aspexplorer (aspexplorer) wrote,
aspexplorer
aspexplorer

The Cretinous Star Sauvageons 7.19

19 ) L'éducation sentimentale


DS 1020.1

Venoma et Zladko avaient vite pris leurs marques aux commandes du Queen, c'est donc avec assurance qu'ils guidèrent l'esquif vers la sortie de Riedquat Outpost, entre les champs de mine, puis entre les astéroïdes voisins, évoluant gracieusement dans le vide noir et glacé. Autant que l'était devenue l'atmosphère à l'intérieur du vaisseau, d'ailleurs, où chacun épiait chacun d'un œil torve.
« Quels sont les paramètres de vol, Venoma ?
- Vecteur d'astronavigation 105.5 / 33.8 / 45.4, circuit primaire à 44.25 en cycle sinusoïdal, champ de résilience nominal sur les six axes, rhéostator de compensation au point mort.
- Bien. Et ça veut dire quoi ?
- Je ne sais pas, je ne fais que lire les chiffres sur les cadrans. Mais d'après les relevés fournis par Fu-Tong Phang, nous devrions quitter la ceinture externe dans quelques instants et nous engager dans la Brume de Jeemishoo.
- Qu'est-ce que la Brume de Jeemishoo ? Demanda ingénument Punch.
- Mon pauvre Punch, votre inculture a cessé de me stupéfier, mais vous auriez pu faire l'effort de vous renseigner avant d'accepter la mission. La Brume, c'est la gangue de gaz et de poussière, éjectée par cet astre au moment de son explosion, et qui l'entoure aujourd'hui d'un halo sphérique qui le dévoile à nos yeux. C'est une zone dangereuse, car si on y pénètre à trop grande vitesse, l'effet d'abrasion des microparticules sur les champs de force peut détruire le plus robuste des astronefs en quelques millisecondes. C'est aussi un refuge idéal pour les pirates et les renégats de tout poil, mais d'après Fu-Tong Phang, nous n'avons rien à craindre, ses forbans ne sont pas en opération dans ce secteur en ce moment.
- Bonne nouvelle. J'en conclus donc que cette nuée de petits points rouges qui convergent vers nous, là, juste devant, et qui n'apparaissent pas sur le scope, c'est un comité de bienvenue de l'Office du Tourisme de Jeemishoo ?
- Hmmm... il est possible aussi que ce pirate nous ai trahis. Zladko, relevez les boucliers, Slogo, ouvrez une fréquence.
- J'admire la manière que vous avez de donner des ordres à bord de MON vaisseau, Flash.
- C'est peut-être votre vaisseau, Punch, mais c'est mon équipage. Mais si vos compagnons se sentent capables de prendre la place des miens, qu'ils s'y mettent !
- Parfaitement, qu'ils s'y mettent. Aalphz, ma chérie, vire cet androïde de ce fauteuil et contacte la flotte ennemie.
- C'est incroyable, dans toute l'histoire de l'exploration stellaire, je crois que jamais un capitaine n'avait promu aux communications un officier muet, c'est une première.
- Mais... mais ta gueule, aussi !
- C'est toi, ta gueule ! »
Cette intéressante conversation fut interrompue par un bruit terrifiant évoquant la percussion quasi-tangentielle de deux camions que l'on aurait bizarrement construits en tôle ondulée, avec toutefois en arrière-plan sonore, une variété d'harmoniques aiguës mal accordées, le tout entrecoupé de petits « t'lolc ! » saccadés. Nos matelots cherchèrent du regard quelle partie de l'astronef avait rencontré une mine à antimatière ou s'était invaginé sous l'effet d'une lentille temporelle, mais il apparut bien vite que cette cacophonie émanait d'un extraterrestre dont la figure apparaissait sur l'écran de communication principal, et qui semblait très agité. De visage, si toutefois c'était un visage, il mêlait harmonieusement les traits les plus repoussants des insectes et des reptiles, avec six petits yeux à facettes enfoncés dans des orbites articulées, une minuscule trompe en guise de nez et un orifice buccal bavant situé pile au milieu de la face, encadré de chélicères et de deux longs tentacules qui s'agitaient mollement dans la gravité réduite du vaisseau qu'ils avaient contacté. C'était une chance que la liaison fut en noir et blanc, car croyez-moi, en couleur, il n'était pas bien joli.
« Mes respects, noble général, je suis le capitaine James T. Punch, de l'USS D... du Queen Adamantia's fortune. C'est un plaisir de découvrir un visage amical dans ce lieu abandonné des dieux et des hommes. Mon modeste astronef peut-il vous venir en aide de quelque manière que ce soit ?
- Votre mort... gnnnn... sera lente... ggnh... et rapide, maudits humains ghhhh... shslcloc !
- Ah. Voyez-vous Flash, je peux me tromper mais je crains qu'ils ne soient hostiles.
- Horreur, ce sont des Thar'Glinko Hadar ! »

Il faut ici expliquer ce que sont les Thar'Glinko Hadar. Parce que je me doute que vous vous êtes jeté sur l'l'Encyclopaedia Galactica, le Compendium des Races Sapientes de l'Université de Baalboah II et le Monster Manual dans toutes ses éditions, et que vous n'avez trouvé nulle part de description de cette race, et pour cause : ce n'en est pas une. Chez les astronavigateurs ayant un peu de métier et s'étant parfois écarté des routes commerciales standard, ceux qui vont chercher querelle dans les cantinas de bas étage des astroports glaireux des planètes les plus miteuses, bref, chez les vrais de vrais quoi, on appelait ainsi de façon générique toutes les races présentant les caractéristiques suivantes :
- Sale tête
- Comportement hostile
- Insensibilité à la corruption
- Sale bobine
- Nom imprononçable
- Système politique à la con généralement basé sur un système d'essaim, de ruche et de reine pondeuse
- Haute technologie guerrière
- Supériorité numérique écrasante
- Sale gueule
- Langage à base de cliquetis merdiques
Ajoutons à cela qu'ils étaient le plus souvent verts, très malodorants et amateurs de Guiness.
C'était assez commun que de telles espèces apparaissent sans préavis dans un coin de la galaxie, ravagent quelques planètes et menacent la paix de l'univers. A partir de là, ça se déroulait toujours selon le même protocole, à savoir qu'immanquablement, le capitaine Duglampion de la Garde Impériale de Bledperdüh 56, plus malin (ou plus chanceux) que les autres, découvrait qu'ils avaient un point faible incompréhensiblement facile à exploiter, comme une allergie aux microbes les plus communs, une sensibilité à telle longueur d'onde du spectre visible, un système d'autodestruction de la flotte-mère commandé par un système très difficile à pirater tant qu'on n'essayait pas le mot de passe TOTO, ou une envie de se suicider en masse quand ils écoutaient de la J-pop.
Mais avant qu'on trouve le truc, c'était considéré comme une très mauvaise chose de tomber sur des Thar'Glinko Hadar.

« Ils activent leurs canons à impulsion, ils seront à portée dans quarante secondes. Que fait-on ?
- Oui Diana, que f... oh c'est vrai, merde. Euh, attendez... Tiens, Flash, une idée ?
- Oui, on fonce.
- Hein ? Vous êtes malade ! Ils sont des douzaines.
- Il est trop tard pour faire demi-tour, et ils nous rattraperaient de toute façon, mais si nous parvenons à forcer leurs lignes, nous pourrons rejoindre la Brume. Ils seront alors obligés de ralentir, et avec un peu de chance, nos boucliers nous protègeront mieux de l'abrasion que les leurs, de sorte que nous serons plus rapides qu'eux. Allez, Punch, filez avec Slogo dans la chambre d'armement tribord, Zladko, allez avec Aalphz à bâbord, et tâchez d'aligner quelques-uns de ces bâtards au passage. »

Pendant ce temps là, l'équipage du Disko avait suivi le sillon du Foudroyant Lumineux jusqu'à Rieqdat Outpost. Après des péripéties sans intérêt, Diana, Lizzie et deux redshirts avaient remonté la piste jusqu'au bureau de Fu-Tong Phang, que l'on était en train de repeindre. Diana, confrontée à l'ignoble forban, décida de le faire mettre à table à sa façon.
« Allez, ça va aller, ça va aller, il est parti le vilain Flash.
- Aaaain hin hin... C'était horrible, horrible ! Ces yeux injectés de sang, cette voix de fou furieux ! Oh là là, que d'émotions pour un pauvre homme comme moi... Vous vous rendez compte ? Mais dans quel monde vivons-nous.
- Eh oui, mon bon monsieur, eh oui. Et sinon ils voulaient aller où ça ?
- Je n'ai pas pu dormir de toute la nuit, je tremblais comme une feuille, comme une feuille ! Regardez mes mains, comme une feuille !
- Et donc ils...
- Alors le lendemain je suis allé voir mon psy, il m'a dit que je souffrais de stress post-traumatique. Quelle brute, vraiment ! Ah, qu'ils puissent se perdre du côté de Jeemishoo, ces affreux personnages, je crois qu'ils ne manqueront à personne.
- A qui le dites vous. Jeemishoo, vous dites ?
- Oui, ils semblaient très pressés d'y étudier je ne sais quel phénomène. Vous voulez les coordonnées ?
- Ce serait bien urbain en effet.
- Fabio ! Fabio, mon garçon, tu peux nous ramener cinq camomilles et les coordonnées que j'ai données à cet horrible Flash Thunder s'il te plait ? »
Tags: sauvageons
Subscribe
  • Post a new comment

    Error

    default userpic

    Your IP address will be recorded 

    When you submit the form an invisible reCAPTCHA check will be performed.
    You must follow the Privacy Policy and Google Terms of use.
  • 20 comments