aspexplorer (aspexplorer) wrote,
aspexplorer
aspexplorer

Et pourtant je suis de gauche


Je ne sais pas si vous connaissez Gene Wolfe. C'est un écrivain ricain. Niveau écriture, c'est juste un dieu. Bon, il s'est fait connaître par une série de romans de science-fantasy, "l'ombre du bourreau". Dans un des bouquins, Séverian, le héros, rencontre un homme venu d'un pays lointain et ennemi du sien, et découvre une bien étrange civilisation : les Asciens. Dans ce pays, donc, les gens ne parlent pas librement leur langue, ils sont obligés d'employer uniquement un petit nombre de phrases, des sortes de proverbes, des maximes appartenant à un répertoire réduit de dits autorisés, les "pensées correctes" édictées par l'Etat. Ce qui est fascinant, c'est que malgré cette terrible limitation, les gens de ce pays arrivent tout de même à parler entre eux. Il leur a suffi de donner à chacune de ces phrases un sens, parfois bien éloigné de son sens littéral. Par exemple, un Ascien vous aborde en vous disant que "Il est préférable d'être juste que bon, mais seuls les bons juges peuvent être juges ; que ceux qui ne le peuvent soient bons". Eh bien, ceci veut dire "t'as pas cent balles ?", ce gentleman est un mendiant. Dans le roman même, Wolfe fait explicitement remarquer à son personnage à quel point le besoin de communiquer est viscéral chez l'homme, et avec quelle habileté ce peuple a détourné les interdits d'un Etat totalitaire pour y arriver.

La langue ascienne a plus tard inspiré les auteurs de Star Trek au cours du célèbre épisode "Darmok", ainsi que d'autres écrivassiers de plus médiocre étoffe, mais la constatation est toujours vraie : on ne peut guère empêcher les gens de dire ce qu'ils ont à se dire, même en les privant de leur langue.

Exercice :

Saurez-vous traduire du bobo vers le français la phrase suivante : " Nous vivons en milieu urbain, mais nous appartenons à la classe moyenne, et comme nos enfants n'ont pas une super qualité de vie, nous avons décidé de les mettre à l'école privée "



Ununrelated :




♪♫ La réponse ♫♪

Il fallait bien sûr traduire par : " Nous sommes blancs, mais nous vivons dans un quartier plein d'immigrés, donc pour que nos enfants ne soit plus emmerdés par les bronzés, on les a mis dans une école privée d'arabes. " Notez comme la première formulation est bien plus acceptable socialement.

Ce n'est que récemment que j'ai compris ce que mes collègues entendaient par "super qualité de vie". Pour moi, trois heures de transilien tous les jours pour rejoindre Cressilly-Malareille, desservi par les corbeaux et avec le boulanger le plus proche à dix bornes, j'avais du mal à associer ça à "une super qualité de vie". Et puis un jour, ça a fait tilt... "super qualité de vie", ça veut dire "entre blancs".

Illustration de la super qualité de vie en chiffres.
Tags: opinion
Subscribe
  • Post a new comment

    Error

    default userpic

    Your IP address will be recorded 

    When you submit the form an invisible reCAPTCHA check will be performed.
    You must follow the Privacy Policy and Google Terms of use.
  • 12 comments