aspexplorer (aspexplorer) wrote,
aspexplorer
aspexplorer

Le grand jour de Jean-Bastien

Ça y était, il en était enfin. Après une vie entière à lécher des culs, à faire des coups bas, à travailler comme un forcené quinze heures par jour à savonner la planche de ses collègues, à faire des faux CV, à s'approprier le travail des autres, à passer la brosse à reluire à tous les politicards qu'il avait pu croiser, Jean-Bastien Glandier-Duval pouvait savourer sa revanche personnelle sur la vie et se dire qu'il avait réussi, qu'il était un winner, qu'il n'irait pas plus haut.

Il avait gravi les échelons, en ne partant pas d'en bas pour s'épargner quelques marches, en prenant les chemins de traverse, en accordant peu d'attention à la loi, aucune à la moralité et en s'arrangeant avec sa conscience, qu'il avait arrangeante, ça tombait bien. Frais émoulu de HEC, il avait rejoint la SOFREPO. Il avait été cadre. Il avait été cadre supérieur. Il avait été cadre dirigeant. Il avait été directeur adjoint, puis directeur, puis président-directeur-général après le décès de son prédécesseur, dont d'aucuns l'accusaient avec quelque argument. Puis il avait trahi les actionnaires familiaux de son entreprise pour la vendre à des américains, qui l'avaient remercié d'un beau paquet d'actions et d'un siège au conseil de surveillance de la holding Texcom, en charge de l'audit comptable. Il s'y était bien plu, à la Texcom, jusqu'à ce que le groupe Hanseng Tan, profitant d'informations privilégiées, n'en prenne le contrôle à la suite d'un coup financier devenu légendaire de fourberie, d'audace et de précision, à croire que les Chinois avaient eu des renseignements très affutés sur la structure financière de la holding. Outre une grosse plus-value, celui que l'on n'appelait plus que JBGD (ou, quand il n'était pas à portée d'oreille, "le crotale") avait touché de la Hanseng une prime discrète autant que monstrueuse, qui lui avait permis de s'imposer comme un des investisseurs privés les plus brillants, les plus fortunés et les plus en cour du monde, un homme qui conseillait les états d'Europe, les monarchies du Golfe, les barons mafieux de Russie.

Mais tout ça n'était rien par rapport au triomphe qu'il vivait aujourd'hui. Eh oui, aujourd'hui, il devenait enfin l'un de ceux qui font le monde, l'un de ceux qui décident, qui oeuvrent dans l'ombre, qui manipulent, intimident et corrompent. Un de ceux qui Savent et qui Agissent. Il entrait à la célèbre société secrète qui dirige tout, à savoir, le Groupe Débilderberg.

"... mais avant d'aborder la difficile question des prisonniers politiques chinois et de leur mise en valeur, je voulais accueillir parmi nous Un nouvel ami, notre compagnon, notre frère, Jean-Bastien Glandier-Duval. Félicitations, Frère Jean-Bastien.
- Merci, merci, mes frères. Je saurai me montrer digne de l'honneur qui m'est fait.
- Que Baphomet en soit témoin. Nous t'avons donc exposé les buts, les moyens et les usages du Groupe lors de ton initiation, il est maintenant temps à toi d'interroger tes égaux. As-tu des questions ?
- Merci, merci encore, Grand Muphti. Non, je n'ai pas de question qui me vienne, comme ça.
- Bien, ça tombe bien, l'ordre du jour est serré. Donc, Frère Wang va nous...
- Ah, au temps pour moi, j'ai bien une question, mais elle va sûrement vous sembler un peu idiote comme ça.
- Vas-y, frère Jean-Bastien, il n'y a pas de gêne entre nous.
- Eh bien voilà, c'est juste qu'il y a une question qui me turlupine depuis trois semaines, trois fois rien, et je suis sûr que l'explication est toute naturelle mais bon... Voilà, nous sommes une société secrète, n'est-ce pas ?
- C'est ça.
- Nous désirons régner sur le monde.
- Evidemment.
- Pour ça, nous nous réunissons tous les ans dans un hôtel de luxe, cette année le King Royal Imperial Palace de Los Palmitos.
- Voilà, c'est ça.
- Nous ourdissons nos complots dans l'ombre, afin de manipuler l'opinion, les gouvernements, les ONG, les Illuminati, les Juifs Nazis, les Atlantes de Mû, la Quadrangulaire, la base 51 et les laboratoires pharmaceutiques.
- En gros, oui, c'est ça. Des scrupules ?
- Du tout, du tout, vous pensez bien... C'est juste que... c'est quand même bizarre que tout le monde soit au courant, non ?
- Comment ça ?
- Ben, hier par exemple, je suis allé sur Wikipedia, il y a une page sur le Groupe Débilderberg, avec la liste des conférences depuis 1952, l'organigramme de l'Ordre, la liste complète des membres, il y a même l'ordre du jour de la présente réunion.
- Et alors ?
- Ben... Je sais pas moi, pour une société secrète...
- Ah. Oui, je vois ce que vous voulez dire, on n'est pas très secrets, c'est ça ?
- Ben, oui, voilà quoi.
- Moi aussi, ça m'a étonné au début. Sinon, d'autres questions ?
- Oui, tant qu'on y est, j'en avais une autre, c'est au sujet de l'histoire du Groupe. Si j'ai bien compris, le Groupe est actif en l'état depuis 1952, mais il est l'héritier de la Franc-Maçonnerie d'obédience Martiniste Rénovée, ce qui remonte à 1881. La Maçonnerie Martiniste Rénovée a elle-même été fondée en continuation de l'action des Illuminati de la Secte Poilue, elle-même héritière des Parfaits Cathares, lesquels tenaient leurs secrets des Templiers, qui avaient appris leur secret savoir des Maîtres de l'Ordre d'Hermes Trismégiste, et donc, indirectement, des prêtres d'Amon-Re, à Karnak.
- Tout juste, je vois que vous avez bien appris le Codex Doré.
- Et donc, ça fait environ 3500 ans que nous cherchons à dominer le monde et à imposer notre Ordre de Fer sur la masse bêlante et abrutie des manants de manière à nous approprier les richesses de l'univers et à vivre comme des nababs tyranniques.
- C'est ça.
- Depuis 3500 ans.
- A peu près, oui.
- Et en 3500 ans, on n'y est toujours pas arrivé.
- Non. Mais ça ne saurait tarder ! Un peu d'optimisme, que diable.
- D'accord. Et aussi, une autre question, qui a un peu rapport à la première. Parce que bon, je suis allé un peu sur internet, et j'ai lu qu'on écrit pas mal de choses sur le groupe Débilderberg, on dit qu'on a fait sauter le World Trade Center...
- M'en parle pas, j'ai encore des courbatures à force de trimballer de la thermite dans les escaliers.
- ...On dit qu'on a assassiné Kennedy, John Lennon, Elvis Presley, Martin Luther King, qu'on a organisé l'attaque de Pearl Harbour pour déclencher la seconde guerre mondiale, tous ces trucs.
- C'est vrai, c'est agaçant, tous ces fouille-merdes qui font qu'à dire la vérité sur nous. On sait pas quoi faire, c'est un vrai problème.
- Et je suis peut-être naïf, mais... on pourrait pas tout simplement les faire disparaître ? Je veux dire, les flinguer discretos... c'est pas les hommes de main qui manquent non ? Juste, on liquide quelques leaders d'opinion, genre "disparition inexpliquée", et puis les autres auront peur et comme ils ne sont pas très courageux, ils la fermeront. Hein ?"
Un silence horrifié accueillit les propos du Frère Jean-Bastien.
" J'ai dit une connerie ?
- Mais... mais c'est illégal ! Et puis, c'est contraire à la liberté d'expression !
- Ah ouais, c'est vrai, j'avais pas pensé à ça. La liberté d'expression, oui, d'accord. OK OK, je vois mieux maintenant, tout s'explique.
- Non mais vraiment, quelle idée...
- Voilà, j'ai fini pour les questions.
- Bien, excellent. Donc, les prisonniers Chinois. Frère Wang, dites-nous tout, où en est-on de l'opération "Soylent Green" ?"

Et le soleil se coucha sur Los Palmitos. Réveille-toi, Ô, monde incrédule ! Secoue-toi de ta torpeur béate, et contemple de tes yeux descillés l'effroyable vérité qui dérange ! Non, ne détourne pas le regard des sombres manigances ourdies dans l'ombre par le Groupe Débilderberg ! Non, déconne pas, détourne pas le regard... Je sais, y'a France-Irlande à la télé mais... Eh !
Tags: textes divers
Subscribe
  • Post a new comment

    Error

    default userpic

    Your IP address will be recorded 

    When you submit the form an invisible reCAPTCHA check will be performed.
    You must follow the Privacy Policy and Google Terms of use.
  • 15 comments