aspexplorer (aspexplorer) wrote,
aspexplorer
aspexplorer

Deuxième service

Je me doutais bien que le post d'hier réveillerait un peu le glob. Et du coup, ça me donne un sujet pour le post d'aujourd'hui.

Or donc, Dwuth, hier, mit le doigt sur un point tout à fait intéressant, à savoir : mais pourquoi je raille de si impitoyable façon les complotistes du 11-septembre, alors que je fais pareil moi-même avec le réchauffement climatique. Pourquoi je crois à la "version officielle" du 11-septembre, et pas à la "version officielle" du réchauffement. C'est une intéressante question que je me suis posée moi-même. Non parce que je me pose des fois des questions sur moi-même, faut pas croire.

J'en suis venu à la conclusion suivante : le 11-septembre, je l'ai vu. Enfin merde, quoi, on a tous vu en direct ces avions rentrer dans des tours. Partant de là, il était logique de supposer qu'il s'agissait d'un attentat terroriste. Qui l'avait commis ? A cette époque déjà, si on s'intéressait à l'actualité, on connaissait Al Qaeda et Ben Laden, qui avaient perpétré des attentats particulièrement meurtriers contre des intérêts Américains. Cette menace était d'ailleurs parfaitement identifiée par les USA, qui avaient abrogé, exprès pour lui, une loi interdisant au gouvernement de faire sciemment assassiner quelqu'un (c'était sous Clinton, donc ce n'est pas un complot bushiste). Découlant de ces informations, il semblait raisonnable de supposer qu'Al Qaeda avait fomenté des attentats terroristes, lesquels avaient connu une réussite particulièrement spectaculaire. Et quelques années plus tard sort le "rapport officiel" qui dit quoi ? Comme par hasard, il confirme ces suppositions que tous les observateurs sérieux avaient fait en cinq minutes ce matin là.

Inversement, le réchauffement climatique, je ne l'ai jamais vu. J'ai beau chercher, je n'en vois pas trace autour de moi, de cette catastrophe qui menace l'humanité. On me parle de sècheresse en Afrique... ben, oui, c'est l'Afrique non ? C'était déjà la famine au Sahel il y a trente ans, je n'ai pas l'impression que la situation ai particulièrement empiré (en revanche, la population a doublé). Les ours blancs disparaissent... ben, les ours bruns aussi, et c'est quand même pas la faute à la banquise des Pyrénées, non ? Allez dire aux habitants de Churchill ce qu'ils pensent de la disparition des ours blancs, il y a des chances qu'ils vous reçoivent à coup de batte, ces bêtes pullulent ! Il paraît que la mer monte par expansion thermique, je veux bien y croire, mais... où ? Comment ça se fait que la mer monte à certains endroits, et descend à d'autres ? La hausse du niveau des mers sur certains atolls ne peut-elle pas s'expliquer simplement par l'affaissement naturel des îles volcaniques, phénomène bien connu des géologues ? Et comment peut-on qualifier de catastrophiques des événenements comme la désagrégation des banquises antarctiques, alors qu'on ne sait absolument pas comment ça se passait avant, vu que personne ne s'intéressait à ces régions avant la mode du CO2 ? Bref, j'ai beau écarquiller les yeux, en toute objectivité, l'hypothèse la plus vraisemblable, c'est que ce réchauffement climatique est dans le meilleur des cas un phénomène extrêmement ténu, dans le pire une hallucination. Et l'argument d'un consensus scientifique ne tient qu'aux yeux des ignorants, oublieux qu'il y a trente ans à peine, ce même consensus scientifique mettait en garde la terre contre la glaciation qui s'annonçait, imminente (et à cette époque, l'émission de grandes quantités de CO2 dans l'atmosphère était une des solutions proposées pour répondre à ce douloureux problème du refroidissement global...)

Et maintenant, le complot. Il sous-tend les théorie alternatives du 11-septembre que derrière tout ça, se trouverait la main invisible d'un indicible complot mené par les néoconservateurs/les juifs/les franc-maçons/les illuminati/la société d'encouragement de la race chevaline pour dominer le monde. C'est pour ça qu'on appelle cette "école intellectuelle" les complotistes.

Maintenant, c'est me faire un injuste procès d'intention que de considérer que je suis moi-même un complotiste du climat. Où ai-je inféré que quelque sombre coterie de fumeurs de joints en sandales de paille complotait avec la communauté scientifique pour nous voler nos bagnoles ? Du tout. J'ai en revanche noté une convergence d'intérêt. Je pense que les militants écolos sont sincères dans leur démarche, dans leur croyance, et que, emportés par l'importance qu'ils accordent à ces menaces, ils aient tendance à grossir le trait pour "faire de la pédagogie". Je crois - toute exagération de ma part mise de côté pour quelques lignes - que les climatologues sont pour la plupart honnêtes et publient des résultats vrais "d'un certain point de vue" (pour reprendre l'expression d'Obiwan Kenobi). Sauf que la recherche, ça coûte cher, et quand on veut faire carrière, il faut savoir faire des compromis, et chercher là où on a intérêt à chercher, et là où on a des chances de trouver ce qui fera plaisir à ceux qui vous financent. Quand vous avez une tête de marteau, tout vous semble clou. Et les politiciens qui se drapent d'écologie sont-ils plus du complot ? A mon avis, ils ne font que prendre le train en marche, car ils ont senti qu'il y avait des voix à prendre. Nous savons que ce sont des opportunistes, parfaitement incompétent dans toute matière un peu technique, et dont le seul talent est de sentir le sens du vent et de tourner avec les girouettes. En somme, il n'y a pas de complot. Juste une série de petites approximations, de menues exagérations, de spéculations pas très bien étayées mais qui s'appuient les unes sur les autres, lentement, et qui finissent par former le socle d'un grand mensonge et d'une immense hystérie collective. Comme le disait Noam Chomsky, il n'y a pas besoin d'invoquer un complot pour expliquer que toutes les horloges d'une maison indiquent la même heure.

Enfin, autre parallèle entre le réchauffement et le 11-septembre, l'effet d'écran. Je m'explique : tant qu'on est en train d'analyser les traces d'oxyde de fer et d'aluminium dans les restes d'une tour en fer frappée par un avion en aluminium, on peut occulter les vrais problèmes. Dans le cas du 11/9, les vraies questions, c'est :
- Comment l'état Américain a-t-il pu être aussi mal préparé, faire preuve d'autant d'amateurisme, et qui est responsable de cette déconfiture ? Le mal était tel, l'échec si flagrant qu'il ne peut être imputé au seul Bush, qui n'avait pris ses fonctions que six mois plus tôt. Après tout, la première armée du monde et son invincible Président ont quand même échoué de la plus pitoyable façon à remplir leur mission la plus essentielle : protéger le territoire des Etats-Unis et la vie de ses citoyens. Personne, que je sache, n'a été inquiété pour cette incurie.
- Par quels mécanisme précis l'administration Bush a-t-elle saisi le prétexte du 11/9 pour faire progresser ses plans de conquête au moyen-orient et en Afghanistan ? A quel coût, et avec quels résultats ces opérations ont-elles été menées, et que va-t-il en résulter ?
- Quels sont les implications quotidiennes de la paranoïa sécuritaire qui a saisi les nations occidentales après 2001 ? A-t-on bien étudié l'impact de ces lois, de ces caméras et de ces gens en arme qui patrouillent dans les rues sur la pratique démocratique dans nos sociétés ?

Le parallèle avec la frénésie verte se fait naturellement, car tant qu'on mesure la dureté du permafrost en priant que le ciel plein de CO2 ne nous tombe pas sur la tête, on évite de parler de :
- La répartition des ressources en eau dans les régions arides.
- La disparition rapide des dernières zones de nature sauvage, avec l'impact que cela peut avoir sur la biodiversité, l'érosion des sols...
- La standardisation des variétés cultivées, ce qui rend l'humanité terriblement vulnérable à un virus ou un parasite qui affecterait une variété particulière.
- La surpêche généralisée et son effet très inquiétant sur la biomasse océanique.
- Etc...
Tout ça, ce sont de VRAIS problèmes écologiques qui se posent MAINTENANT et dont tout le monde se fout parce qu'on est en train de gaspiller notre temps et nos ressources à courir après les moulins à vent d'un changement climatique qui n'existe tout simplement pas. Oui, alors que l'humanité est confrontée à ces défis gigantesques, au lieu de remonter nos manches et d'y employer les moyens techniques qui sont les nôtres, nous sommes occupés à saboter ces mêmes moyens techniques, comme ça, par une pulsion suicidaire causée par une hallucination collective. C'est dramatique.

En conclusion, donc, si je suis contre le reopen-911 et pour le reopen-climatechange, c'est parce que les deux phénomènes participent fondamentalement de la même logique. Il n'y a de différence que dans la manière dont ils sont acceptés par la société. Les complotistes du 11/9 sont considérés par les media, les politiques et l'essentiel de la population comme les zozos illuminés qu'ils sont. En revanche, les fabulistes du CO2, les vendeurs de terreur millénaire, les noyeurs d'ours blancs et carboniseurs de planète, ceux-là sont considérés avec bienveillance, car ils sont "l'avis autorisé". En somme, les uns sont ridicules, tandis que les autres sont au pouvoir.

Voici qui vous éclaire peut-être mieux sur les raisons pour lesquelles il faut tuer tous les écologistes.
Tags: opinion
Subscribe
  • Post a new comment

    Error

    default userpic

    Your IP address will be recorded 

    When you submit the form an invisible reCAPTCHA check will be performed.
    You must follow the Privacy Policy and Google Terms of use.
  • 94 comments