aspexplorer (aspexplorer) wrote,
aspexplorer
aspexplorer

The Cretinous Star Sauvageons 7.18

18 ) Le silence de la mer



DS 1018.4

On n'a pas vraiment idée de la signification du verbe « joncher » tant qu'on n'a pas vu faire les épaves du « Despairodrome », comme l'appelaient les gens d'ici. Une telle maîtrise dans l'art du jonchage ne pouvait être le fruit du hasard et devait sans doute beaucoup au savoir-faire d'artisans-joncheurs amoureux de leur métier. Des siècles de patiente et besogneuse piraterie avaient été nécessaires pour accumuler une collection d'astronefs à divers degrés de décomposition, qui confinait à l'exhaustivité et qui aurait fait le bonheur de n'importe quel étudiant en astronautique. De loin en loin, dans les allées délicatement aménagées au bulldozer, on pouvait apercevoir le ballet d'un droïde cherchant pour un client telle ou telle pièce rare, de telles recherches pouvaient prendre des jours et nécessitaient donc l'œil infatigable d'un automate. On pouvait en voir beaucoup car le Despairodrome avait une forme originale pour une casse : il occupait toute la paroi d'un tortueux tunnel de cinq-cent brasses de diamètre en moyenne, sur des kilomètres de long. Du coup, à certains endroits, on pouvait avoir la vision dantesque et panoptique d'hectares et d'hectares entiers de dentelle de plastanium, d'aluminium et de titanures strongulés sur 360°.
« C'est celui-ci qu'on avait vu.
- Il n'a pas l'air trop abîmé. Il doit être là depuis peu de temps, Venoma, vous aviez raison. Et vous dites qu'il a un bouclier antineutron ?
- En effet capitaine, s'il n'a pas été démonté depuis notre visite. Cela dit, nous n'avons pas eu le loisir de l'examiner en détail, il faudrait s'assurer qu'il est en état de vol.
- Et en espérant que le propriétaire acceptera...
- Laissez-moi faire, dit Punch, je vais négocier. Holà mon brave ! Oui, vous, avez les yeux partout, elle est à vous cette poubelle ? »

Le « Queen Adamantia's Fortune », comme l'appelèrent d'un commun accord les cocapitaines, n'était sûrement pas à la pointe de la recherche en bougeologie supraluminique des plasmas mous, mais il avait été réalisé en bon acier, avec des boulons, des pistons qui faisaient pschit et des boutons qui faisaient clic-clic quand on les enfonçait. Il n'y avait pas d'holo-interface polymimétique du genre qui tombent en panne tous les cinq parsecs et qu'il faut renvoyer à la concession parce que sans ça rien ne fonctionne plus, non. Le Queen avait des jauges bien rondes, avec des aiguilles bien rouges qui tournaient dans des cadrans gradués de caractères certes incompréhensibles, mais qui donnaient confiance. C'était un engin robuste et fonctionnel, conçu par des gens qui n'avaient pas de temps à perdre avec des designers ou des études de marché. Il plut assez à Punch, un peu moins à Flash.
De dehors, il s'agissait d'un vaisseau vaguement rectangulaire, plus large que long, doté d'un unique pont. Quatre excroissances trapues entouraient les ailes ; elles contenaient de l'armement, les réseaux de détecteurs et les propulseurs. L'intérieur s'articulait autour d'un grand espace central servant de passerelle, de cabine et de salle des machines. Pour les longs voyages, il était possible de déployer manuellement des cloisons de plastacier et d'installer du mobilier pliable pour ménager des espaces plus intimes, l'opération prenait, d'après le vendeur, une vingtaine de minutes (compter donc le triple pour une estimation plus réaliste). Deux étroits couloirs latéraux menaient aux petites salles d'armement, et c'était là qu'on se rendait compte que l'on avait affaire à un appareil militaire. Même si les canons lourds avaient été démontés (pour autant qu'ils aient jamais été montés), l'engin présentait quatre doubles blasters à répétition vers l'avant, assez pour faire face à n'importe quel chasseur. A l'arrière étaient montés deux phasers de moindre puissance, mais dotés d'un système de déflecteur permettant de cibler un ennemi qui se présenterait par l'arrière, même un peu hors de l'axe. Complétaient cet arsenal quatre racks de mines stellaires et deux tubes lance-missiles, aussi vides les uns que les autres. Au niveau des boucliers, Flash dut concéder que ceux du Queen dépassaient probablement en efficacité ceux du Foudroyant Lumineux, qui était beaucoup plus imposant. Il était surtout beaucoup plus maniable, si l'on en jugeait les moteurs à impulsions découplés sis au bout des ailes. Détail intéressant pour un astronef de ce tonnage : il y avait une hyperpropulsion, qui ne cassait bien sûr pas des briques, mais ce n'était pas grave, Jeemishoo était juste à côté.
En somme, l'engin faisait l'affaire, et Punch en fit donc l'acquisition pour la somme raisonnable de trois-cent quarante mille crédits, plein de carburant compris. Il était tout excité, c'était la première fois qu'il possédait un astronef. Évidemment, il y avait le Disko, mais ce n'était pas son vaisseau à lui en propre, il appartenait à l'Astrocorps. Le Queen, c'était SON vaisseau, et personne ne pourrait le lui prendre. Il désirait ardemment en connaître tous les rouages, tous les compartiments, chaque bobine, chaque accroc sur la peinture bordeau métallisée.
« Juste pour ma culture, demanda-t-il à la cantonade, de quelle origine est ce puissant véhicule ? »
Silence gêné.
« Je connais six millions de chantiers de construction, intervint Slogo, cet astronef n'est d'aucun modèle connu. Mais si nous trouvons un droïde de protocole, je pense qu'il pourrait facilement identifier les inscriptions.
- Suis-je sot, j'ai mon transducteur universel ! Nalphex, pensez-vous pouvoir régler votre engin pour nous traduire les indications des tableaux de bord ?
- C'est ce que j'essaie de faire depuis tout à l'heure, capitaine, mais sans succès. Cette écriture est inconnue de mon appareil, à mon grand désarroi.
- Bah, dit Flash, c'est un inconvénient mineur, les commandes semblent conçues de façon logique, et pour le reste, nous volerons au jugé. Pensez-vous que ce soit possible, Venoma ?
- Bien sûr capitaine.
- Haïdi ho ! Nous revoici dans la course, en route vers de nouvelles aventures ! Retournons au Foudroyant Lumineux pour quérir quelques babioles, Notig, vérifie que les racks de missiles sont en 125 standard, nous pourrons peut-être les garnir avec ceux que nous avons déjà. »

C'est ainsi que le cœur léger, ils retournèrent à leur vieille fusée, laissant sur place Venoma et Zladko qui souhaitaient prendre du temps pour se familiariser avec les commandes. S'il avait encore fière allure vu de l'extérieur, le Foudroyant Lumineux n'était plus que l'ombre de lui-même dès qu'on pénétrait dans sa coque : dans les étages inférieurs, tout ce que le feu n'avait pas ravagé avait été noyé sous la mousse ou maculé de fumée, dont l'odeur âcre empestait encore le moindre recoin de l'astronef. C'est alors qu'ils crapahutaient à proximité des propulseurs à la recherche d'une caisse de pièces détachées qu'Aalphz héla du coude – elle était muette - le capitaine Punch en désignant une tubulure fendue dans le sens de la longueur.
« Mmmh... Ce vaisseau est dans un était déplorable, c'est vrai. Mais en toute honnêteté, je ne crois pas que le Disko puisse être pris pour un modèle de...
- Faites voir ? S'enquit Kragelius.
- Ma charmante compagne a découvert une malfaçon dans ce tube, là...
- Ah oui, c'est l'alimentation ionique. C'est bénin, c'est bénin.
- Je crains que vous ne fassiez erreur, professeur, fit remarquer Slogo, il ne s'agit pas ici d'un câble d'alimentation ionique, mais de la dérivation de rétroaction principale du moteur subluminique.
- Vous êtes sûr de vous ?
- Je suis formel, ma base de donnée contient un schéma complet du Foudroyant Lumineux. Par ailleurs, c'est marqué sur le câble.
- Ah oui, si vous le dites.
- Je crains du reste que nous n'ayons trouvé l'origine de nos problèmes. Capitaine Thunder ! Capitaine Thunder !
- Oui, mon bon Slogo, que se passe-t-il ?
- Voyez, la rétroaction principale est endommagée.
- Je comprends tout ! Il est évident qu'au moment du décollage, en raison du court-circuit, les capteurs ont reçu des données incorrectes et ont tenté de compenser en injectant des quantités de carburant supérieures à ce que les moteurs pouvaient supporter, les noyant pour le coup !
- Limpide, approuva Punch qui n'avait rien compris.
- Mais capitaine, demanda Notig, comment une telle chose a-t-elle pu arriver ? Les moteurs fonctionnaient parfaitement bien jusqu'ici.
- Hélas, dit Punch, sentencieux, je crois pouvoir répondre à cette question, et la réponse ne plaira à aucun d'entre nous. Voyez la forme de l'entaille : est étroite étroite et semble profonde, mais elle n'a pas la même épaisseur sur toute sa longueur. Voyez en haut, c'est plus large et ça se termine abruptement, alors qu'en bas, c'est plus fin. Ceci n'a donc rien à voir avec l'usure normale d'une pièce mécanique, c'est un coup de couteau qui est responsable de cette marque.
- Mais alors, vous voulez dire...
- Oui, messieurs, nous voici devant un cas de sabotage ! »
Ta ta taaaaaa...

« Diana, la MOA m'informe que le recalibrage du rotostéganokinétikoscope est terminé. Le système phlogistique est opérationnel à 70%, les propulseurs à exécration sont décoincés, tous les compartiments compromis ont été condamnés et les circuits dérivés. Le Disko est en état de marche. Les ingénieurs en fuite ont été rattrapés et enchaînés à leurs postes.
- Merci Lesfleurs. Nous pouvons donc reprendre le cours de notre mission. Suivons la dernière trajectoire connue du Foudroyant Lumineux et tâchons de retrouver notre cher capitaine.
- Oui, Diana.
- La vengeance est un plat, Lesfleurs, la vengeance est un plat. »
Tags: sauvageons
Subscribe
  • Post a new comment

    Error

    default userpic

    Your IP address will be recorded 

    When you submit the form an invisible reCAPTCHA check will be performed.
    You must follow the Privacy Policy and Google Terms of use.
  • 25 comments