?

Log in

No account? Create an account
 
 
14 February 2013 @ 07:44 am
Tel est notre mot d'ordre  

" Transparence, sécurité, traçabilité, tel est le mot d'ordre de la Sofogip, monsieur Jeanjean ! Nous n'avons rien à cacher.
- Je suis ravi de l'apprendre.
- Tellement rien à cacher que je vais me faire une joie de vous faire visiter nos ateliers "petite série". C'est là que nous testons la pré-production de nos produits, que nous réglons les derniers problèmes, que nous serrons les boulons avant de lancer la production "en grand". Vous vous y rendrez mieux compte de la préoccupation d'innovation, toujours présente à nos esprits, qui a toujours été la priorité de la Sofogip. C'est ici que nous mettons la dernière main à notre ligne de cotes de porc halal. Vous n'êtes pas sa savoir que le marché de la viande rituelle se développe...
- Du porc halal !
- Tout à fait, nous avons reçu la bénédiction d'un Imam. Nous avons même le cacherout du Beth Din de Paris, vous voyez.
- Mais comment ça se fait ? Le cochon, c'est strictement prohibé !
- Ah, mais monsieur, c'est du porc Français ! Fait à partir de 70% de miettes de poissons et 30% de farine de soja et de maïs, plus divers excipients, agents de sapidité et antioxydants. C'est bio, regardez, on a le label AB !
- Remarquable !
- Et là, ce qui fait la fierté de notre service recherche et développement. Car à la Sofogip, nous ne nous contentons pas de suivre les commandes des clients, nous les devançons ! Nous sommes force de proposition et nous mettons notre expertise à la disposition de nos partenaires de la grande distribution. Il n'y a que comme ça qu'on peut espérer survivre, dans l'économie mondialisée et concurrentielle qui est la notre. Bref, vous savez sans doute qu'en Grande Bretagne, comme dans d'autres pays, il existe un interdit alimentaire assez fort concernant la viande de cheval, considéré comme aussi impropre à la consommation que celle des chiens ou des chats.
- Ah oui, on m'en a parlé.
- Pourtant, notre service marketing a décelé un marché porteur. Comment donner aux Anglais le goût du cheval, sans heurter les sensibilités nationales ? Voici pourquoi nous avons développé cette viande artificielle émulant la saveur et la texture du cheval.
- Une viande artificielle !
- Exactement. Il s'agit en fait d'un réseau de gomme de guar et de xanthane hydraté emprisonnant un gel à base de glutamate, hypochlorite de potassium et protéines. Là encore, des agents de sapidité sont rajoutés après-coup. On a encore un peu de mal à rendre la couleur mais ceci mis à part, vous avouerez que l'aspect est saisissant.
- C'est vrai, on dirait de la vraie viande bien fraîche !
- Elle se conserve trois fois plus longtemps que la viande organique, et les propriétés nutritives sont à peu près les mêmes, grâce aux protéines et aux oligo-éléments ajoutés dans la matrice.
- Quel genre de protéines ?
- En fait on les achète à un prestataire extérieur. René ? René, c'est quoi au juste les protéines du CT24 ?
- Concentré de protéines extraites de viande équine, monsieur Jambart.
- Merci René. C'est des protéines de cheval. Traçabilité ! Maître-mot. Venez, je vais maintenant vous montrer comment nous conditionnons les chipolata. Vous allez voir, c'est fascinant, nous avons mis au point un tout nouveau procédé...
- Ah vraiment, monsieur Jambart, j'avoue que je suis très étonné, mais favorablement ! Quand vous avez découvert que j'étais journaliste sous couverture, j'ai cru que vous alliez me faire mettre à la porte par la sécurité, mais au lieu de ça, vous me faites la visite.
- C'est que monsieur Jeanjean, à la Sofogip, nous n'avons rien à cacher ! Nous n'avons rien de commun avec nos concurrents, monsieur Jeanjean, et nous voulons que ça se sache. Transparence, sécurité, traçabilité, le mot d'ordre de la Sofogip.
- Croyez bien que ça se saura, monsieur Jambart. L'exemple de votre entreprise montre bien que l'industrie Française n'est pas morte, et peut encore se battre avec succès contre la concurrence internationale.
- Ah, nous y voilà. Entrez, entrez, vous verrez mieux la machine de l'intérieur. Notez comme c'est propre ! C'est nettoyé automatiquement entre deux fabrications. Sécurité, notre mot d'ordre.
- Ah oui...
- Bon, je vais devoir vous laisser, j'ai une importante réunion. Demandez votre chemin pour sortir, hein ! Oh, dites-moi, c'est un petit accent du sud que j'entends là, non ? Vous êtes d'où, comme ça ?
- Vous avez raison, je suis de Clermont-Ferrand. Mais pourquoi...
- Simple curiosité. Bonne fin de journée, monsieur Jeanjean.
- Oui, bonne... "
Mais déjà, Pierre-André Jambart s'éloignait vers le bâtiment administratif où en effet, on l'attendait en réunion. Les ouvriers de la Sofogip qui le croisèrent, un inhabituel sourire aux lèvres, crurent l'entendre murmurer : " Traçabilité. Mot d'ordre. "
 
 
 
(Anonymous) on February 14th, 2013 10:38 am (UTC)
Cela ne risque pas d'être un peu coriace de la viande auvergnate?

onslir -bourguignon-
(Anonymous) on February 14th, 2013 11:07 am (UTC)
M. Jeanjean va se retrouver dilué dans des milliers de portions de viande, donc personne ne verra la différence si la viande d'un seul individu est présente. Quand il n'y en a qu'un, ça va ; c'est quand il y en a plusieurs qu'il y a des problèmes.

Athreeren
(Anonymous) on February 14th, 2013 11:51 am (UTC)
Miam miam Soylent Green
(Anonymous) on February 14th, 2013 01:26 pm (UTC)
Mais c'est tout à fait réaliste ça!
Ca m'a fait pensé à un passage d'une tribune de Corinne Lepage sur rue89 y a pas longtemps:

"Depuis 2009, on a probablement connu avec l’épisode de la colle à viande les prémisses de l’affaire Findus. Je me suis battue pour que le Parlement s’oppose à un projet de la Commission européenne, qui souhaitait autoriser l’utilisation de la thrombine bovine et porcine comme additif, afin de lier des morceaux de viandes séparés et ainsi constituer un morceau unique.

Et, pour une fois, nous avons gagné, à une voix près lors du vote final, face à une tentative de dissimuler la vraie nature du produit vendu."

J'aime beaucoup le principe de traçabilité: vous pouvez mettre toute la merde que vous voulez dans vos produits, l'important, c'est de bien marquer d'où vient la merde et comment elle a voyagé dans toute l'Europe, parce que si ça a voyagé partout, c'est forcément que c'est de la bonne merde, et que l'Europe, c'est beau, c'est la paix entre les peuples via le commerce des merdes.

Ômiam, merde quoi!
(Anonymous) on February 14th, 2013 06:18 pm (UTC)
Non, ça veux dire que tu sais d’où vient ta merde.
Par exemple, ça fait jamais de mal d'apprendre que tes champignons de paris ne viennent pas d'Ukraine, que ta bavette n'est pas anglaise ou que ton poulet n'est pas belge.

Dans le cas qui nous intéresse, du bœuf roumain aurait mis la puce à l'oreille des moins attentifs. Tout le monde sait que le roumain n'élève pas le bœuf, mais chasse le veau dans le métro.


Ducon.

(Anonymous) on February 14th, 2013 01:27 pm (UTC)
Tu as relu "Tintin en Amérique" récemment?

Ômiam
(Anonymous) on February 14th, 2013 03:20 pm (UTC)
Ha, quel aimable texte!

Le Créateur Fou, sans conservateurs.
(Anonymous) on February 14th, 2013 04:15 pm (UTC)
Ça sonne comme une nouvelle d'in nomine.
(Anonymous) on February 14th, 2013 05:45 pm (UTC)
Rien à voir mais pas plus tard que tout de suite je me baladais sur wikipédia, Mr. ASP, vous êtes partout, même chez les pangolins: http://fr.wikipedia.org/wiki/Pangolin
(Anonymous) on February 14th, 2013 06:55 pm (UTC)
Dans la section culture qui plus est.

Bon, Pokémon s'y trouve aussi, mis c'est un début.

Kyp.
aspexploreraspexplorer on February 14th, 2013 08:01 pm (UTC)
A quand la Pléiade ?
(Anonymous) on February 14th, 2013 09:31 pm (UTC)
Je note qu'il est marqué "l'écrivain Asp Explorer", alors que la modification ne date que d'octobre 2011.

Athreeren, bientôt deux ans que nous sommes sans nouvelle de L'Île Maudite...