aspexplorer (aspexplorer) wrote,
aspexplorer
aspexplorer

The Cretinous Star Sauvageons 7.10

10 Space Hulk



DS 1014.5

« Elles sont remarquables, vos combinaisons, nota Thunder avec condescendance. C’est du cuivre ?
- Du laiton, répondit Punch.
- Du laiton, tiens tiens. Très intéressant. Et c’est pas un peu mou comme métal ?
- C’est exprès, pour pas que ça se fende en cas de choc. Mais qu’est-ce qui vous intéresse tant dans notre technologie ?
- Oh rien, je me disais juste que vos compagnons avaient bien du courage pour confier leurs vies à une combinaison en laiton-caoutchouc visiblement bosselée au marteau. Ça doit être moyennement étanche, non ?
- Elles sont renforcées par d’habiles sortilèges, c’est parfaitement fiable.
- Mais vous-même, vous ne prenez pas ces risques, je note que vous portez une combinaison légère et moulante semblable à la mienne, quoi que d’un goût... exotique, disons.
- C’est un cadeau. Mais si vous voulez tout savoir, la technologie de nos combinaisons est parente de celle qui meut notre vaisseau. Vous savez, celui qui a mis huit-cent mille térabrasses dans la vue à votre fusée en moins de dix secondes, et sans même mettre le turbo. Et je trouve au passage que vous devriez vous concentrer un peu moins sur la mode et plus sur la mission. »
Et ce rappel du capitaine Punch était tout à fait légitime, de par le fait que la situation était complexe. En effet, après qu’ils eussent été télétransportisés à la surface du léviathan, ils s’étaient aperçus que celui-ci n’avait pas la masse requise pour produire un champ gravifique digne d’être signalé, et qu’en outre, comme il tournait sur lui-même en une course folle, il générait une force centrifuge qui les avait éjectés de la surface. Fort heureusement, avant que de se voir perdus dans les tréfonds de l’espace, nos vaillants héros avaient croisé la route d’une antenne, ou d’un mat, en tout cas, d’une protubérance métallique rendue particulièrement hideuse par la corrosion, et qui avait accroché incidemment le solide câble d’amarrage avec lequel ils s’étaient préalablement encordés.
Remontant donc le long dudit câble – ce qui n’était guère difficile car la force centrifuge n’était pas très intense – ils avaient finalement réussi à rejoindre le mât, puis la surface de l’astronef. C’est dans cet équipage qu’ils se retrouvaient maintenant agrippés à la paroi, s’accrochant à chaque aspérité, à chaque trou de la coque, tels d’improbables alpinistes spatiaux, cherchant à retrouver le trou béant qu’ils avaient choisi comme objectif.
« Par ici, avertit Target, je vois une sorte d'écoutille !
- Excellent, Tom, l'encouragea son capitaine. Je vois que je peux toujours compter sur la qualité de mon équipage. Essayez de l'ouvrir ! Tournez cette espèce de volant.
- Grumphf... Armf...
- Allez, du jarret !
- Je crains qu'elle ne soit coincée, capitaine.
- Ce n'est pas étonnant, après tout ce temps, dit alors Flash Thunder. Nous allons y remédier sur le champ à la mode de chez nous, si vous n'y voyez pas d'inconvénient, Punch.
- CAPITAINE Punch. Allez-y, faites à votre guise.
- Zladko, karesh mabesh kikiri !
- Shlobo ! »
La « mode de chez nous » consistait à faire sauter l'obstacle à coups de pistolaser.
« A ben oui, évidemment, si on fait à la goret alors, c'est facile. Qui passe en premier ?
- Mais après vous, Capitaine Punch ! Je m'en voudrais de vous priver de la gloire de...
- Ouais, j'y vais. Couvrez-moi. »
La détestation de Flash Thunder semblait dépasser chez Punch sa couardise naturelle, spectacle qui ne lassait de surprendre ceux qui le connaissaient. Armé d'un phaser volé au cours de quelque aventure, il pénétra maladroitement dans la coursive, suivi de près par Aalphz et son fusil à plasma pulsé. Sans doute qu'en des temps anciens, le gigantesque navire avait disposé d'un champ de gravité artificielle pointant vers son centre, mais présentement, la force centrifuge les poussait exactement dans le sens inverse, de sorte qu'ils marchaient au plafond, en prenant grand soin de poser le pied près des poutres métalliques et non au centre des minces plaques de coque qui, par endroit, laissaient transparaître le ballet hypnotique des étoiles lointaines.
Il y a dans ce genre de situation une loi non-écrite mais bien établie qui veut que si les éclaireurs n'ont pas émis d'abominables hurlements suivis de gargouillis sinistres au bout de trente secondes, on peut raisonnablement les suivre. C'est ainsi que le reste de l'équipe, transportant la bombe, entra à son tour dans le long et étroit couloir aux parois décorées de motifs remarquables de hideur – et il en fallait pour impressionner Punch, qui avait un peu bourlingué, et même visité le Musée Royal des Donjons Maléfiques de Banvars.
« C'est bien pratique les échelles dans les astronefs, nota Punch. Parce que ça peut servir dans les deux sens. Et même en apesanteur. Si c'était des escaliers par exemple, on serait bien dans la merde. Prenez garde, mes amis, et vous aussi Flash, nous ne savons pas ce qui rôde dans les entrailles pourpres de ce sinistre vaisseau de fer.
- Sans doute rien qui puisse alarmer un homme viril, Punch ! Je vous rappelle que cet astronef est abandonné depuis des éons.
- Et pourtant toujours dangereux. Allez, plus vite, les traînards ! Qu'attendez-vous ?
- Oui, lui répondit Zladko avec aménité, mais nous on passe pas notre temps à nous disputer. On trimballe une bombe, et c'est encombrant. Tu tiens le coup Slogo ?
- Tout à fait, lui répondit l'androïde. Merci de vous en inquiéter. J'ai souvent noté que les humains prenaient à la légère les relations humano-cyborg et nous considéraient comme quantité négligeable, mais j'ai toujours su que sous vos dehors parfois un peu bourrus, vous n'étiez pas de ces gens bornés et de inattentifs aux autres, fussent-ils des créatures mécaniques au lieu d'organiques. Cela dit, monsieur Zarkoff, puisque vous posez la question, j'ai noté un léger grippage dans l'articulation de mon coude gauche, surtout lorsqu'il est en charge, ainsi que des sautes de tension dans le circuit secondaire de coordination des...
- Putain... pourquoi il a fallu que je pose la question ?
- ...parallèle aux injecteurs intérieurs gauches. Bien sûr, c'est pour l'instant sans gravité, mais hélas, il est peu probable que ça s'améliore dans l'avenir, à moins d'une révision complète chez le fabricant. Connaissez-vous les contrats d'entretien « Tranquilitor » de la RoboCorporation® ? Pour une somme dérisoire tous les mois, ils se chargent des menus tracas de votre androïde, comprenant le changement des filtres et des liquides, la révision des servomécanismes, la mise à jour des sous-systèmes...
- Ee-juta !
- Oh ! Grossier personnage ! »
Ce faisant, ils venaient de déboucher sur un puits carré large d'une dizaine de mètres, trou de noirceur que les torches ne parvenaient à transpercer et qui semblait monter jusqu'au cœur du vaisseau.
« J'ai vu un mouvement !
- C'est votre imagination, Punch. Certaines âmes un peu faibles peuvent être facilement impressionnées à l'intérieur des épaves spatiales. Allez, hardi, on grimpe. »
Le capitaine consulta Aalphz du regard, mais elle lui fit un signe de dénégation. Par souci de sécurité, ils s'encordèrent de nouveau, craignant que les barreaux métalliques de l'échelle, en piteux état, ne cèdent sous leurs poids. Cependant, ceux qui avaient construit cet astronef avaient fait un travail de qualité, si bien qu'après avoir subi tant tant de millénaires, l'érosion avait somme toute peu entamé les qualités mécaniques des barreaux.
Sauf le soixante-septième, qui céda lorsque Tom Target, l'officier sécurité du Disko qui ouvrait maintenant la marche, l'empoigna d'une main un peu trop assurée. Surpris, il partit en arrière au ralenti – faible pesanteur oblige - et se vit tomber à la renverse, et dépassa en criant ses compagnons. Il fit à son tour dévisser Punch, puis Flash Thunder, mais Aalphz et Slogo eurent le temps d'assurer leurs prises de sorte que la dégringolade s'arrêta là. Tom s'immobilisa donc, attaché par la ceinture, en dernière position, à cinq mètres seulement du sol. Ils s'aperçurent alors que, force de Coriolis aidant, Tom pendait non pas verticalement, mais légèrement en oblique, et malgré ses efforts semblables à ceux d'une tortue marine brassant le sable, ne parvenait pas à revenir s'accrocher aux barreaux de l'échelle.
« Tom, lança Punch, cessez de faire le singe ! Remontez comme vous voulez, mais le temps presse !
- Attendez, je vais me détacher.
- Ne faites pas de sottise, Tom, c'est...
- Non, c'est cool, regardez ! »
Il fit effectivement sauter le mousqueton et aussitôt, chût à vitesse réduite, puis de plus en plus vite. Au cours de leur formation, les jeunes cosmatelots sont tous mis en garde contre les dangers de la chute libre en faible pesanteur. Il est facile, dans ces conditions, de sous-estimer l'effet cumulatif de l'attraction gravitationnelle, la vitesse acquise et l'énergie du choc final. Les personnes inexpérimentées peuvent facilement être grisées par la sensation de légèreté commune dans l'espace et sur les petits corps célestes, et se croire invulnérables. Cependant, Tom n'était pas de ces débutants sans expérience ; c'était un vétéran rompu aux dangers de l'espace qui, ayant correctement évalué la hauteur et la gravitation, se reçut sur ses jambes avant de se stabiliser à quatre pattes, puis de se relever pour faire signe à ses compagnons que tout allait bien. Puis de se faire transpercer l'abdomen par un dard d'acier de deux pieds de long, en poussant un horrible hurlement.
Dans la lueur des torches de la petite équipe, le carré formant la base du puits s'était en un éclair rempli d'un grouillement évoquant un nid de cafards se partageant une charogne, des cafards singuliers toutefois par leur taille, dépassant celle d'un homme, et par leur matière, un métal brun et bosselé.
« Ah ! Ah ! S'exclama Punch à juste titre.
- Ratta ratta rattatta, répliqua Aalphz en arrosant de son cosmofuseur à protons ceux des robots qui tentaient de monter à leur suite le long de l'échelle.
- Ces saletés résistent aux tirs ! Nota Zladko d'une voix qui trahissait une certaine inquiétude, probablement motivée par le fait qu'il fermait la marche, et donc se retrouvait en première ligne face aux mortelles machines.
- Mais ça sort d'où ces bidules ?
- De partout ! Couina Punch. Pressez, pressez, montez plus vite que ça ! »
Et joignant le geste à la parole, le brave capitaine de l'USS Disko se mit en devoir de battre le record mondial d'escalade d'échelle, prenant appui sur le crâne de son homologue du Foudroyant Lumineux avant de prendre la tête de la cordée. Il parvint ainsi le premier à prendre pied sur une corniche d'où, se voyant encombré par la cordée derrière lui, il déploya une énergie dont peu l'auraient cru capable pour tracter toute la suite de ses compagnons à la force de ses bras.
« Que la Reine-Dragon nous protège, s'écria-t-il, en proie au plus total désarroi. Ces infernales mécaniques nous poursuivent encore ! »
Aalphz lui tapota alors sur l'épaule (elle était muette) et montra ce qu'elle tenait dans la main. Il s'agissait d'une sphère de métal grosse comme un pamplemousse, et striée à la manière d'un melon.
« Tiens, tu as pris un détonateur thermique ? Quelle bonne idée ! »
Elle tourna la partie supérieure de quelques cliquetis vers la droite, appuya sur le gros bouton rouge, puis regarda sa montre quelques longues secondes, avant de lâcher la grenade dans le vide. Elle se mit à chuter très lentement, puis prit un peu de vitesse, puis de plus en plus, avant de taper contre la coque, une fois, puis deux, puis d'exploser dans le plus grand silence – tout juste la coque hoqueta-t-elle sous leurs pieds. Sans air pour la confiner, la déflagration ne produisit qu'un flash aveuglant suivi d'un souffle presque immédiat, qui pulvérisa tout ce qui se trouvait à proximité, robots, barreaux et paroi métallique comprise. Comme Aalphz avait correctement visé, seuls trois horreurs insectoïdes parvinrent à poursuivre l'ascension, qui furent aussitôt rageusement canardées par l'étonnante variété d'armes que possédait l'équipe.
Pour les amateurs d'armes, précisons qu'il y avait le cosmofuseur à protons de Aalphz, qui de sa main libre actionnait aussi un pistolaser à détente neurale, Zladko avait sorti d'on ne sait où un thermobolter rotatif Gatling TTFT-45 dont le recul le forçait à se cramponner à chaque rafale sous peine de s'envoler, Slogo était équipé de microphasers muon-tau à inverseur de polarité qui lui sortaient de chaque avant-bras, Nalphex possédait un tout petit mais puissant rayon désintégrateur qui transformait ses cibles en jolis nuages rouges et le capitaine Punch avait opté pour un fusil à particules d'origine Nabéenne, qui défouraillait encore pas mal pour une antiquité qui avait pris la poussière pendant des millions d'années (nonobstant les fort aléatoires talents de tireur du capitaine).
Bref, en deux secondes de feu d'artifice, il ne resta plus rien de ces machines qui fut plus grand qu'une pièce de cinq eurocents.
« Yeah, baby ! Take my ass into the... tu sais quoi ! Ah ah !
- When you have to shoot, shoot, don't talk.
- Make my day, asshole !
- Whip my dong !
- I wanna phone again, mother fucker !
- Hasta la vista.
- Hasta la Windows 7. Bien, on dirait une écoutille, non ? Vous êtes chauds les gars ?
- Let's gow !
- Shake yo' booty.
- Yeah ! Bang the écoutille ! »
Et ils banguèrent l'écoutille à coups de désintégrateur, de thermobolter et pour finir, de tatanne.

Treize-mille paires de senseurs optoélectroniques se tournèrent au même instant vers eux. Cent quatre mille pattes articulées se déployèrent en frémissant. Rarement avait-on réussi à entasser autant de robots de combat dans une si petite salle.
« Uh... demanda Zladko. Et chfais quoi maintenant ?
- Run nigga, RUN ! »
Tags: sauvageons
Subscribe
  • Post a new comment

    Error

    default userpic

    Your IP address will be recorded 

    When you submit the form an invisible reCAPTCHA check will be performed.
    You must follow the Privacy Policy and Google Terms of use.
  • 22 comments