aspexplorer (aspexplorer) wrote,
aspexplorer
aspexplorer

Curse of the BlackPearl

Hier, il m'adviendat une bien curieuse mésaventure. Abandonné lâchement par mes collègues à l'heure d'aller à la cantine, je résolus de me rendre au centre commercial des quatre temps, dans l'humble but de glandouiller. Mes pas m'amenèrent au virgin du coin où, dans des bacs, on soldait des CD à 10 euros. Ça mange pas de pain, me disè-je, aussi en embarquè-je un. Pour une fois que j'achète de la musique, je fus bien attrapé ! Quelle ne fut pas ma déceptitude de constater, ô dépit, que l'éditeur, sans doute économisant sur le contrôle qualité, avait totalement foiré l'impression de la couverture, presque entièrement noire. C'est vraiment du foutage de gueule, avec les milliards soutirés aux internautes par Hadopi, ils pourraient se payer une imprimante qui marche ! On déchiffre à grand peine le nom de l'artiste (ANCENION ???)


J'ai écouté un ou deux morceaux une fois rentré, on dirait du trip-hop manouche acoustique, un peu dans le genre de George Hancock, ou de Sam Levine des années "Right on the bottom" (mais qui serait un poil plus clair sur la basse, on n'est pas chez Ramon LaTupa non plus).

Bref, je rentre au bural et, avant de reprendre le cours de mes laborieuses activités, je me rends à l'espace détente afin de faire l'acquisition d'un café. Je mets un pièce d'un euro, parce que j'ai que ça, et la machine me rend 80 centimes parce que chez nous, le café est à 20. Le petit tas de monnaie tombe dans le réceptacle tandis que goutte le café dans son gobelet. Oh ! Mais que t'échappes-tu, coquine ? Une pièce de 10 centimes venait de tinter sur le revêtement de sol en simili-caoutchouc. D'un geste rendu souple par la pratique régulière des étirements, je me penche pour saisir la monnaie.

Crrarrrack !

Effroi ! Horreur ! Malédiction ! Cruel destin, que n'épargnes-tu le dieu du web ? Pourquoi accabler de tes traits fataux le titan au membre cyclopéen ? Est-ce le volume de l'appendice viril qui par son arrogance, t'aura déplu, ô, Norme ? Ou bien, je n'ose le croire, le volume graisseux de mon postérieur qui aura connu quelque honteuse inflation depuis que j'ai acheté ce pantalon ? Toujours est-il que ce ne sont point mes lombes qui venaient de me lâcher, mais ma fierté d'homme, en la personne du fond de mon futal. Fort heureusement, en ce 30 avril, les bureaux étant vides, je fus le seul témoin de mon infortune. C'est ainsi que, serrant les fesses, je retournai aussitôt au centre commercial sus-cité pour y faire l'acquisition d'un Levis 501 noir, de nature à abriter le légendaire monument de puissance virile que vous connaissez tous. Un 501, parce que je sais qu'il y a une taille où je rentre pile dedans, sans avoir d'ourlet à faire, et noir parce que j'étais en costard cravate, qui se marie mal avec le jean bleu délavé. C'est le deuxième 501 que j'achète en un mois, ils commencent à me connaître les cocos...

C'était aussi l'anniversaire du décès de notre Führer bien-aimé. Je ne pense pas qu'il y ai de lien de cause à effet, mais sait-on jamais ?



Tags: horus vivant
Subscribe
  • Post a new comment

    Error

    default userpic

    Your IP address will be recorded 

    When you submit the form an invisible reCAPTCHA check will be performed.
    You must follow the Privacy Policy and Google Terms of use.
  • 15 comments