aspexplorer (aspexplorer) wrote,
aspexplorer
aspexplorer

L'étoffe des héros

Comme je vous le faisais remarquer voici quelques mois, pour monter dans une fusée, il faut avoir des couilles au cul. Imaginez-vous assis à 50 m d'altitude, ficelé à 2000 tonnes de carburant particulièrement énergétique, on a soigneusement évacué tout le monde à part vous et vos collègues à des kilomètres à la ronde, et vous attendez tranquillement qu'un fonctionnaire mal payé vienne foutre le feu à tout ça. On peut même se demander comment ils font pour ne pas mouiller leur jolie combinaison orange au moment où "les boulons pètent".

Eh bien en fait, ils ont un truc.

Nous sommes le 5 mai 1961. Youri Gagarine est parti dans l'espace le 12 avril précédent, au grand désarroi des Américains, qui décident de presser un peu le mouvement, et d'envoyer leur premier astronaute, Alan Shepard, dans une lessiveuse juchée au-dessus d'un missile ballistique courte portée. C'est ce qu'on a appelé pompeusement "la mission Mercury 3". Il s'agit d'un vol suborbital, c'est à dire nettement moins bien que ce qu'on fait les Russes, mais il s'agit d'expliquer aux contribuables que la NASA nouvellement créée n'est pas totalement larguée.

Donc, on installe Shepard dans son cercueil volant, on le boulonne, on remplit la fusée, on évacue soigneusement la zone (parce que jusqu'à présent, les fusées américaines étaient surtuot connues pour leur aptitude à détruire des pas de tir), et on procède au compte à rebours. Qui dure quatre heures. Parce que de multiples problèmes ont mené à de multiples reports. Résultat des courses, au bout d'un moment, notre astronaute étant fait comme tout le monde, il éprouve une envie bien légitime. Or, le vol ne devait à l'origine durer que quelques minutes, de sorte que rien n'avait été prévu, et donc, poussé par la nécessité, il demande au directeur de vol la permission de procéder à l'opération de vidange de la vessie. Evidemment, il n'était pas question de sortir pour pisser au pied de la tour, puisqu'il aurait fallu faire sauter les boulons explosifs.

Voici comment le premier astronaute américain est parti dans l'espace dans des conditions d'hygiène préoccupantes.

Depuis cette Apprenant de leurs erreurs, les astronautes, lors des décollages, des atterrissages ou des sorties dans l'espace, disposent d'un équipement adapté de haute technologie, à la pointe de la recherche :

couches

La couche culotte !

Eh oui, c'est ça l'étoffe des héros : une sorte de ouate de cellulose.
Tags: science
Subscribe
  • Post a new comment

    Error

    default userpic

    Your IP address will be recorded 

    When you submit the form an invisible reCAPTCHA check will be performed.
    You must follow the Privacy Policy and Google Terms of use.
  • 4 comments