aspexplorer (aspexplorer) wrote,
aspexplorer
aspexplorer

Socrate d'Athènes ♣♣♣♣



Socrate avait un rival, le sophiste Antiphilès, qui lui était opposé en tout. Le premier était pauvre car il dédaignait l'argent, le second était avide d'or. L'un était laid et contrefait, l'autre était un athlète accompli. Socrate avait épousé une épouvantable mégère, et Antiphilès une des plus belles filles de l'Attique. C'est d'ailleurs ce dernier point qui fit son malheur.

Alors donc qu'il cheminait sur l'agora en compagnie de son ami Aristoclès, Socrate croisa son ennemi qui lui-même devisait avec un comparse du nom de Cléombrotos, un riche marchand du Pirée. Le sophiste trouve alors à se gausser du philosophe :

" Quel est ce hère, ma foi, mais n'est-ce pas Socrate ? Ce bel esprit qui n'a sans doute pas changé de vêtement de la semaine... Pourquoi cette mine défaite, Socrate, pourquoi cheminer pieds nus ? Puis-je de secourir et te prêter trois oboles pour que tu ailles t'acheter une paire de sandales ?
- Tu me dis démuni, Antiphilès ? Je ne comprends pas, car je viens sur cette place, exhibant sans vergogne la plus grande richesse qu'un homme de bien puisse espérer posséder. Eh non, je ne suis pas pauvre, puisque j'ai à mes côtés un ami fidèle et dévoué.
- Un ami ? Mais moi aussi j'en ai un. J'ai un habit neuf, des bagues à mes doigts, et chez moi, toutes sortes de richesses. Et ceci ne m'empêche pas, comme toi, de profiter de la compagnie d'un ami, Cléombrotos que voici. Je suis donc plus fortuné que toi.
- Mais l'amitié de Cléombrotos à ton égard, durera-t-elle toujours ? "

Socrate quitta l'agora sur ces paroles, et moins d'un an plus tard, Antiphilès vit qu'il avait dit vrai. Car Cléombrotos, troublé par la beauté de la femme de son ami, en vint à la convoiter. Pour parvenir à ses fins, il complota contre le malheureux sophiste, le fit bannir d'Athènes sous un faux prétexte et confisquer ses bien à son profit. De son côté, Socrate put longtemps encore compter sur l'amitié de son ami Aristoclès, que l'on connaît mieux aujourd'hui sous son sobriquet de "Platon". Ce dernier assista le vieux philosophe jusqu'à la prison où il se donna la mort, et bien après cela encore. Il écrivit au sujet de son ami, fit son éloge en maint occasions, et c'est par ces écrits que nous connaissons encore le nom et la pensée de Socrate l'Athénien. Antiphilès, pour sa part, ne nous est plus connu que par cette anecdote, et le fait est que vingt-cinq siècles plus tard, sa postérité est éteinte, alors que la fortune du vieux Socrate nous apparaît toujours aussi éclatante.

A vous, sophistes du dimanche, de deviner quel enseignement on peut tirer de cette aventure.
Tags: devinettes toutes pourrites
Subscribe
  • Post a new comment

    Error

    default userpic

    Your IP address will be recorded 

    When you submit the form an invisible reCAPTCHA check will be performed.
    You must follow the Privacy Policy and Google Terms of use.
  • 20 comments