aspexplorer (aspexplorer) wrote,
aspexplorer
aspexplorer

L'expo Atget au musée Carnavalet

Mardi j'avais pris une journée de congé et je suis allé au musée Carnavalet pour voir une expo sur l’œuvre du photographe Eugène Atget. C'était très bien.

Atget, né en 1857, est surtout connu pour ses photographies de Paris prises de 1890 à sa mort en 1927. A l'origine, il gagnait sa vien en produisant des "documents pour artistes" permettant aux peintres de faire des tableaux sans avoir à se déplacer. L’œuvre d'Atget est importante à deux titres :
- En premier lieu, il est intéressant de voir ce qu'était la photographie à ses débuts. Comment les photographes d'il y a un siècle composaient avec les contraintes techniques, ce qu'ils considéraient comme beau, ce qu'ils estimaient être une photo réussie et à quelles imperfections ils n'accordaient aucune importance. A ce titre, une grosse loupe de vignettage et les marques des pinces sur les bords de la plaque ne semblaient pas rhédibitoires.
- Ensuite, il y a le sujet lui-même. Car le Paris de cette époque n'a plus grand chose à voir avec notre capitale moderne. De tels témoignages sont sans prix sur bien des réalités quotidiennes disparues à jamais de la mémoire des hommes. Qui pourrait se douter qu'il avait existé des métiers aussi improbables que marchand d'abat-jours ? Qui pourrait croire qu'avant la première guerre mondiale déjà, le moindre mètre carré de mur libre était badigeonné de réclame ?

Au niveau technique, Atget n'a guère travaillé que sur un seul format, le 18x24 cm (peut-être même avec le même appareil toute sa vie !) Il impressionnait des plaques de verre, qu'il développait lui-même et dont il tirait ensuite les positifs sur papier albuminisé. Il tirait, mais il n'agrandissait pas : tous les originaux d'Atget font donc 18x24 cm. A ce titre, il est stupéfiant de voir quelle résolution la technique d'alors permettait d'obtenir : malgré la petite taille (selon les critères modernes) de ces tirages, le moindre millimètre carré de papier grouille de détails. Il faut aussi se souvenir que, travaillant en grand format, il avait accès à des facilités oubliées des photographes modernes, telles que le décentrement de l'objectif pour corriger les perspectives.

Atget a vu sombrer son Paris, et un autre apparaître. Il a vu les fiacres céder le pas aux taxis, les "fortifs" disparaître, le métro se creuser, une guerre mondiale réduire en cendres l'Europe des empires. Tandis que biffins et apaches rejoignaient l'imagerie populaire, il photographiait les impasses condamnées à la démolition, les taudis médiévaux, les petits métiers qui disparaissaient, les petits commerces. Et il était parfaitement conscient d'agir en conservateur de la mémoire, il savait que tout ceci allait disparaître, c'est pour nous, hommes d'un lointain futur, qu'il photographiait. La valeur de son travail fut du reste très tôt reconnue, puisque le musée Carnavalet se flatte d'avoir acheté nombre de tirages de son vivant. Il s'agissait à l'origine d'obtenir une documentation sur ce Paris qui se mourait. Ce n'est que plus tard que les tirages ont acquis un numéro d'inventaire, c'est à dire le statut d’œuvre d'art.

Oui, parce qu'en plus d'être un documentaliste, et bien qu'il s'en défendit à la fin de sa vie, Atget faisait œuvre d'artiste. Ses photos sont composées, non pas de façon académique, mais de façon élégante, et tenant compte des spécificité de la technique photographique. On s'en aperçoit lorsque l'on compare, comme on peut le faire dans l'exposition, deux photographies du même lieu prises par Atget et par son collègue Emmanuel Pottier, une dizaine d'années plus tôt. Pottier était un photographe talentueux, mais il a pris sa photo comme l'aurait prise n'importe quel touriste aimant un peu la photographie. Atget s'est décalé sur la droite, de façon à avoir les montants des fenêtres bien visibles, pour donner de la profondeur à son cliché. Une belle leçon.

Donc, pour ceux que la photo intéresse, une bien belle expo à 7€ où on ne se marche pas trop sur les pieds en semaine.


Hein ? Ah, oui... cacaprout, Masson, tout ça...
Tags: art
Subscribe
  • Post a new comment

    Error

    default userpic

    Your IP address will be recorded 

    When you submit the form an invisible reCAPTCHA check will be performed.
    You must follow the Privacy Policy and Google Terms of use.
  • 18 comments