aspexplorer (aspexplorer) wrote,
aspexplorer
aspexplorer

Contes et légendes d'Indonésie



Les naturels de l'île de Golandragong, à l'est de Bornéo, ont une charmante théogonie. Dans leur religion traditionnelle, le dieu créateur Olanchang, littéralement "Né du néant", engendra le ciel vide, puis l'océan primordial, qui était solide. N'ayant pas d'eau pour s'abreuver, il se dessécha, mourut, et tomba sur l'océan où il s'écrasa, les fragments de son corps donnant naissance aux îles (les seules terres émergées connues du peuple de Golandragong).

Il y eut bien des dieux qui se succédèrent alors, et dont même les anciens de Golandragong ont perdu la liste précise, et aucun ne survécut au manque d'eau, jusqu'à Mandrachandra, la déesse des volcans. Comme les autres, elle avait grand soif. Elle engendra donc treize fils, et leur enjoignit de quitter l'île-mère pour chercher l'eau.

Le premier était Chalamongdong, le dieu-murène, qui construisit une pirogue dans le bois d'un arbre sacré, avec un balancier et une pagaie, avant de se lancer à son bord sur le grand océan solide. Évidemment, il n'alla pas bien loin, car la pagaie ne s'enfonçait pas dans dur océan. Toutefois, sous les huées de sa mère et de ses frères, il s'échina, s'obstina, poursuivit sa tâche absurde une lune durant, avant de mourir d'épuisement et de soif.

Le second l'imita en tout point, et connut le même sort. Le troisième également, et ainsi de suite, jusqu'à l'arrivée du dieu-requin, Narsamrandong. Le dieu-requin était le plus fort, le plus sage et le plus courageux des fils de Manrachandra, aussi, voyant l'échec de ses aînés, il s'arracha plusieurs dents de sa mâchoire, et les fixa à sa rame. Ses dents étaient si acérées qu'il parvint à trancher la matière de l'océan. Si acérées que, troublé par les frénétiques coups de rame du dieu-requin, l'océan primordial se fragmenta en morceaux de plus en plus petits, jusqu'à devenir le liquide que nous connaissons. C'est ainsi qu'une lune suffit à Narsamrandong pour donner naissance à l'eau et pour abreuver sa mère.

C'est pourquoi les indigènes de Golandragong vénèrent le dieu-requin, jeûnent et lui font toujours des offrantes, bien que l'île ait été islamisée depuis des siècles. D'un autre côté, quel musulman s'offusquerait que l'on jeûne durant le mois des rames à dents ?
Tags: belles histoires
Subscribe
  • Post a new comment

    Error

    default userpic

    Your IP address will be recorded 

    When you submit the form an invisible reCAPTCHA check will be performed.
    You must follow the Privacy Policy and Google Terms of use.
  • 11 comments