aspexplorer (aspexplorer) wrote,
aspexplorer
aspexplorer

The Cretinous Star Sauvageons 7.20

20 ) Les liaisons dangereuses



DS 1020.1

« Nous perdons de la poussée à tribord, compensez sur les gyroscopes !
- Trois nouveaux missiles en approche par l'arrière.
- Vire vers le croiseur le plus proche et mets-toi sur une trajectoire de collision. Zladko, alignez les missiles avec le collimateur arrière.
- Négatif Flash, le dernier tir a mis le viseur hors-service.
- Malédiction ! Arme les canons avant et canarde les chasseurs qui passent. Punch, Slogo, à vous de vous occuper des missiles.
- Cette saleté est enrayée, on démonte le machin là, attendez. Slogo, tire sur ce panneau de MERDE LA ! Allez, du nerf ! Non, tant pis, défonce-le...
- Non mais que...
- Bloink !
- Vous croyez que c'est le moment de bricoler ?
- Hourra, c'est ça, c'est bien le compresseur secondaire de plasma !
- Vous êtes sûr, capitaine Punch ?
- C'est marqué dessus non ? Il est juste sorti de son logement, ces machins sautent tout le temps, c'est pareil sur le Disko. Il suffit de mettre un grand coup... Làààà... OK, on est bons, au viseur maintenant.
- En effet, la puissance remonte. Coordonnées de tir 1335.42 / 814.07, autospan on pour un tir en mode rotatif.
- Feu !
- Joli ! Poursuis la manœuvre, je vérifie l'alimentation du canon.
- Zladko, demanda Flash qui avait traversé l'astronef, on en est où ?
- Ils se tiennent à distance de l'axe, ils vont sûrement tenter une attaque de flanc.
- Ils n'en auront pas le temps ; Venoma, passez au ras du croiseur principal en évitant les tirs de turbolasers.
- Je n'avais pas vraiment l'intention de me jeter dessus, Flash. Accrochez-vous, on va sûrement dépasser un peu des capacités du stabilisateur. »
Certes, la manœuvre de Venoma (un double tonneau barriqué suivi d'un looping un peu moisi avec retournement dans les trois axes) dépassa quelque peu les capacités du stabilisateur, mais il s'avéra que les panneaux en plastacier recouvrant l'intérieur des zones habitables de l'appareil étaient relativement souples, de sorte que même après avoir cogné trois fois au plafond, au plancher et à chacun des murs, les équipiers qui avaient eu l'imprudence de ne pas s'attacher ne souffraient que de contusions minimes. Le Queen était décidément un appareil très bien conçu qui, contre toute attente, échappait maintenant depuis cinq minutes à toute une armada de croiseurs Thar'Glinko Hadar lourdement armés.
« Je passe entre les tourelles dans trois... deux...
- Zladko, les mines, maintenant ! »
A ce moment précis, l'officier repoussa les actionneurs électropneumatiques qui, dans un chuintement sec simultané à un petit choc, expulsa dans l'espace le bloc complet de mines TRV-48 dont le Queen était équipé. La manœuvre était habile : le lourd croiseur amiral ennemi avait en effet commencé à faire demi-tour sur lui-même, pour présenter son flanc – sa meilleure ligne de tir – à l'agaçant moustique auquel il faisait la chasse. Partant du principe que la zone entre les tourelles n'était pas forcément couverte par les radars de proximité, et que de toute façon, les opérateurs du croiseur étaient trop occupés pour y prêter attention, ils avaient donc expulsé leurs mines à proximité immédiate de la coque, avant de dégager en plongeant sous la ligne médiane. En fait,, il y eut bien un radariste Thar'Glinko Hadar pour s'apercevoir du danger, mais il ne put prévenir son Khundar avant que celui-ci n'ai fini de converser avec le Gaahk'kun du vaisseau, lequel était de la caste Ohkin da Yuharg. Certe, le radariste était lui-même un Pharagn'aar du clan Ühft, mais il n'avait pas encore accompli le second Rahalgunthar du Pon'Jobbar, de telle sorte que le Gaahk'kun avait deux degrés de préséance sur lui. Dans ces conditions, vous en conviendrez, il était hors de question qu'il puisse l'interrompre. Les explosions fleurirent en un mortel chapelet sur la coque du croiseur amiral comme un bouquet de cerisiers (ou de boutons sur la gueule d'un emo si on n'est pas porté sur les japonaiseries), éventrant plusieurs compartiments et abrégeant par un voyage dans l'éther les pitoyables existences de quelques centaines de ces créatures. Certes, selon les critères Thar'Glinko Hadar, l'astronef était encore parfaitement fonctionnel (c'est à dire qu'il avait encore au moins un bloc de propulseurs, un canon et un Thar'Glinko Hadar vivant à bord), mais le fait est qu'il n'était plus très vaillant, et surtout, les autres astronefs durent faire une manœuvre pour éviter le géant blessé et ses morceaux. Ceci donna un bref répit au Queen Adamantia's Fortune, que nos valeureux héros mirent à profit pour filer sans demander leur reste dans la très relative sécurité offerte par la Brume de Jeemishoo.

Pleinechope Troisbras n'avait pas perdu son temps sur Reidqat Outpost, puisqu'il avait déniché un téléporteur presque neuf, qu'il se faisait fort d'installer en moins d'une semaine dans une section désaffectée du Disko. Diana observait la livraison dans la salle de chargement quand elle fut interrompue par un claquement de talons.
« Lieutenant-Commandeur Jdobrynewicz au rapport, à vos ordres Capitaine.
- Repos. Non mais qu'est-ce que je raconte ? Tu as bu Khunduz ?
- Ben, je sais pas, tu nous as fait un laïus sur la discipline, tout ça, alors je me disais...
- Arrête de te foutre de ma gueule. Qu'ils arrêtent l'anthropophagie, ce serait déjà pas mal, je ne demande quand même pas que l'équipage me salue. Alors ce rapport ?
- C'est en cours, c'est en cours. Globalement, ça dit qu'on a une soixantaine de blessés récupérables.
- Et les décédés ?
- On a relevé une vingtaine de corps, mais ça ne compte pas les EDE ni ceux qui sont coincés dans les sections dépressurisées, que bien sûr, nous n'avons pas exploré. »
- EDE ?
- Expulsé dans l'espace.
- C'est remarquable de faire partie d'une organisation où ce genre de chose arrive suffisamment souvent pour qu'on se donne la peine de faire un acronyme. Et les disparus ?
- Pour avoir un état des disparus, il faudrait que nous ayons eu un recensement de l'équipage avant l'accident.
- Ah oui, c'est vrai. OK, merci. Merci. Dismissed. Bon, tire-toi, là...
- Non, mais y'a un détail qui me chiffonne depuis un moment, c'est sûrement pas important du tout mais bon, puisque je suis dans le trip « officier responsable », je me disais que ça serait bien que je t'en parle au moins.
- C'est quoi ?
- Ben, tu te souviens que sur Yshaloth, au moment de la réception avec la Reine...
- Non, je ne m'en souviens pas, j'étais pas là.
- Ah ouais, c'est vrai. Bref, à un moment, El Poncho était parti discuter le bout de gras avec la mouchette et le grand con, et moi, j'avais scanné une pépette qui me plaisait bien, c'était un des membres de l'équipage de Flash machin, là, Venoma. Une grande brune genre dégourdie, avec une belle..
- Passionnant.
- Alors je la branche, je la tchatche un peu la tête, et elle me parle de choses et d'autres.
- Sans blague ? Et tu as conclu s?
- Euh... non, pas eu le temps. Mais il y a un truc qui clochait dans ce qu'elle m'a dit. Je savais pas vraiment ce que c'était, tu vois, comme ces trucs qu'on a sur le bout de la langue, ces trucs qui t'agacent.
- Oui, et ça t'est revenu ce qu'elle t'a dit ?
- Ben finalement, y'avait rien de bien original dans ses propos, juste... le fait que je les comprenais.
- Tu les comprenais.
- Les Yshaliens baragouinent un volapük à eux, vous vous souvenez, on n'y comprend rien sans transducteur. Mais là, je n'avais aucun problème à la comprendre.
- Merde. Et tu ne parles pas un mot d'yshalien je suppose.
- Non. Ça m'est revenu y'a deux nuits, elle parlait en nécripontissien, comme toi et moi.
- Tu es sûr que ce n'était pas du galax, du standard ou du...
- Non, j'en suis sûr, du bon vieux nécri.
- Ah. Effectivement, c'est intéressant. Cela ne peut vouloir dire qu'une seule chose : c'est une terrienne.
- Ah, je suis pas fou quand même.
- Mais si elle ne s'est pas présentée à nous comme telle, c'est qu'elle cachait quelque chose.
- Correct.
- Donc, Punch risque de gros ennuis.
- C'est aussi mon opinion.
- Excellente nouvelle. Merci d'apporter votre petit rayon de ciel bleu dans cette journée, docteur. »

« Bien joué, Capitaine, approuva Notig, les yeux pleins d'admiration. Nous les avons semés.
- Le scope radar est formel, dit Slogo, ils sont plus lents que nous dans la Brume. Nous sommes sauvés.
- Je dois l'admettre Capitaine, renchérit Zladko (d'habitude avare de compliments), votre tactique a été couronnée de succès. Bravo.
- Oui, bravo, dit Punch en sortant de la salle d'armement. Et maintenant, cher Zladko, levez les mains en l'air ! Oui, et vous aussi, Venoma !
- Punch ? Mais que faites-vous, vous êtes malade ? Reposez ces fuseurs à protons, le moindre trou dans la coque et nous sommes perdus.
- Perdus, comme le sont ces deux traîtres. Allez, rassemblez-vous dans ce coin, et ne faites pas les malins, j'ai l’œil.
- Je ne vois pas de quoi vous voulez parler, pauvre fou !
- Oh, vous pensiez sans doute que je ne saurais pas déchiffrer les inscriptions multiples que porte cet astronef, n'est-ce pas ? Et vous aviez raison, je n'ai pas reconnu ces caractères, jusqu'à il y a quelques minutes, lorsque j'ai dû ouvrir le panneau du compresseur de plasma. Un compresseur que j'ai tout de suite reconnu, de même que les consignes de sécurité gravées dessus : c'était tout du nécripontissien ; en fait, nous utilisons ce modèle précis de compresseur à bord du Disko. Il vient de la Manufacture Cirepont, à Sembaris. Cet astronef dans lequel nous naviguons comporte des pièces terriennes !
- Comment ? S'étonna Flash. Mais il ne ressemble en rien à votre vaisseau, d'après ce que nous en avons vu.
- Le Disko est un peu... non-représentatif. Alors, en voyant ça, je me suis dit : « si cette pièce vient de la Terre, le reste doit en venir aussi, mais qui a les moyens de créer des astronefs, en-dehors de l'Astrocorps ».
- Qui ?
- Et c'est là que je me suis souvenu que l'Empire de Pthath avait depuis peu rectifié son alphabet. Ils avaient une écriture impossible avec des bestioles et des serpents partout, maintenant ils ont un alphabet tout simple avec des petits symboles faciles, en tout cas c'est ce qu'on m'a décrit, je n'en avais jamais vu. Jusqu'à ce jour. Nous sommes dans un astronef de l'Empire de Pthath.
- Eh ? Demanda Flash. Qui ça ?
- Nos ennemis jurés. Dévoués au mal.
- Ah, d'accord. Mais quel rapport avec Venoma et Zladko ?
- C'est très simple : quelles sont les chances pour que, dans toute l'étendue du Despairodrome, on tombe par hasard sur le seul astronef venant de la Terre ? Aucune, il y en avait des milliers.
- C'est vrai.
- J'en déduis que ceux qui sont allé chercher cet astronef, à savoir Venoma et Zladko, sont des traîtres pthaths, comme du reste en témoigne leurs noms de fourbes et leurs physiques bistres. Ah, on fait moins le malin, pas vrai ?
- Bien joué, Capitaine Punch, dit alors Venoma, ses mains aux longs ongles manucurés levées vers le ciel. Vous m'avez percée à jour, mais je crains que votre triomphe ne soit de courte durée.
- Ah oui ?
- Woutwout. »
C'était le professeur Kragelius qui, se glissant derrière Punch, venait de lui tirer une décharge de paralysant dans les lombaires.
« Merci, docteur. Ordinateur, déploie des champs de contention sur tous les occupants du Revenge of Naong, excepté moi et le docteur.
- A vos ordres, Capitaine Gowan.
- Ah ah ah ah ah ! On va enfin s'amuser un peu dans ce rafiot. »
Tags: sauvageons
Subscribe
  • Post a new comment

    Error

    default userpic

    Your IP address will be recorded 

    When you submit the form an invisible reCAPTCHA check will be performed.
    You must follow the Privacy Policy and Google Terms of use.
  • 16 comments