aspexplorer (aspexplorer) wrote,
aspexplorer
aspexplorer

Un deux trois, Mickey Donald et moi...



Joie ! Disneyland Paris fête ses 15 ans !

Courez tous, avec ou sans vos bambins, vous amuser dans le plus grand parc d'attraction d'Europe ! Je vous assure que même si on est adulte, on laisse son cynisme à la porte et son antiaméricanisme au vestiaire, et la magie Disney fait son effet pour un séjour mémorable. Depuis quinze ans, Disneyland Paris enchante ses clients.

Ce qui est moins marrant, c'est qu'Eurodisney enchante beaucoup moins ses actionnaireS. Pour être précis, l'action Eurodisney, code EDL, a eu jadis coté 23,6 euros. Aujourd'hui, elle cote 8 centimes. Et le pire, c'est que 8 centimes, c'est déjà trop. Pourquoi ?

Eurodisney a un actionnaire principal, "The Walt Disney Company", ou TWDC, bref, Disney US. Normalement, un actionnaire fournit de l'argent, le capital, pour fonder ou acquérir une société, et se paye de son investissement grâce aux dividendes, c'est à dire la part de bénéfice qu'il touche. Or, la société Eurodisney est criblée de dettes ! Certes, le parc reçoit beaucoup de monde, il tourne et fait de la marge brute, seulement voilà, les intérêts de la dette mangent tout le profit, et plus encore, de telle sorte que tout comme l'Etat Français, cette malheureuse société voit son endettement croître d'année en année.

Mais revenons à Disney US : comment le pauvre Oncle Picsou se paye-t-il de son investissement, le pauvre, puisqu'il n'y a pas de dividende ? Eh bien, il se trouve que TWDC n'est pas seulement propriétaire d'actions, cette société possède aussi les droits de propriété intellectuelle sur les personnage Disney, Mickey, Minnie, Pluto, Blanche Neige, Rox et Rouky... Tous ces personnages que l'on croise dans le parc, et pour lequel, bien sûr, il verse annuellement des royalties à TWDC. Voici l'intérêt des Américains.

Donc, on peut en déduire que l'action EDL vaut zéro. C'est un cas rare d'actif financier dont on ne peut estimer la valeur, puisqu'il ne fait aucun rendement, et qu'il n'a aucune chance d'en faire jamais (ce n'est pas l'intérêt des Américains, actionnaires majoritaires, qui se satisfont des royalties). Bien sûr, la société a des actifs, surtout immobiliers. En cas de liquidation de l'entreprise, ces actifs considérables pourraient être mis en balance avec les dettes, et ainsi rembourser un peu les actionnaires. Sauf que ces actifs immobiliers ne valent que parce qu'ils jouxtent le parc, et perdraient de la valeur si celui-ci fermait. En outre, une bonne partie du capital est constitué de biens difficilement vendables (qui voudrait acheter un château de la Belle au Bois Dormant ?).

Donc, ma conclusion : on est toujours portés à acheter des actions parce qu'elles nous semblent peu chères, ce qui est une bonne chose. Cependant, il y a des pièges. Certaines actions semblent pas chères, mais elles valent encore moins, voire, rien du tout. Voici pourquoi il est toujours intéressant, avant d'acheter, de vérifier que vous avez le même intérêt que les actionnaires principaux.

quelle action de merde


C'était ma leçon de bourse à deux briques (c'est ce que j'ai perdu sur ce titre de merde pour l'apprendre).
Tags: couilles en or
Subscribe
  • Post a new comment

    Error

    default userpic

    Your IP address will be recorded 

    When you submit the form an invisible reCAPTCHA check will be performed.
    You must follow the Privacy Policy and Google Terms of use.
  • 14 comments