aspexplorer (aspexplorer) wrote,
aspexplorer
aspexplorer

Jean-Joseph Hubert, visagiste conseil masculin féminin



On qualifie traditionnellement de "coiffeur" un artisan dont l'occupation consiste à débarrasser les terriens qui en sont pourvus de leurs cheveux superflus, et si possible, d'arranger ceux qui restent de façon conforme à l'esthétique du temps. C'est un métier d'un rapport moyen, qui dispose toutefois de l'avantage qu'on n'y risque pas de se retrouver au chômage de sitôt, parce que par définition, on n'ira jamais se faire coiffer à Pudong pour 20 centimes.

Comment se passe une visite chez le coiffeur ? De mon temps, c'était assez simple :

J'entre dans le salon et me signale à un employé. Celui-ci me débarrasse de ma veste et m'aide à enfiler un tablier, puis il m'invite à prendre place au champouinage. J'attend quelques minutes que ce soit mon tour, en feuilletant "femme actuelle". Arrive la champouineuse, qui me malaxe voluptueusement le crâne. Après quoi on me conduit jusqu'à la coiffeuse proprement dite, qui me demande comment je souhaite être coiffé. De ses doigts habiles, elle s'occupe alors de moi, me sèche, je lui fais part de mon contentement, je me lève pour prendre ma veste, je paye et je m'en vais, plus léger de m'être débarrassé d'une corvée.

De nos jours toutefois, c'est devenu plus compliqué.

J'entre dans le salon et me signale à un employé. Celui-ci me demande comment je m'appelle (et de quoi je me mèle Dugland ?), me débarrasse de ma veste et m'aide à enfiler un tablier, puis il m'invite à prendre place au champouinage. J'attend quelques minutes que ce soit mon tour, en feuilletant "femme actuelle". Arrive la champouineuse, qui me malaxe voluptueusement le crâne, puis me demande si j'ai une préférence. Eh ? Vous voulez que quelqu'un vous coiffe en particulier ? Oui, j'ai une préférence pour Jean-Louis Vite, connasse ! Après quoi on me conduit jusqu'à la coiffeuse proprement dite, qui me demande à quand remonte la dernière coupe. Est-ce que je t'en pose, moi, des questions ? Coupe, abrutie, j'ai pas que ça à faire de ma journée ! De ses doigts habiles, elle s'occupe alors de moi, et me dit que j'ai des pellicules. Je paye 25 euros pour me faire insulter. Et qu'est-ce que j'utilise comme shampooing d'habitude ? Et si tu t'occupais de ton cul ! Elle me sèche, et essaie de me vendre son shampooing à elle (trois fois le prix de celui qu'on trouve en grande surface). Je lui fais part de rien du tout, je me lève pour prendre ma veste, je paye. Ah oui, en plus, maintenant, il leur faut des pourboires ! Et je m'en vais, le coeur lourd de nostalgie, songeant à cette époque où les coiffeurs se contentaient de faire LE PUTAIN DE BOULOT A LA CON POUR LEQUEL ON LES PAIE !

Finalement, ils sont peut-être pas si mal, les coiffeurs de Pudong.

J'aime bien son T-shirt
Tags: vie pratique
Subscribe
  • Post a new comment

    Error

    default userpic

    Your IP address will be recorded 

    When you submit the form an invisible reCAPTCHA check will be performed.
    You must follow the Privacy Policy and Google Terms of use.
  • 16 comments