aspexplorer (aspexplorer) wrote,
aspexplorer
aspexplorer

De la belle ouvrage

L'autre semaine sur Arte, il y avait, une fois n'est pas coutume, un documentaire sur la seconde guerre mondiale pour nous expliquer comment nous autres Français on est d'horribles collaborateurs, que la guerre c'est mal, et heureusement qu'on a fait l'Europe grâce à laquelle on ne reverra plus jamais ces horreurs issues des heureslesplussombresdenotrehistoire©. Le documentaire, plus spécifiquement, évoquait la construction du mur de l'Atlantique par l'organisation Todt, qui avait mobilisé des quantités invraisemblables de travailleurs Français, pour construire des bunkers et des blockhaus sur toute la côte nord du pays, afin d'éviter un débarquement. Des entreprises Françaises de BTP ont vécu grâce à ça, et il semble qu'ils en aient très bien vécu, en fait. Bref, certains collaborateurs ont profité des circonstances pour s'en mettre plein les poches. A la fin de la guerre, ces entrepreneurs ont été fort peu inquiétés pour leurs faits de collaboration, ce que le documentaire semblait regretter. Il est vrai aussi que ces collaborateurs ont été fort peu décorés à la libération, ce que moi, je regrette.


Oui, car fondamentalement, qu'est-ce qu'on peut leur reprocher, à ces patrons collabos ? Moi ce que je vois, c'est qu'ils ont été triplement utiles à la France.
  1. Tout d'abord, ils ont permis à des milliers d'ouvriers Français de trouver un emploi au pays. Il faut rappeler ici qu'à l'époque, un chômeur surpris à traîner dans les rues n'encourait pas une suspension de ses assedics. Il encourait la déportation dans les usines d'armement en Allemagne au titre du STO. Qui plus est, les ouvriers de l'organisation Todt étaient bien payés, très bien même. En ces périodes de restriction, toucher deux ou trois fois le salaire normal d'un ouvrier pouvait éviter à votre famille de mourir de faim. Ces travailleurs touchaient en outre de l'occupant des primes et avantages divers, qui amélioraient considérablement l'ordinaire.
  2. Le mur de l'Atlantique a permis aux industriels Français du BTP de survivre, de conserver leur infranstructure, leurs machines, leur personnel. Après la guerre, on a été bien contents de trouver un outil industriel en état de fonctionner pour reconstruire le pays qui avait été ruiné successivement par l'invasion Allemande, l'occupation et la libération alliée.
  3. Et puis aussi, il faut bien le dire, le mur de l'Atlantique a été un échec total. Les alliés ont quand même débarqué. Les industriels collaborateurs pouvaient-ils ignorer l'inutilité de leur oeuvre ? Il faut se souvenir que beaucoup d'entre avaient participé, quelques années plus tôt, à l'édification de la tout aussi efficace ligne Maginot et on peut supposer qu'instruits par l'histoire, ils n'avaient, pour beaucoup, guère d'illusion sur l'imperméabilité de ce genre de fortification. Et donc, pour construire ce fameux mur, le Reich a investi des ressources énormes. Certes, ces ressources étaient puisées dans les "frais d'occupation" payés par la France, mais cet argent, employé en France, n'était du coup pas utilisé à construire des chars et des avions destinés au front Russe.

Alors, habiles patriotes compensant par la ruse le mauvais sort, ou authentiques salauds opportunistes ayant par hasard creusé la tombe de l'Allemagne hitlerienne ? Une chose est à mon sens certaine, c'est que ces hommes remarquables, bâtisseurs de ces absurdes citadelles qu'un peu partout sur les côtes, le sable engloutit peu à peu, ces hommes là, donc, ont plus fait pour la victoire alliée que tous ces anonymes couillons qui sont allés se faire zigouiller dans les collines pour l'aventure, la gloriole, une plaque en marbre oubliée au coin d'une rue, et un profit militaire des plus contestables.

Tags: belles histoires
Subscribe
  • Post a new comment

    Error

    default userpic

    Your IP address will be recorded 

    When you submit the form an invisible reCAPTCHA check will be performed.
    You must follow the Privacy Policy and Google Terms of use.
  • 15 comments