aspexplorer (aspexplorer) wrote,
aspexplorer
aspexplorer

Plic ploc

Non, j'ai pas d'or.

Ces dernières années, il y a eu une demande énorme sur l'or, qui a alimenté la hausse des prix. Cette demande provenait d'une part de la solvabilisation de populations asiatiques traditionnellement consommatrices de ce métal, et d'autre part d'anticipations inflationnistes provenant d'inquiétudes bien légitimes des acteurs économiques qualifiés sur l'inflation des masses monétaires (du reste, le fait que la Réserve Fédérale US ai cessé de publier l'agrégat M3 en 2006 est un signe des plus troublants).

Bref, l'or a été recherché en tant que métal de bijouterie, mais aussi en tant que refuge. Or, ce sont deux usages bien différents. Pour faire des bijoux, il faut de l'or sonnant et trébuchant, du truc jaune, du métal de numéro atomique 79. En tant que refuge monétaire, ce n'est pas nécessaire. Il suffit de posséder des titres indexés sur le cours de l'or pour avoir "comme de l'or". Et c'est même plus avantageux financièrement parlant, car ces titres sont exempts de frais de stockage, de gardiennage, de refonte... Enfin ça c'est le principe.

Parce que dans la réalité, la notion d'or-papier recouvre des choses bien différentes. Traditionnellement, on qualifie d'or-papier des titres de compagnies minières. Si vous possédez des actions d'une mine assise sur un gisement estimé à cent tonnes, vous avez effectivement un pourcentage de cent tonnes d'or. Selon la praticité d'exploitation (pour des raisons géologiques, politiques ou logistiques, vos tonnes d'or vaudront plus ou moins cher, car il faut défalquer les frais. Pour les mines les plus riches, le cours est directement indexé sur celui de l'or, car les frais sont peu importants. Pour les mines plus difficiles, le cours des actions est très médiocre si l'or est bon marché, car la mine est peu rentable, en revanche, dès que les cours montent et dépassent le point mort de la mine, alors le cours de l'action flambe : il y a un fort effet de levier.

Bon, ça c'est le principe de l'or-papier à papa. Sauf qu'avec l'industrie financière moderne, on a inventé toutes sortes d'instruments sophistiqués, des options, des trackers, des titres divers et variés pour spéculer dans un sens ou dans un autre sur le cours de l'or. Problème : est-ce que ces instruments disposent de la contrepartie suffisante ? D'aucuns en doutent. Si la société Pirlipimpino Finanziare de Lugano vous vend des titres d'or correspondant à 50 lingots, vous êtes sûr d'une chose, c'est que vous allez les acheter au prix de cinquante lingots. Ces titres, vous pouvez les négocier avec d'autres pigeons investisseurs sur des marchés plus ou moins contrôlés, tant mieux. Et si le système financier mondial s'écroule ? Allez-vous vous retrouver collé avec du papier (électronique) sans valeur, comme un vulgaire porteur d'emprunt russe ? Non car ils vous jurent que pour chaque titre émis, il y a dans un coffre vachtement sécurisé, dans la forêt des lutins enchantés, la quantité d'or correspondante, et qu'ils vous remboursent rubis sur l'ongle, en bons napoléons, dès que vous en ferez la demande. Juré craché ! Vous avez leur parole de banquier helvéto-macaroni. Et ça ne leur serait du reste jamais venu à l'idée d'émettre un peu plus de papier qu'ils n'ont d'or (même si ils pourraient, il y a sans doute un pays où c'est légal dans le monde). Ni d'émettre deux fois plus de papier. Ou dix fois plus. Ou même, de se passer carrément de ce tracas qui consiste à réellement détenir la moindre once d'or. Nonobstant, on ne peut empêcher certains esprits chagrins d'avoir des doutes.

On en est au point que les esprits chagrins ont même des doutes sur la réelle quantité d'or que possèdent... les banques centrales ! Je ne parle pas ici de la Banco Escentrale di Argento de Vamos Y Conception, capitale de Tourista & Barbudos, qui veille aux destinées du Nuevo Nuevo Colombario Reajustado. Je parle de Fort Knox, de la Banque de France... bref, des vraies banques centrales, des gens sérieux.

Bref, tout ça pour dire que les signes annonciateurs d'une apocalypse financière s'accumulent dans le ciel mondial en général, et français en particulier, et que je vous suggère de trouver une porte de sortie vous permettant, si vous en avez une, de sauvegarder votre épragne. Le mieux étant évidemment de quitter ce pays de merde.


Unrelated
Tags: couilles en or
Subscribe
  • Post a new comment

    Error

    default userpic

    Your IP address will be recorded 

    When you submit the form an invisible reCAPTCHA check will be performed.
    You must follow the Privacy Policy and Google Terms of use.
  • 16 comments