aspexplorer (aspexplorer) wrote,
aspexplorer
aspexplorer

La technocratie, ça marche. Et si on essayait ?

Il y a bien longtemps, dans ce beau pays de France, on a décidé de fabriquer une centrale nucléaire plus grande, plus belle, plus moderne que les autres. Une centrale magique qui brûlerait les déchets des autres centrales, qui aurait un meilleur rendement, et qui assurerait à notre grand pays un avenir énergétique illimité et sans nuage. On lui a donné un joli nom : Superphénix.

En tout cas, c'est comme ça que les gens de Framatome, EDF et compagnie ont dû présenter la chose à leurs ministres de tutelle, et à leur président féru de littérature. C'est bien, les dirigeants férus de littérature. C'est pratique surtout, quand on est technicien et qu'on a à vendre un truc aussi débile que Superphénix. Tenez, regardez cette vidéo :


C'est ce qu'on obtient en faisant tomber, à vue de nez, 1/10e de gramme de sodium dans de l'eau. Il y avait aussi du sodium dans Superphénix. Ça servait à refroidir le réacteur. Du coup, c'était du sodium liquide, à 500°. Ce sodium était refroidi par un second circuit de sodium, lequel réchauffait de l'eau, qui servait classiquement à faire tourner une turbine, un alternateur, et ça partait dans le réseau EDF.

Il n'y avait pas 1/10 de gramme de sodium dans Superphénix. Il n'y en avait pas un gramme entier, ni même, soyons fou, cent grammes. Non, il y en avait cinq mille tonnes. Cinq milliards de grammes. Vous avez remarqué le petit "PROUT" évocateur à la fin de la vidéo ? Ça laisse songeur, hein ? Oh, avant que j'oublie, une petite précision d'ordre métallurgique : le sodium liquide est aussi connu pour être particulièrement abrasif vis-à-vis de l'acier. Eh, les amiches, devinez en quoi ils étaient, les tuyaux qui transportaient le sodium dans l'eau pour la chauffer ? Hein ? Hein ?

Mais le plus rigolo dans l'histoire, c'est que le cœur du réacteur était particulier. Dans une centrale nucléaire classique, il y a principalement de l'uranium 235, qui est le carburant, de l'uranium 238, qui est un déchet, et diverses scories plus ou moins radioactives produites par la désintégration du 235. Lorsqu'un réacteur nucléaire de ce type explose, il projette tout ceci dans l'atmosphère, avec des conséquences relativement limitées. J'ai dit relativement. Ça veut dire qu'il y a des milliers de morts, des dizaines de milliers de contaminés, il faut évacuer une région grande comme l'Ile-de-France pour quelques siècles, mais dans l'ensemble, c'est une catastrophe d'une ampleur supportable pour un pays comme le notre.

Superphénix contenait, outre les saloperies ci-dessus énumérées, près d'une tonne de plutonium.

Le plutonium, c'est quelque chose de très amusant. Imaginez qu'un savant distrait en perde un gramme en plein Paris, comme ça, par pure négligence. Ça arrive. Les négligences, pas les pertes de plutonium, hein ! Bon, ben imaginez-vous que la conséquence serait... l'évacuation immédiate et en catastrophe de Paris et de sa banlieue. Parce que c'est vraiment très taquin, le plutonium, et très méchant. Un gramme suffit à pourrir une ville entière. Un kilo qui s'envole et c'est une région qu'on évacue. 900 kilos et il n'y a plus qu'à tous s'entasser en Martinique, en Guadeloupe et à la Réunion - notez, le climat est sympa.

Donc, des gens très sérieux, des gens avec des cravates, qui avaient fait des études, avaient pour projet de fabriquer un réacteur nucléaire avec assez de plutonium pour vider de sa population l'Europe et une bonne partie de l'Afrique pour les 200 000 prochaines années, et de l'entourer de 5000 tonnes d'une substance dont aucun pompier au monde ne sait éteindre un feu de plus de dix kilos.


Et tenez-vous bien, non seulement ils ont eu ce projet, mais ILS L'ONT FAIT ! Et ça a fonctionné pendant des années. Jusqu'au jour où ces cons d'écologistes ont fait fermer cet engin du démon. Oui, vous avez bien lu, des écologistes qui font quelque chose d'utile ! Tout arrive !

Bien entendu, ça a coûté des milliards et ça n'a débouché sur rien. Donc, ça a été un grand succès, puisque Framatome, EDF et tutti-frotti se sont grassement goinfré de délicieux francs sur le dos des contribuables.

Une telle chose n'aurait jamais pu avoir lieu dans d'autres pays. Comme par exemple, la République Populaire de Chine. Et vous savez pourquoi ? Parce qu'en France, nous sommes gouvernés par des littéraires. Des gens qui savent bien parler, qui savent bien écrire, qui savent le sens des mots, et qui savent même changer le sens des mots quand ça les arrange. Il est faux de dire qu'ils sont incapables de faire une addition ; ils y arrivent très bien, du moment qu'il y a un symbole monétaire à la fin de l'équation. En revanche, ils sont dépourvus de culture scientifique ou technique. N'importe quel abruti avec une blouse blanche par-dessus et une cravate en-dessous leur en impose, c'est comme ça. C'est une sorte d'hypnose.

Je vous engage maintenant à consulter la liste des membres du Bureau Politique du Parti Communiste Chinois, à lire les biographies de ses membres, et à estimer par vous-même s'il aurait été possible au lobby nucléaire chinois de pipoter ces braves apparatchiks pour leur vendre un Superphénix.

Mais c'est peu probable, vu qu'ils sont quasiment tous dotés d'un diplôme d'ingénieur ou d'un doctorat es-science.

Ce qui explique peut-être aussi le fait que la Chine soit le pays de l'avenir et qu'il n'y ai à mon sens pas grand chose à espérer de la France tant qu'on ne se sera pas débarrassé de cette bande de parasites.

Tags: science
Subscribe
  • Post a new comment

    Error

    default userpic

    Your IP address will be recorded 

    When you submit the form an invisible reCAPTCHA check will be performed.
    You must follow the Privacy Policy and Google Terms of use.
  • 33 comments