voir. Bon, ben tant pis, c'est deux super BD quand même.

Alors Freak's Squeele, c'est Français monsieur ! C'est dessiné et scénarisé par Florent Maudoux(2), et deux tomes sont sortis chez Ankama (vous voulez pas l'ISBN non plus ?). Xiong Mao, la fille du parrain des Triades, Chance la succube sympa et Ombre-de-Loup, comme son nom l'indique, sont les trois élèves les moins bien reçus à la F.E.A.H., une école de héros de seconde zone. Malgré leur nullité crasse, ils vont trouver le moyen de former un groupe uni pour lutter contre l'adversité, surmonter leur manque d'argent et remonter leur catastrophique moyenne. Pour synthétiser, ça ressemble un peu à "Harry Potter chez les super-héros", mais en plus marrant. Le tout est dessiné dans un style plutôt réaliste, hormis pour les scènes d'action moultement hachurées et onomatopées, à la mode manga. Quelques pages colorées, avec sobriété et bon goût, parsèment les albums. L'intrigue pose rapidement les personnages principaux et quelques protagonistes secondaires, formant un univers assez étrange, que l'on sent assez proche d'une ville d'Europe centrale, ou d'un film de Miyazaki se déroulant en Europe (genre Kiki la sorcière).



Empowered, c'est l'histoire d'une blonde à forte poitrine qui est tombée sur un costume à la Venom, qui lui confère des pouvoirs considérables quand il est intact. Mais il perd ses pouvoirs quand il est déchiré, ce qui arrive tout le temps car il est très fragile(3). Du coup, ses confrontations avec les super-vilains se terminent invariablement avec Emp aux trois-quarts nue, ligotée comme un saucisson. On ne va pas s'en plaindre. Malgré ces avanies et les moqueries de ses camarades super-héros (car elle est intérimaire dans un groupe), elle poursuit obstinément son rêve de devenir une VRAIE super-héroïne, soutenue en cela par son petit ami "le Sbire" (qui la besogne consciencieusement à longueur de page), sa meilleure amie la ninja alcoolique et le Seigneur des Ténèbres qui vit chez elle. Son principal problème existentiel, c'est que son costume est hyper-moulant, qu'elle ne peut rien mettre en dessous ni par-dessus, et qu'elle se trouve un gros cul... Le premier tome est découpé en très courtes histoires entrecoupées d'interventions de l'héroïne elle-même. Le style est à mi-chemin du super-héros ricain et du manga, ce qui est assez normal si on se souvient qu'Adam Warren, l'auteur, est coupable de l'adaptation de "dirty pair" en BD. C'est chez Milady / Dark Horse, un tome en Français, cinq de plus en rosbif.



Ces deux très recommandables exemples de figuration narrative, outre des thèmes voisins, se caractérisent par un fourmillement de détails cocasses et d'inventions imaginatives qui réjouiront le lecteur viril (parce qu'en plus, y'a volontiers des fesses, surtout dans le second). Tout ça pour dire qu'entre d'une part les usines à blockbusters genre XIII, Largo Wynch(4) ou plagiats desdites oeuvres, et d'autre part la BD conceptuelle pleine de non-dit à tendance chiante que le public non-lit, il y a une BD populaire de qualité pleine de trouvailles, qui ne gagne pas de médaille en chocolat à Angoulême, dont on ne parle jamais, et qui pourtant laissera plus de trace dans l'art de Franquin(5) que bien des nouilleries illibles qui encombrent les rayonnages de la quefna.

  1. Et sans doute de confession israélite
  2. Enfin un nom qui sent bon la France !
  3. Confectionné par un tailleur peu soigneux ?
  4. Né Eliezer Rabinowynch
  5. Enfin un nom qui sent bon la France !
  6. Y'a pas de 6, mais vous pouvez considérer que c'est encore la faute des juifs.
Tags: art
Subscribe
  • Post a new comment

    Error

    default userpic

    Your IP address will be recorded 

    When you submit the form an invisible reCAPTCHA check will be performed.
    You must follow the Privacy Policy and Google Terms of use.
  • 20 comments