aspexplorer (aspexplorer) wrote,
aspexplorer
aspexplorer

...résiste encore et toujours à l'envahisseur...


Salaud d'riche, rend-nous nos sous !

Ordure ! Salaud de Depardieu ! Il ose se barrer en exil fiscal en Belgique, lui qui a bénéficié des subsides de l'Etat pendant des années pour se goinfrer de fric à faire des films de merde, quelle ordure ! Pendons le gros vigneron !

C'est en tout cas ce qu'on lit partout dans la presse.

Bon, et il a fait quoi d'illégal, Depardiou ? On a le droit de s'installer où on veut en Europe, non ? C'est pour ça qu'on l'a faite, l'Europe. Ce n'est ni le premier, ni le plus riche à le faire. Il a au moins l'honnêteté de reconnaître ce qu'il fait et pourquoi il le fait, contrairement à d'autres qui jurent quitter la France pour profiter du bon air des alpes Suisses qui fait tant de bien à leur asthme ou par amour de l'art nouveau bruxellois. Et puis de toute façon, la seule différence entre nous et Depardieu, c'est que lui, il PEUT échapper à l'impôt. Il sait que sa carrière est plutôt derrière lui, et il n'a pas particulièrement intérêt à rester en France. Pourquoi resterait-il, pour nos hôpitaux ? Nos infrastructures routières qui font l'admiration du monde ?

A mon sens un pays, c'est avant tout un contrat social. Un citoyen a des devoirs envers son pays (comme payer des impôts, faire son service militaire, observer la loi et obtempérer aux forces de l'ordre) et en retour, le pays fournit un certain nombre de prestations, comme la sécurité, l'éducation, l'entretien des routes... Sauf que Depardieu estime que c'est peu avantageux pour lui de vivre dans un pays qui lui fournit des prestations médiocres tout en lui coûtant plus cher qu'un autre. Il n'a que faire d'une école publique, il peut se payer des soins médicaux si nécessaire, il n'a fondamentalement pas besoin de l'Etat. C'est donc par pure logique qu'il décide d'aller chez un prestataire de service moins cher et mieux géré. Ce n'est quand même pas Depardieu qui a inventé le capitalisme et la construction européenne, pourquoi lui interdire d'en tirer profit ?

Évidemment, nous autres de la classe moyenne, on aurait tendance à trouver qu'il exagère, qu'il est odieux, qu'il devrait supporter sa part du fardeau national. On pense ça, fondamentalement, pour les mêmes raisons cyniques qui le poussent à partir : parce que si les riches comme Depardieu s'en vont, c'est nous qui allons payer les impôts à sa place. Maintenant, analysons plus en profondeur notre intérêt. Le fait que les riches s'en aillent est une bonne chose pour nous. Ça veut dire que l'on est arrivés aux limites de ce que l'Etat peut imposer la population. Remettons-nous dans l'esprit simplet des abrutis qui nous gouvernent : il faut savoir qu'ils sont habités par des concepts opérationnels, des sortes de proverbes pour polytechniciens. L'un d'eux, c'est "trop d'impôt tue l'impôt", c'est à dire qu'au-delà d'un certain pourcentage d'imposition, les recettes fiscales diminuent de par la baisse de l'assiette fiscale, car l'économie s'effondre. C'est ce qu'on appelle >> la courbe de Laffer <<. Donc, nos cons d'énarques en concluront qu'il est impossible de charger encore la barque. Et donc que, pour rétablir l'équilibre des comptes publics, ce sont les pauvres qui vont payer par une baisse massive des prestations sociales.

Ce qui n'est que justice, puisque ce sont eux qui consomment les prestations de l'Etat.

Bon, pour en revenir à Depardieu, qui l'accuse, au fait ? La presse. Des journalistes. Ces braves et honnêtes journalistes français. Preux paladins à la plume acérée qui sont si prompts à dénoncer les vices des puissants - enfin, pas trop puissants quand même - mais qui évitent généralement de trop nous ennuyer avec de tristes histoires comptables, comme leurs 7650 euros. Quoi, vous ne connaissez pas les 7650 euros ? C'est simple. Quand vous recevez votre déclaration de revenus, vous défalquez 10% pour frais professionnels, comme tous les salariés (sauf si vous êtes aux frais réels). Bon, ben les journalistes, ils défalquent 10% comme tout le monde, et puis de ce chiffre, ils déduisent 7650 euros supplémentaires.

Comme ça. Parce qu'ils sont journalistes. Uniquement parce qu'ils sont donneurs de leçons de morale professionnels.

C'est une niche fiscale. Elle devait être supprimée par Juppé, comme celle des polisseurs de pipe de Saint Claude. Sauf que finalement, elle a été rétablie, il faut croire que les journalistes ont plus de moyens de pression que les polisseurs de pipe.
Tags: couilles en or
Subscribe
  • Post a new comment

    Error

    default userpic

    Your IP address will be recorded 

    When you submit the form an invisible reCAPTCHA check will be performed.
    You must follow the Privacy Policy and Google Terms of use.
  • 20 comments