aspexplorer (aspexplorer) wrote,
aspexplorer
aspexplorer

To explore strange new worlds...

Dans cette société du jetable marquée du sceau de l'obsolescence programmée, véritable carburant du capitalisme sauvage, tout devient bon à jeter à l'expiration de la garantie. Où que l'on regarde, on ne voit plus qu'articles de pacotille fabriqués par des esclaves orientaux tirés de leurs rizières, camelote invraisemblable, parfois vendue comme telle à la sauvette sous les ponts du périph, parfois frappés d'une griffe prestigieuse qui permet de les vendre avec 1000% de marge. Tout est bon pour la poubelle une fois révolue sa brève durée de vie, tout est bon pour la benne. Les hommes apprendront-ils donc un jour qu'on ne peut pas soutenir une croissance infinie sur une planète finie ? Pourtant, en ce début de XXIe siècle, c'est toujours le défilé des rasoirs, stylos, couches, ampoules à haute ou basse consommation, téléphones, livres et revues, formats de fichiers et systèmes d'exploitation, célébrités, hommes politiques, appareils photo, vélos, meubles, porte-avions nucléaires...


Drifting like a mad cunt...

Gentlemen, je vous présente l'USS Enterprise. Non point l'improbable poêle à deux manches d'un médiocre feuilleton télévisé des années soixante, ni non plus l'illustre porte-avions de la 2e guerre mondiale qui seul tint tête à la flotte du Japon dans l'immensité du Pacifique, mais le non moins fier CVN-65, premier d'une classe de navire qui ne compta, pour tout dire, que lui. Surnommé "Big E", l'Enterprise fut le premier porte-avion nucléaire du monde, en service depuis 1961. D'aucuns m'objecteront que "jetable" n'est pas forcément l'adjectif approprié pour un bousin qui sillonne les mers depuis cinquante ans et a participé à quelques guerres, au blocus de Cuba et a catapulté quelques 400 000 avions... Soit, bon;


So, you're a carrier too ? That's cute...

Le Big E est un drôle de coucou. Aujourd'hui encore, c'est le plus long des navires militaires de la planète. C'est aussi le plus puissant, mais comme il est aussi plus léger que ses successeurs de la classe Nimitz, ce vénérable ancêtre leur met quatre nœuds dans la vue à pleine vitesse. Et s'il est le plus puissant, c'est parce qu'à l'époque de sa construction, on ignorait si les réacteurs nucléaires étaient bien fiables, donc on en a mis plus que nécessaire. Pour être précis, huit. Oui, l'USS Enterprise est équipé de HUIT réacteurs nucléaires à eau pressurisée, développant 210MW, soient le dixième d'un réacteur EPR moderne. Par la suite, on a construit des navires avec moins de réacteurs, unitairement plus puissants, mais plus économiques. C'est pourquoi l'Enterprise est resté seul de sa classe et, de 62 à 75, le seul porte-avion nucléaire tout court.


Shitting planes

Le Big E fut le premier porte-avions nucléaire du monde, et par voie de conséquence, ce sera aussi le premier à prendre sa retraite à l'issue de sa durée de vie initialement prévue de 50 ans. En l'occurrence, demain. Il ne sera pas remplacé, et du reste l'US Navy se prépare à des restrictions budgétaires qui vont l'amputer de quelques groupes aéronavaux dans les années qui viennent, à l'heure où, de l'autre côté du Pacifique, un grand pays Chinois que je ne nommerai pas catapulte son premier Changonaute. Tout un symbole.


Ça passe, ça passe...

Il serait bien légitime que le CVN-65 coule une heureuse retraite dans quelque port sous forme de musée, son intérêt historique le justifierait amplement. Il n'en sera rien, il sera mis au rebut, tout comme le fut son homonyme le CVN-6 à la fin de la guerre. A cause de ses réacteurs, encore une fois. Car bien sûr, il est impensable de faire patauger les bambins des écoles au milieu de marmites atomiques datant des années 60, ce qui implique de les démonter avant reconversion. Or, ces réacteurs sont situés à fond de cale, au milieu du navire, pour d'évidentes raisons de stabilité hydrodynamique. Donc, démonter les réacteurs, ça revient à démonter le navire pour le remonter après, ce qui est difficilement justifiable budgétairement parlant.


America, fuck yeah !

Adieu donc, infatigable défenseur de la démocratie à grosses couilles.



Also : réouverture des comz aux ânons (jusqu'au retour des spammeurs)
Tags: belles histoires
Subscribe
  • Post a new comment

    Error

    default userpic

    Your IP address will be recorded 

    When you submit the form an invisible reCAPTCHA check will be performed.
    You must follow the Privacy Policy and Google Terms of use.
  • 5 comments