aspexplorer (aspexplorer) wrote,
aspexplorer
aspexplorer

Ça nous changera un peu des lolcats

Wisdom

Alors je sais que les lecteurs de ce blog sont des gens d'esprit fin, de bon goût et cultivés, à qui ces propos sembleront triviaux, toutefois, il se peut que des âmes égarées en ces lieux ignorent encore qui est Noam Chomsky. Alors voilà en gros :

Imaginez que dans trois ou quatre siècles, et pour peu qu'une civilisation existe encore sur Terre, des étudiants en sciences humaines se penchent sur notre époque reculée et demandent à leur professeurs quels étaient les grands penseurs d'alors. Celui-ci leur répondra sans doute une demi-douzaine de noms, sur lesquels je ne me hasarderai pas à faire des pronostics, sauf dans le cas de Noam Chomsky, qui en fera assurément partie.

Chomsky a un vrai métier : il est linguiste. Un linguiste sérieux. Il est professeur au MIT, c'est une sommité mondialement reconnue dans son domaine, il a développé la linguistique générative. Ses travaux sont aujourd'hui enseignés dans les universités du monde entier. S'il y avait eu un prix Nobel de linguistique, il l'aurait sans doute eu. En outre, il n'a jamais rien dit sur l'espéranto, bref, c'est une tronche le gars.

Mais il a aussi du temps libre, et pendant son temps libre, comme beaucoup d'universitaires, il fait de la politique. Plutôt à gauche, pour dire les choses franchement. Mais comment dire... c'est pas vraiment le genre à signer des pétitions pour l'interdiction de la chasse à courre, à faire des sit-ins devant les squats de sans-papiers ou à lancer des appels vibrants à la télévision pour qu'on qu'on sauve l'habitat du pluvier à tête crochue contre les spéculateurs immobiliers. Non, Chomsky, il n'a pas de temps à perdre avec ces conneries. Comme c'est un intellectuel, il se sert de sa plume, oui Henri, de sa plume ! Il écoute, il s'informe, il réfléchit et il écrit des articles et des bouquins.

Chomsky a étudié les media occidentaux, principalement américains, et les mécanismes selon lesquels ceux-ci, sous couvert de liberté d'expression, de pluralisme et de neutralité, sont en fait biaisés par des intérêts politiques et financiers. Chomsky a étudié la politique étrangère des Etats-Unis et les relations de son pays (il est Américain) avec le tiers-monde. Ce qui est intéressant et rafraîchissant avec Chomsky, c'est qu'il arrive au constat qu'effectivement, mes démocraties occidentales ne sont pas fondamentalement différentes et en de nombreux points ne se comportent pas mieux que d'ubuesques dictatures des pays du sud (constat trivial dans la pensée de gauche). Toutefois, cet état de fait n'est pas le produit d'un complot mondial, d'une franc-maçonnerie secrète, d'un d'un groupe de phynanciers occultes aux nez crochus et aux oreilles décollées ou de ces salauds eud'spéculateurs qui font qu'à tondre les honnêtes gens. Dans la pensée chomskyenne, au contraire, ceci est le fruit de rapports de forces naturels entre groupes humains de divers milieux sociaux, qui se reproduisent, s'éduquent et profitent les uns des autres, la plupart du temps de bonne foi. Comme le remarquait Alain Accardo, "Il n'est pas nécessaire que les horloges conspirent pour donner pratiquement la même heure en même temps, il suffit qu'au départ elles aient été mises à l'heure et dotées du même type de mouvement, de sorte qu'en suivant son propre mouvement chacune d'elles s'accordera grosso modo avec toutes les autres. La similitude du mécanisme exclut toute machination."

(putain comment j'me la pète trop !)

Ce qui est intéressant quand on lit Chomsky, c'est qu'on comprend. Parce que c'est écrit avec des mots simples formant des phrases claires, articulées de façon logique afin d'exprimer des idées auxquelles on peut ou non adhérer, mais qui ont le mérite d'être étayées par un raisonnement, des exemples, des références. Non, Henri, je sais à quoi tu penses, range donc tes liens à la con, n'est pas Chomsky qui veut. Chomsky, dans son verbe, fait songer aux grecs ; il fait appel à la raison, et non à des concepts fumeux, des phrases amphigouriques et contournées, des sous-entendus, des connivences et des allégations sournoises. Il n'a donc rien à voir avec les intellectuels français qui le vomissent d'un bel ensemble - la haine des imbéciles distingue l'homme de bien. Suite à son récent passage à Paris, où il s'est exprimé devant une salle bourrée, le professeur Chomsky a fait l'objet d'un dossier (hélas disparu dans les abîmes du web payant, mais dont les bonnes feuilles sont glosées ici) dans "le Monde des livres" afin de bien expliquer pour quelle raison il était un penseur sans importance. Un dossier de trois pages...

Chomsky a 81 ans et la santé d'un homme de son âge. Soyons au moins conscients que nous sommes ses contemporains.

Ecoutons encore Noam Chomsky et méditons sa parole.
Tags: opinion
Subscribe
  • Post a new comment

    Error

    default userpic

    Your IP address will be recorded 

    When you submit the form an invisible reCAPTCHA check will be performed.
    You must follow the Privacy Policy and Google Terms of use.
  • 58 comments