aspexplorer (aspexplorer) wrote,
aspexplorer
aspexplorer

Le Louvre sans antiquaire

Hier, après avoir fait un tour à la salle de gym, j'ai fini l'après-midi par une longue ballade froididucale dans les frimats glacés de cette fin-mars (c'est le réchauffement climatique, faut pas chercher à comprendre), et mes pas m'amenèrent à croiser ceux du Louvre des Antiquaires, où je n'étais pas allé depuis bien deux ans facile. J'entre dans ce grand bâtiment, situé entre le Ministère de l'Acculture et de la Conmunication et le Mvsée du Louvre, bref, en plein coeur de la capitale parisienne (précision à destination des handicapés géographiques, provinciaux et autres aborigènes des basses-forêts françaises).


A propos, c'est bien le ministère de la Culture, le
bâtiment immonde que j'avais photographié.


Petite parenthèse historique : naguère, les parisiens allaient faire leurs emplettes dans les grands magasins. Il en subsiste aujourd'hui quatre en activité, les Galeries Lafayette et le Printemps qui se jouxtent, derrière l'opéra, le BHV à côté de l'hôtel de ville, et le Bon Marché sur la rive gauche. Mais il y en eut bien d'autres, les galeries Barbès pour les meubles, les titanesques galeries Dufayel qui firent banqueroute pendant la grande dépression, la Belle Jardinière défunte en 72, la Samaritaine (fermée depuis 2005 "pour mise en conformité avec les normes de sécurité anti-incendie" mais le grand magasin ne rouvrira jamais, LVMH va en faire des bureaux et un hôtel de luxe avec une crèche pour amuser Delanoë), et les Grands Magasins du Louvre.

Ces derniers ont fermé en 74, et à leur place, on a décidé d'installer 250 antiquaires. Le merveilleux de l'affaire, c'est que comme c'est ouvert le dimanche, c'est un lieu de flânerie bien agréable ; en tout cas, c'était.

Oui, parce que j'eus la mauvaise surprise de découvrir ce genre de panorama un peu partout dans les galeries :














Ça se vide à grande vitesse. A vue de nez, je dirai que les deux tiers des boutiques ont disparu.

L'affaire est sortie dans la presse. Apparemment il y a une "incompréhension" et un désir de "réhabilitation" de la part du propriétaire. Ouais. Même le journaliste est dubitatif, c'est dire... Ça se passera sans doute comme à la Samaritaine, car on imagine bien quelles pressions immobilières pèsent sur une si gigantesque surface d'un seul tenant située à un tel emplacement. Imaginez un hypermegastore Zara, ou H&M, ou je ne sais quelle usine à débiter du textile chinois au kilomètre à des pépettes décérébrées. Ou bien un centre commercial, puisque les Halles sont foutues pour des années avec ces travaux à la con. Le local s'y prête. C'est quand même plus rentable que des marchands d'antiquités.

En tout cas, où on va se ballader, maintenant, le dimanche, à Paris ?
Tags: couilles en or
Subscribe
  • Post a new comment

    Error

    default userpic

    Your IP address will be recorded 

    When you submit the form an invisible reCAPTCHA check will be performed.
    You must follow the Privacy Policy and Google Terms of use.
  • 8 comments