aspexplorer (aspexplorer) wrote,
aspexplorer
aspexplorer

Démocratie, ce système merveilleux que le monde entier nous envie

Pour en revenir au débat d'hier, faisons un peu le bilan de ce merveilleux printemps arabe qui a vu éclore la démocratie comme un champ de fleurs blablabla :

- Maroc : le pouvoir royal est de plus en plus fortement contesté.
- Algérie : c'est toujours autant boutefliqué de partout
- Tunisie : depuis la déposition du tyran Ben Ali de sinistre mémoire, la liberté et la démocratie progressent (mais les islamistes sont au pouvoir)
- Libye : suite à sa libération par les vaillantes armées occidentales, le pays n'existe plus. Ce n'est qu'un territoire partagé entre les divers peuples et tribus qui se font la guerre pour la possession du pétrole et du gaz, ainsi que d'un débouché sur la mer pour l'exporter
- Egypte : là encore, soutenu par un Occident toujours en première ligne dans la lutte pour les droits de l'homme, le millénaire peuple égyptien a secoué le joug barbare du tyran sénile Moubarak pour installer une démocratie à la suédoise (pour autant que la Suède se dote un jour de la Charia)
- Yemen : tiens, ça fait un moment qu'on n'a plus de nouvelles du printemps yéménite. Qu'en dit wikipedia ? "Les protestations ont par la suite dégénéré en révolte à la suite de l'insurrection de combattants tribaux"
- Arabie Saoudite : tout va bien dans le paradis d'Allah, toujours prodigue en pétrole et en terroristes.
- Syrie : c'est ici que se trouve désormais le front de la lutte pour la Liberté© contre la Tyrannie à visage humain du fielleux clan Assad. Le fait que la "rébellion" sont en pratique d'inspiration tribale, soutenue par les monarchies du golfe et largement talibanisée ne doit pas nous détourner du fait qu'il est urgent d'installer ces gens au pouvoir dans les confettis d'états qu'ils vont se créer.
- Irak : le traditionnel ilot de stabilité au moyen-orient, la Suisse du monde arabe, le nouveau phare de la démocratie. Ça aura coûté cher en bombes, mais les Américains ont quand même réussi à faire ce que dix années de guerre Iran-Irak n'avaient pas réussi à accomplir : mettre les réserves irakiennes de pétrole sous le contrôle de Téhéran ! Avec en prime la création d'un état Kurde de fait aux frontières de la Turquie, histoire de bien faire chier leurs meilleurs alliés dans la région.
- Soudan : le pays n'existe plus (c'est officiel)
- Mali : Pays qui n'existe plus (c'est pas officiel mais c'est un fait). Certes, ce n'est pas réellement un pays arabe, mais le Mali a été déstabilisé par des mercenaires de Kadhafi chassés par la "révolution" avec armes et bagages (surtout armes)
- Israel : je mets dans le même sac en raison de l'odeur de décomposition avancée qui s'exhale de ce qui se voulut, jadis, une utopie socialiste. De président violeur en premier ministre escroc, on voit qu'ils ont rapidement intégré les mœurs politiques de la région.

Ce n'est pas parce qu'il y a des élections libres dans un pays que ça en devient nécessairement une démocratie. Pour qu'il y ait une démocratie, il faut que ces élections concernent un peuple se sentant une communauté de destin, comme diraient les journalistes de merde qu'on a chez nous. Les pays d'Afrique et du Moyen-Orient, tirés au cordeau après la guerre et scellés d'intangibilité des frontières par les instances internationales, sont rarement dans une telle situation. Dans des régions où on se définit avant tout par son ethnie, on vote pour le candidat de son ethnie. L'application de la règle démocratique scelle automatiquement la victoire de l'ethnie majoritaire, qui acquiert du coup le droit d'exploiter les autres. Et en prime, avec la plus parfaite légitimité démocratique ! Évidemment, s'ils ne sont pas trop cons, les minorités se révoltent, et c'est la guerre. Pour en donner un exemple, pouvez-vous me dire, entre Alassane Ouattara et Laurent Gbagbo, qui était de droite et qui était de gauche ? Cette question n'a aucun sens pour un Africain. On a assisté, en Côte d'Ivoire, à une alliance ethnique en renversant une autre, le Quai d'Orsay ayant jugé opportun d'appuyer Ouattara.

Voici pourquoi la dictature d'un Ben Ali, d'un Moubarak ou d'un Kadhafi est bien plus à l'avantage de ces peuples qu'une supposée démocratie. Un tyran, par essence, tient à son trône, et veillera à assurer un minimum d'équité entre ses sujets afin d'éviter les troubles civils. Alors oui, ce système valait à quelques journalistes un peu trop rêveurs de se faire griller les roustons dans une prison qui sent le caca... Et vous croyez que c'est mieux avec les barbus ?



L'autre jour, j'ai trouvé ça par terre dans la rue :



C'est un médiator (ou plectre)
Tags: opinion
Subscribe
  • Post a new comment

    Error

    default userpic

    Your IP address will be recorded 

    When you submit the form an invisible reCAPTCHA check will be performed.
    You must follow the Privacy Policy and Google Terms of use.
  • 38 comments