aspexplorer (aspexplorer) wrote,
aspexplorer
aspexplorer

Mon analyse sur le désastre électoral du 25 mai

Et si on parlait un peu des élections ?

Non, je ne vous parle pas du vote FN, du vote immonde de cette France du passé, accrochée à ses vieilles lunes pétaino-coloniales, ce vote rance et déliquescent d'un état-croupion, ce 1% du monde rêvassant encore de bandes molletières et de casques coloniaux qui déjà se délite à tous les vents du changement. Ces épiphénomènes ne m'intéressent pas. Je vous parle des vrais résultats des élections Européennes. Car il s'agissait, n'en déplaise à certains, d'élire un parlement, quand même.

Alors bon globalement, le résultat d'hier me semble aller dans le bon sens. L'Europe va être gouvernée par une coalition de centre-droit qui aura pour principale caractéristique d'être conservatrice en matière budgétaire, ce qui fait que Hollande et ses couillons auront beau pleurnicher dans les jupes de la chancelière Merkel, il n'obtiendra ni délai, ni prêt, ni le premier maravédi pour augmenter la prime de rentrée scolaire et acheter le vote des électeurs promouvoir l'exigence de justice sociale. C'est en somme une bonne nouvelle pour les finances du pays : Hollande n'a AUCUNE marge de manœuvre budgétaire et n'en obtiendra pas plus.

Encore plus intéressant : l'influence Française au Parlement Européen sera nulle. Un tiers des députés tricolores seront en effet issus des rangs du FN et, s'ils obtiendront une tribune (ce qui est important, après tout, c'est là que Nigel Farage s'est fait un nom), ils ne formeront probablement pas de groupe parlementaire et ne pèseront pour rien dans les décisions prises. Les deux tiers de députés "républicains" non plus, car outre leur nombre réduit, les états-majors politiques ont envoyé à Bruxelles les seconds couteaux inexpérimentés, qui peineront à trouver des postes d'influence au milieu de députés étrangers qui siègent pour la troisième, la quatrième fois d'affilée.

On peut donc dire que l'Europe Française, l'Europe sociale que le mondenousenvie, est morte, et c'est une bonne chose. Après tout, compte-tenu de la réussite éclatante du modèle Français, on ne voit pas ce qui pousserait Germains et Bataves à nous emboîter le pas avec enthousiasme. Adieu donc, fadaises redistributives, taxe Teubé, harmonisation fiscale et autres niaiseries qu'on a fait gober aux Français comme des évidences depuis quarante ans, sans leur dire que nos voisins n'y voyaient que non-sens et billevesées.

Bon, OK, revenons-en au FN. Au fond, la situation n'est pas si inquiétante qu'elle en a l'air. En premier lieu, c'est vrai qu'il faut savoir relativiser les succès du parti d'extrême-droite. 25% des suffrages, ça fait tout de même 75% contre, donc c'est loin d'être une majorité. En outre, l'abstention a été importante à ce scrutin, et si on analyse plus finement les détails de l'électorat, on s'aperçoit que le scrutin Européen rassemble plus particulièrement les voteurs "habituels", les fidèles des bureaux de vote, c'est à dire principalement les électeurs âgés et ruraux. Or, c'est dans ces franges de l'électorat que le vote FN est le plus faible, alors qu'il se concentre sur les ouvriers et les jeunes, qui votent peu à ces élections et se déplacent plus volontiers... ah ben si c'est inquiétant en fait.

Excusez-moi, il faut que j'aille chercher des éléments de langage frais chez mon langagier.


Interlude

Bon, j'ai pris langue avec mon langagier, qui m'a fait quelques réflexions dignes d'intérêt sur l'avenir du pays. Et l'avenir de notre Nation, parlons-en ! France éternelle, toi qui jadis, régnant avec magnanimité sur ton Empire si vaste que le soleil ne s'y couchait jamais, de Brest à Papeete, d'Oran à Saïgon, du Raizet à Pondichéry, que reste-t-il de ta grandeur ? Ô, mon pays, toi qui, avec la force et la détermination puisée dans les tréfonds de cette terre qui ne ment pas, t'es relevé de tant d'épreuves, te voici maintenant vautré dedans la fange. Non, Marianne, ne te prostitue point avec le rastacouère à qui quelque souteneur cosmopolite t'aura vendue contre trente shekels malpropres ! Vois, au bout du chemin, se lever la lumière du renouveau, l'aube de l'espérance, entends résonner les accords glorieux de la Marseillaise au son desquels s'avance pour nous guider, telle la Pucelle d'orléans, celle qui sut si haut dresser l'oriflamme de son père ! Rallions-nous, compagnons, à son panache blond, lavons la terre de France de la souillure immonde et, tandis que résonnera le Te Deum dans les cathédrales du vieux pays...


Son coeur saigne. Ma gueule lole.

Tout ça pour dire que l'on ne devrait pas tarder à observer un phénomène surprenant : la giration simultanée des popolitiques et des nourjalistes qui vont sans doute trouver que finalement, le FN a beaucoup changé depuis les années 80, que Marine, elle n'est pas tout à fait comme son père, que son père finalement, ce n'est pas non plus Mussolini, que Mussolini, ce n'était pas Hitler, et que cet Hitler, finalement, il a fait des trucs pas mal, des routes, tout ça. Vous allez voir, ça va être marrant à les observer courir derrière le quart perdu de leur électorat, après des décennies de propagande outrancière.
Tags: constitution
Subscribe
  • Post a new comment

    Error

    default userpic

    Your IP address will be recorded 

    When you submit the form an invisible reCAPTCHA check will be performed.
    You must follow the Privacy Policy and Google Terms of use.
  • 5 comments