aspexplorer (aspexplorer) wrote,
aspexplorer
aspexplorer

Thaardiv

Jean-Bastien Glandier-Duval est heureux et fier de présenter à la presse spécialisée la dernière trouvaille de la Lolwut Pharma©, son laboratoire vétérinaire détenu en holding par son fonds d'investissement russo-colombien. Il s'agit du Gormatex®, un tout nouveau spermofacteur pour truie, destiné à concurrencer le Phrénodon® de Genetech Nanolabs©. C'est ainsi qu'il présente à l'assitance médusée le tableau ci-dessous, prouvant de façon irréfutable l'efficacité de son produit :

[étude 1]


Cette étude statistique a bien sûr été menée dans des conditions rigoureusement semblables à celle opérée par Genetech pour démontrer les effets du Phrénodon®, et a conclu à augmentation de la fertilité des truies dûe aux qualités spécifiques de la formule Gormatex® (aux extraits de karité). C'est inattaquable. Mais nous avons fait mieux ! S'emporte JBGL. Nous avons fait mener une étude par un laboratoire indépendant, sur un panel plus nombreux de cochonnes péruviennes, et voici le tableau qui rabattra le caquet des critiques.

[étude 2]


Alors ? Y font moins les malins, les tracteurs ! Et les journalistes spécialisés d'applaudir avant de se diriger vers le buffet et de palper leur Blackberry offert par Lolwut Pharma©. Tout occupés à se goinfrer, les voilà qui discutent sur les effets certes modestes, mais bien réels (puisque démontrés scientifiquement) du Gormatex®, et sur les avantages qu'auront les éleveurs porcins à adopter ce nouveau produit. Bien sûr, aucun de ces journalistes spécialisés n'aura la curiosité d'agréger les données, c'est à dire d'ajouter les truies fertiles aux truies stériles dans les deux études. La semaine suivante, c'est Genetech Nanolabs© qui le fait, et les résultats sont nettement moins triomphants pour JBGD :

[étude 1+2]


Notez qu'ici, l'étude 1+2 contredit le résultat des études 1 et 2 prises isolément. Plusieurs explications peuvent être données à ce phénomène :

  1. J'ai truqué les chiffres pour vous enduire d'erreur parce que je suis un gros chacal.
  2. Excel est buggé.
  3. On peut faire dire ce qu'on veut aux statistiques pour peu qu'on qu'on connaisse un certain nombre de petits trucs.


La réponse est : 3. On peut faire ce qu'on veut avec les statistiques, et agréger des données est toujours un exercice risqué (pour un scientifique rigoureux) ou fertile en opportunités (pour un gros connard).

Notez que ce curieux phénomène n'apparaît que quand on agrège des statistiques mettant en lumière des évolutions peu significatives issues d'études donnant des résultats très différents les uns des autres. On pourrait avoir tout à fait le même genre de chose en étudiant l'évolution de la taille moyenne des végétaux (et en agrégeant celle des fougères et celles des séquoias), ou... allez, par exemple... l'évolution des températures au Sahara et celles relevées en Islande.

Question subsidiaire : c'est quoi le boulot du GIEC, à part précisément agréger ce genre de données ?
Tags: science
Subscribe
  • Post a new comment

    Error

    default userpic

    Your IP address will be recorded 

    When you submit the form an invisible reCAPTCHA check will be performed.
    You must follow the Privacy Policy and Google Terms of use.
  • 66 comments