aspexplorer (aspexplorer) wrote,
aspexplorer
aspexplorer

Une bonne occasion de poster une photo de Himmler

Alors j'ai regardé dans le dictionnaire :

Racisme n. m. - 1905 ; de race Théorie de la hiérarchie des races, qui conclut à la nécessité de préserver la race dite supérieure de tout croisement, et à son droit de dominer les autres... Ensemble de réaction qui, consciemment ou non, s'accordent avec cette théorie.

Il s'agit de mon Petit Robert datant de 2000. J'ai vérifié cet après-midi à la FNAC (qui était exceptionnellement ouverte), et la définition est à peu près toujours la même, idem chez Larousse. Le mot est absent du huitième Dictionnaire de l'Académie Française (sorti dans les années 30) et pas encore traité dans la neuvième (qui s'arrête à préside).

Depuis quelques années, sont apparus à la télévision des gens qui prétendent que le racisme, c'est autre chose. En l'occurrence, pour eux, le racisme consiste à croire qu'il existe des races humaines. Du reste, wikitionnaire semble abonder dans leur sens. Ils sont donc dans l'erreur et devraient acheter un vrai dictionnaire. Pour ma part, je ne crois pas qu'il existe des races humaines. Je le constate. Qu'est-ce donc qu'une race ? C'est, d'après l'Académie (huitième édition), "un Groupe d'individus qui se distingue d'autres groupes par un ensemble de caractères biologiques et psychologiques dont on attribue la constance, non pas à l'action du milieu, mais à une lointaine hérédité."

Exemple : je croise dans le métro un individu présentant une pigmentation très sombre ainsi qu'un certain nombre de caractéristiques physiques dont j'ai déjà distraitement noté la récurrence chez certains autres individus, ayant par ailleurs tous en commun le fait d'être issus de l'Afrique subsaharienne. Comment l'expliquer ?

La première explication, c'est que ce n'est pas un hasard, et que ces caractères sont dus à "une lointaine hérédité", en l'occurrence africaine. Ce monsieur est noir parce qu'il appartient à un ensemble d'individus partageant un certain nombre de caractères génétiques propres aux populations africaines, ce que l'on appelle "la race noire". Oui, mais en disant ça, vous devenez raciste, en tout cas selon la Nouvelle Novlangue Rénovée.

La seconde explication, c'est que ce monsieur était gris à la naissance, comme tous les nourrissons, et qu'il a choisi d'être noir parce que c'était la mode cette année là, parce que ça allait bien avec la couleur de sa Mercedes, ou parce que ça amincit. C'est absurde, bien sûr, mais c'est ça ou être taxé de racisme.

En fait, le "néo-racisme" est universellement partagé. Lorsque nous croisons un inconnu, nous percevons d'emblée quelques caractéristiques générales, comme son sexe, son age et sa race, après viennent les détails. L'invention du néo-racisme a donc pour effet immédiat que nous sommes tous néo-racistes, et comme c'est mal d'être raciste, on a honte d'être comme on est, on se sent coupables. C'est une logique qui rejoint un peu celle de la religion chrétienne : on définit comme pêché toute une série de comportements humains parfaitement naturels, ainsi, nous sommes tous pêcheurs, et donc dépendants, pour notre salut, de l'Église. C'est un procédé que je trouve méprisable et que l'histoire a condamné.

Notons enfin, pour clore le sujet, que Wikipedia a une page intéressante sur le racisme. On peut y lire la "réfutation du concept de race", qui est très sotte. En effet, cette réfutation part du principe que la race humaine est un concept scientifique, et en conteste donc la validité scientifique. Or, la race humaine est avant tout un concept naturel, issu de l'observation quotidienne que chacun fait autour de lui, et n'a nul besoin de la validation d'une quelconque autorité scientifique. En outre, cette réfutation se fait sur le principe que les races humaines ont des contours flous, ce que personne ne réfute. Certes, il existe des métis. Certes, partout, on trouve des exemples de transition douce entre les populations qui, de proche en proche, finissent par avoir peu de traits communs. Le concept de race est-il pour autant dénué de pertinence ?

Je suis allé, voici quelques semaines, à Andorre. Depuis Toulouse, qui est située dans la plaine alluviale de la Garonne, on passe par tout un tas de petits bleds, et à mesure que l'on progresse, le relief se creuse, les collines montent, se rident de vals, des falaises, des éboulis, des a-pics surgissent, les montagnes se font de plus en plus hautes. Mais il n'y a pas de pointillé délimitant la montagne. Il n'y a pas de frontière clairement tracée, pas plus qu'entre la Méditerranéenne et la mer Egée, ou entre l'Art Moderne et l'Art Contemporain. Doit-on, pour autant, cesser de croire que les Pyrénées existent ?

Je me demande qui est derrière ce discret glissement sémantique. Je me demande d'où il tire sa légitimité à changer le sens des mots, et surtout, je me demande où il veut en venir et à quoi ça lui sert. Surveillons les dictionnaires.


Beau type raciste (milieu du XXe s.)
Tags: opinion
Subscribe
  • Post a new comment

    Error

    default userpic

    Your IP address will be recorded 

    When you submit the form an invisible reCAPTCHA check will be performed.
    You must follow the Privacy Policy and Google Terms of use.
  • 51 comments
Previous
← Ctrl ← Alt
Next
Ctrl → Alt →
Previous
← Ctrl ← Alt
Next
Ctrl → Alt →