aspexplorer (aspexplorer) wrote,
aspexplorer
aspexplorer

Les malheurs de la vertu ♣♣


...Ainsi donc, sans entendre plus avant les pleurs et les suppliques de Juliette, le Marquis de *** la coucha face contre la table et, ses deux valets contrefaits tenant écartées les chevilles délicates de la malheureuse, il releva ses jupons. Et s'adressant au Chevalier de *** :
" Pour celle-ci, qui viens du pays Breton, quoi de plus approprié que les spécialités de son pays ? Songe, jolie Juliette, que c'est la tendresse octueuse de ce beurre salé qui t'épargnera les pires tourments tandis que je t'enculerai. "
A peine eut-il achevé sa phrase qu'il entreprit d'oindre le cul de Juliette, avant de la prendre sans ménagement, comme il l'avait annoncé. En cet instant la pauvre créature crut alors avoir atteint les tréfonds de la déchéance humaine, et n'ayant plus de larmes à pleurer, hoqueta de désespoir. Or, voici le Chevalier de ***, une brute d'un embonpoint aussi maladif que sa maligne perversité, se trouva dans tous ses états et, haletant comme une bête, aboya à ses serviteurs qu'on lui amène une autre fille. Aussitôt, la pauvre Henriette, toujours nue après la rude flagellation qu'elle avait reçue, fut poussée dans le cachot.
" Vois ta camarade, catin, vois bien, et imite-là, ou tu prendras tantôt une nouvelle punition.
- Pitié, Monseigneur, je ferai tout, je ferai tout...
- Alors, prends-donc la pose. Et pour toi, ce sera du beurre doux. Tu peux me remercier de ma mansuétude, catin. "
Et alors qu'il l'enculait enfin, voici qu'entra le troisième larron. C'était l'abbé ***, ecclésiastique dévoyé, relaps et renégat, dont la vie entière avait été consacrée au vice et au blasphème.
" S'amuse-t-on sans moi ? Comme est-ce possible ? Je vous vois occupés à corriger ces peronnelles, et il n'y a rien pour moi ? J'enrage ! Il me faut céans un exutoire, mon vît brûle de tourmenter quelque cul. "
Il pria les valets de lui amener Justine, sa victime préférée. Jetée bientôt à ses pieds, il lui présenta son membre turgide et, la narguant, lui demanda par jeu :
" Alors, cher coeur, tendre amie, avez-vous quelque préférence ? Il reste du beurre salé et aussi du doux, à vous de me dire votre choix en matière d'enculade.
- Messire Abbé, pitié, je ne sais que choisir ?
- Mais tu tremble, Justine ! Est-ce moi qui t'effraie ? Ou bien ton inconstance vient-elle de ton ignorance ? Qu'à celà ne tienne, belle enfant, je vais t'éclairer d'une précieuse expérience. Agenouille-toi comme à confesse, que je puisse t'oindre de l'un des condiments avant de t'enculer furieusement. Puis, je t'essuierai longuement, avant d'essayer l'autre. Ainsi, la prochaine fois qu'il t'adviendra telle aventure, tu sauras mieux choisir. "
Tags: devinettes toutes pourrites
Subscribe
  • Post a new comment

    Error

    default userpic

    Your IP address will be recorded 

    When you submit the form an invisible reCAPTCHA check will be performed.
    You must follow the Privacy Policy and Google Terms of use.
  • 20 comments