aspexplorer (aspexplorer) wrote,
aspexplorer
aspexplorer

Une énigme bien mystérieuse

La ville de California, dans le Maryland, aux États-Unis, est une commune de très modeste magnitude située à une soixantaine de kilomètres de Washington. Sans grâce, elle se résume au croisement de deux autoroutes, un pont enjambant la rivière Patuxent (à éviter aux heures de rush), un lycée, un wal-mart et diverses facilités de part et d'autre des rubans de bitume, et des résidences de moyen standing pour petits blancs fuyant une capitale trop "urbaine" à leur goût. Dans ce trou du cul de l'Amérique même pas si profonde que ça, l'unique bâtiment que l'on qualifie d'historique est le petit cinéma art-déco qui date des années 50. Nul ne pourrait soupçonner, à traverser à toute vitesse cette banlieue sans grâce, qu'un passé terrible est enfoui là, sous le parking commun au Burger King et à la station service.

C'est là, en effet, qu'au début du XVIIe siècle, avait été bâti l'un des premiers monastères catholiques d'Amérique du Nord, le Saint John Monastery. La communauté de trappistes qui avait fondé l'établissement, d'abord en bois, puis en pierre, avait tour à tour lutté contre les bêtes sauvages, les indiens et les voisins protestants, mais s'était accrochée et avait progressivement fait le lien entre les divers villages de colons de la région. Toutefois, en 1686, Theophrastus Arrower devint le prieur du couvent. C'était un fanatique, un esprit illuminé et fiévreux, charismatique aussi, qui bientôt s'institua en véritable dictateur local, terrifiant moines, paysans et marchands, et instaurant une véritable inquisition dans les rangs de la petite communauté. Ceux qu'il soupçonnait d'hérésie, il les faisait enlever de nuit par ses sbires, mener dans les caves de son monastère où il avait aménagé une salle de torture, et les suppliciait jusqu'à ce que les malheureux (surtout des malheureuses d'ailleurs, car il était particulièrement friand de supplicier les belles jeunes filles des environs) avouassent les diableries les plus invraisemblables pour faire cesser leurs tourments. On dit qu'il sévit ainsi pendant sept ans, échappant par miracle à toutes les vengeances, jusqu'à ce qu'un soir qu'il se promenait seul au bord de la rivière, la providence y fit surgir une vague gigantesque qui l'emporta, et ne rendit jamais son corps.

Tout ceci ne serait que l'une de ces histoires à dormir debout que se racontent les scouts préadolescents autour du feu en se grillant les marshmallows, une fable comme celle de la dame blanche ou celle de la route sans retour, s'il ne restait du moine Arrower une macabre relique, cachée dans les labyrinthiques réserves de la Smithonian Institution : une chaise de torture sur laquelle plus d'un malheureux fut empalé et grillé pour confesser d'imaginaires blasphèmes.


la macabre relique

Plus personne dans la région ne connaît le nom de Theophrastus Arrower, cependant, il est encore des histoires qui courent à son sujet. On lui a simplement donné un surnom sous lequel le récit des horreurs commises en ces temps reculés paraissent atténuées. Quel est donc le sobriquet de ce triste sire ? ♣♣♣♣


Eh bien oui, vous l'avez deviné, vous êtes tous ex-aequo, vous avez tous perdu, sous vos applaudissements. Il suffisait pourtant de regarder sur google maps pour trouver la formation géologique à laquelle le sinistre père Arrower a donné son surnom, l'Abbé de chaise à pique.
Tags: devinettes toutes pourrites
Subscribe
  • Post a new comment

    Error

    default userpic

    Your IP address will be recorded 

    When you submit the form an invisible reCAPTCHA check will be performed.
    You must follow the Privacy Policy and Google Terms of use.
  • 8 comments