aspexplorer (aspexplorer) wrote,
aspexplorer
aspexplorer

Ares 1-X


Tout le monde s'en fout, alors il faut bien que j'en parle : un nouveau chapitre de l'histoire de l'exploration spatiale va bientôt s'ouvrir avec la mission Ares 1-X. Il s'agit du premier tir de fusée "Ares", le système de lancement de la NASA qui va remplacer les navettes spatiales. Petit rappel : les navettes spatiales vont partir à la retraite l'an prochain.

Les fusées Ares seront au nombre de deux, à savoir Ares 1, qui emportera la capsule Orion avec les astronautes à bord, et Ares 5, qui sera la plus puissante fusée jamais construite et qui pourra envoyer des charges énormes en orbite (par exemple : un module lunaire). Entre la fin des navettes et la mise en service d'Ares 1/Orion, les Américains auront quelques années de trou au cours desquelles ils voyageront en Soyouz et prendront le taxi à Baïkonour, comme tout le monde.

Ares 1 a été conçue pour réemployer les technologies existantes, à savoir en priorité, les boosters à poudre de la navette. Le premier étage de l'Ares 1 n'est ni plus ni moins qu'un booster de navette rallongé de 25%, qui catapultera hors de l'atmosphère le second étage, à hydrogène et oxygène liquide. C'est une conception originale, qui mérite quand même un test avant qu'on mette des gens dedans, et c'est pour ça qu'on a prévu la mission Ares 1-X. On ne testera que le booster, le deuxième étage et l'Orion seront des maquettes. Le vaisseau décrira une jolie parabole avant de s'écraser de façon tout à fait voulue dans l'océan.

On ne sait pas vraiment comment fonctionne un booster livré à lui-même ; en principe, ils ont été conçus pour fonctionner accrochés latéralement au réservoir de la navette. Ironiquement, les seules images de boosters en vol libre sont celles de l'accident de Challenger, qui ont, dit-on, fait l'objet d'études attentives de la part des ingénieurs en charge de l'Ares-1.

Il se trouve que les vols habités ont toujours eu des ennemis, et des esprits forts ont argué de l'étrange gueule de l'Ares-1 pour émettre des doutes quand à la viabilité du projet. Ils ont notamment fait remarquer que les vibrations émises par les boosters de navette sont considérables, et qu'en outre, il est difficile de diriger la poussée de ce type de moteur, ce qui rend le contrôle de la fusée aléatoire.

Toujours est-il que le lancement de cet engin baroque est prévu pour le 27 octobre, dans trois semaines donc. Ça risque d'être intéressant.
Tags: science
Subscribe
  • Post a new comment

    Error

    default userpic

    Your IP address will be recorded 

    When you submit the form an invisible reCAPTCHA check will be performed.
    You must follow the Privacy Policy and Google Terms of use.
  • 45 comments