aspexplorer (aspexplorer) wrote,
aspexplorer
aspexplorer

Horusbennu



A box in my mailbox ?
Could it be...
Dra... Horusbennu ?
WTS is that F ?
???
Let's open
Oh, UV filter...
And something wrapped in bubbles
It's a lens !
Made of steel
Made of stone
Crafted in the glorious P'sRofC
Ça c'est un pentax qui a de la gueule


J'ai encore fait l'acquisition d'un dispendieux objectif. Vous connaissez bien sûr le fabriquant Horusbennu, spécialiste de l'optique exigeante. Eh bien j'ai... Si, Horusbennu. Oui, comme le dieu Horus, sauf qu'il serait bennu. Enfin, si quand même, c'est quand même le premier fabriquant Coréen d'objectifs, c'est pas rien. Après Samsung. Et Samyang. Enfin, fabriquant... il semble que l'objectif soit tout à fait semblable à un certain jouet de marque "Phenix", marque Chinoise surtout connue sur son marché domestique.

BREF ! Toujours est-il donc que me voici en possession d'un 50 f/1.7 bien pratique pour shooter en basse lumière. Oui, mais est-ce un appareil de qualité ? L'engin est livré avec un filtre UV qui de toute évidence ne vaut rien (le verre flotte et fait gling-gling dans son anneau, et reflète tant de lumière que c'est plus proche d'un miroir que d'un verre transparent). Le bouchon arrière est standard, le bouchon avant est original, mais fait cheapos. Pardon : vintage. Le caillou en soi donne plutôt confiance. Il s'agit d'un objectif compact, en métal, doté d'une bague de mise au point qui glisse plutôt bien tout en étant assez résistante, et d'une bague d'ouverture manuelle qui elle, est un peu plus sensible que souhaitable. Cette bague est graduée à 1.7, 2.8, 4, 5.6, 8, 11, 16 et 22, mais elle présente des crans aux valeurs intermédiaires, sauf entre 16 et 22. La mise au point, pour sa part, tourne d'environ 180° pour amener le focus de 45 cm à l'infini. En fait, à cette valeur, le point se fait légèrement au-delà de l'infini, comme c'est souvent le cas, mais dans l'ensemble les indications de distance portées sur la bague sont fiables. Notons la présence d'un indicateur de profondeur de champ (ça coûte pas cher et ça fait plaisir). Le diaphragme présente six lames légèrement incurvées. Signalons tout de suite que le HB50 1.7 est un objectif totalement manuel, ça signifie qu'il n'y a ni autofocus, ni réglage par l'appareil de l'ouverture, tout se fait à la mano. Faut s'y faire.

Bon, mais alors, qu'est-ce que ça donne dans la pratique ?

J'ai photographié cette scène dans mes studios (uhf uhf...) à pleine ouverture. Bon, ben c'est pas du Zeiss. On peut même dire que c'est mou. C'est très mou. Même au centre, c'est incroyablement mou. J'ai regardé deux fois si je n'avais pas laissé une trace de doigt sur l'objectif. Notez qu'il y a aussi beaucoup de vignettage, que cette scène ne fait pas vraiment apparaître
A 2.0, on progresse un peu. Sur le zoom 100%, on commence à lire à peu près l'heure, et ça ne bave plus trop. Mais de là à dire que c'est correct...
A 2.8, soudain, ça devient presque tolérable. On peut dire qu'à cette ouverture, on a un piqué d'image acceptable.
A 3.5, c'est même franchement propre.
A 8.0, le HB50 s'avère être tout à fait à son aise
Mes BD photographiées à diverses ouvertures (centre de l'image, crop 100%). Même constat, les images à 1.7 ne sont exploitables qu'en photo créative, et à 2.0 ça reste assez piètre, en revanche, entre 2.8 et 11, c'est très correct. Notez comme à 22, les interférences ramollissent l'image (ça n'a rien à voir avec la qualité de l'objectif, c'est à cause de la mécanique quantique).
Collage de quatre portions d'image prises à 1.7, les deux du haut viennent des coins. C'est mou, mais homogène avec le centre (c'est déjà ça)
Détail de textures en bordure d'image. Bien que trouble, le HB50 à 1.7 transcrit certaines textures subtiles. En revanche, il faut fermer à 11 pour voir tout ça net (notez que nous sommes en bordure de l'image)

En conclusion, le HB50 f/1.7 présente des similitudes avec le Leica Noctilux 50 0.95. La distance focale... ben, c'est tout en fait. A pleine ouverture, le HB est d'une mollesse peu courante, et ne peut donc s'utiliser que comme une "toy lens". En revanche, à partir de 2.8, c'est un objectif tout à fait décent, voire à partir de 5.6, franchement sympathique.

Surtout si on considère son prix.

Ah oui, je ne vous ai pas parlé de ça : cet objet m'a coûté 44 euros, port compris. Encore une petite différence avec le Noctilux, qui est légèrement plus onéreux (que ma bagnole).
Tags: énorme focale
Subscribe
  • Post a new comment

    Error

    default userpic

    Your IP address will be recorded 

    When you submit the form an invisible reCAPTCHA check will be performed.
    You must follow the Privacy Policy and Google Terms of use.
  • 10 comments