aspexplorer (aspexplorer) wrote,
aspexplorer
aspexplorer

Fame ! I'm gonna live forever...



C'est la gloire !

Ça y est, on parle de moi dans le journal ! Tout un article sur moi, je suis célèbre, youpie !

Bon, d'accord, c'est le journal de Masson, mais quand même.

Henri Masson ne m'a jamais donné l'impression d'une grande ouverture d'esprit


Je suis flatté à deux titres. D'une part, c'est toujours agréable d'être cité dans une publication, quelque modeste qu'elle puisse être, et ensuite, le mépris des imbéciles distingue l'homme de bien. Ah, pauvre Masson. Il y a une chose qui m'a frappée, c'est que dans sa prétentieuse "gazeto", les deux seuls journalistes sont Henri Masson et un mystérieux H.M. Je ne suis pas convaincu qu'il y ai grand monde de plus dans la fameuse association "SAT Amikaro", ce qui collerait bien avec le trait marquant que j'ai cru remarquer chez les espérantistes : la fâcheuse habitude à "faire masse", à se faire voir, à se montrer plus nombreux qu'ils ne sont. Ce qui permet de dissimuler le pitoyable échec de cette langue.

Vous devez vous dire que je fais une fixation sur l'espéranto. Ce n'est pas vrai. Je m'en fous un peu, pour tout dire. Si je poursuis Masson de mon ire vengeresse, c'est mû par un souffle mystique. J'accomplis une quête spirituelle.

Je m'explique. Il naît parfois de l'humanité des idées merveilleuses. Des idées généreuses, simples et belles, dont on se dit quand on les découvre : "Mais c'est fantastique ! Pourquoi personne n'y a pensé plus tôt ?". Ces idées, immanquablement, font des adeptes. Elles se répandent. Elles prospèrent et se diversifient. Et puis un jour, ça marche à tous les coups, ils apparaissent. On les reconnaît vite en discutant avec eux. Ils ont l'âme petite. Ils ont l'esprit trop étroit pour abriter plus d'une hypothèse, ils ne connaissent que les certitudes. Une fois que leur opinion est faite, elle est gravée dans le marbre, elle fait partie de leur identité et en tant que telle, ils feront tout pour la défendre. Pour la défendre en entier, pour en défendre la moindre virgule, pour faire triompher la sainte Orthodoxie contre les forces du chaos.

A ce stade, on peut dire que cette cause est morte, quelle qu'elle soit. Vérolée par ces tristes individus à la cervelle pourrie, elle dégénère en querelles de chapelles, elle se divise, elle se radicalise, elle se sectifie. L'idée d'origine sombre dans l'oubli, devient une sorte de folklore, passe au second plan derrière les manoeuvres politicardes, les chamailleries de personnes et les chicaneries sur tel ou tel point de dogme. Lente est l'agonie de ces idées, à ce stade, car ces gens qui ont pris le pouvoir ont des idées bien arrêtées sur la façon de procéder pour faire perdurer l'objet de leur obsession, au moins une génération de plus, même si l'élan initial est perdu à jamais. Alors ce sont intimidations, excommunications, procès staliniens, brimades, inutile que je développe, vous savez tous de quoi je parle. Le christianisme agonise ainsi depuis mille ans, l'espéranto depuis un siècle. C'est uniquement parce qu'existe cette race d'individus que l'humanité stagne dans sa médiocrité, et que toutes les utopies sombrent invariablement dans la corruption et la décadence.

Bref, pour résumer mon propos, je hais les cons.
Tags: espéranto
Subscribe
  • Post a new comment

    Error

    default userpic

    Your IP address will be recorded 

    When you submit the form an invisible reCAPTCHA check will be performed.
    You must follow the Privacy Policy and Google Terms of use.
  • 23 comments