aspexplorer (aspexplorer) wrote,
aspexplorer
aspexplorer

Et en panorapticomavision !

Intéressant article. Je me souviens qu'effectivement il n'y a pas si longtemps, on trouvait des télévisions, des magnétoscopes, des radios Thomson. Mon premier walkman MP3 était un Thomson. Et puis un jour, vous savez ce qui s'est passé ? Un génie de la finance sorti d'une école de management a eu la même idée géniale que tous les connards de la même race que nous chient ces écoles pour riches lèche-culs à longueur de semestre : pourquoi se battre pour des marchés à faible valeur ajoutée, alors qu'on peut recentrer les activités sur ce qui fait le plus de rendement, et ainsi améliorer le ratio cash flow/bénéfice ?

Ben, parce que les activités à faible valeur ajoutée, c'est ce que d'autres appellent "le métier de la boîte". C'est aussi ce qui fait le volume d'affaire, qui occupe les employés, qui rend ton entreprise visible et te permet d'amortir certains frais incompressibles. Bon, pour fixer les idées, prenez Renault. Renault fabrique et vend des voitures. C'est un business compliqué, avec des usines à gérer, du R&D, des ouvriers plus ou moins marxistes, de la logistique, un réseau de revendeurs, des pièces détachées, de la pub, bref, c'est un sac d'emmerdes. En plus, ça coûte cher, il y a un gros capital immobilisé, disent les comptables avec dégoût. Et puis, ça rapporte pas bézef. On va dire que par exemple, le chiffre d'affaire de cette activité pleine de cambouis sera de 10 milliards d'euros, mais comme les concurrents ne manquent pas, Renault va faire une bénéfice de 5%.

Mais heureusement, Renault, ce n'est pas que ça. Il y a aussi la branche services financiers. Ben ouais, quand vous achetez une Renault neuve, le garagiste s'empresse de vous placer son super crédit sur 8 ans avec un taux très avantageux (pour lui) et le contrat de service qui va avec. Ça normalement, c'est le boulot d'une banque. Eh bien cette banque, c'est Renault. Et c'est une activité bien plus juteuses, puisque sur le milliard de chiffre d'affaire de la branche, vous faites 15% de marge !

Et là, le gommeux avec son MBA, il se dit : " génial, y'a qu'à vendre ces usines à la con à des chinetoques, c'est fini germinal et la bête humaine, on va recentrer les activités sur les services financiers, et les actionnaires seront contents ".

Non, ils sont pas contents, les actionnaires. D'une part, parce qu'ils ont acheté des actions d'une boîte qui faisait 650 millions de bénéfice, et qu'ils se retrouve avec un machin qui en fait 150 millions. On aura beau leur parler de l'amélioration du ration de mes deux, ce qu'ils voient, c'est que leur dividende baisse. Et puis l'autre raison pour laquelle ils sont pas contents, c'est que ces 150 millions, ils peuvent aussi s'asseoir dessus, vu que, et c'est ce que le petit con à cravate ne sait pas puisqu'il n'a jamais mis les pieds dans une concession, pour vendre des produits financiers associés aux bagnoles, il faut vendre des bagnoles. Vu que le métier de vendre de l'argent, c'est assez facile en somme, ça ne demande pas d'investissement, c'est à la portée de n'importe quel hypermarché venu en fait. En quoi Renault "nouvelle version" serait-il mieux placé que Auchan, la BNP ou l'épicier du quartier pour vous proposer des prêts s'il n'y a plus de vendeurs dans les concessions ?

Bon, c'est sûr, avec Renault, c'est caricatural. Mais pour Thomson/Technicolor, c'est comme ça que ça s'est passé. Ils ont cessé de se battre pour gagner des parts de marché parce qu'ils trouvaient que c'était trop difficile, et se sont rabattu sur un marché de niche où ils pensaient que c'était plus facile de gagner de l'argent. Apparemment, c'était pas le cas. C'est juste une affaire de fainéantise patronale.


Je pense que rétrospectivement, on pourra dater le début de la décadence occidentale au 3 septembre 1992. Ce jour là, on débaptisa le building sis au 200, Park Avenue, à Manhattan. C'était anciennement le Pan-Am building, ce devint le MetLife building. Une quelconque compagnie d'assurance, c'est à dire un vendeur de vent en gros, remplaça une compagnie aérienne, donc une entreprise utile. Songez qu'en occident, et depuis si longtemps que nous y sommes maintenant accoutumés, il est devenu commun et facile de gagner de l'argent en donnant des conseils en consulting, en vendant des concepts abstrus ou en pérorant dans les media sur des sujets dont on ne connaît rien. Mais seuls les imbéciles qui n'ont rien compris au système prennent encore le risque d'entreprendre quelque chose.
Tags: couilles en or
Subscribe
  • Post a new comment

    Error

    default userpic

    Your IP address will be recorded 

    When you submit the form an invisible reCAPTCHA check will be performed.
    You must follow the Privacy Policy and Google Terms of use.
  • 23 comments