aspexplorer (aspexplorer) wrote,
aspexplorer
aspexplorer

C'était la lutte finale


Bon alors je vais vous raconter mon cheminement intellectuel. Ayant toujours été plus ou moins de gauche, j'avais fort peu remis en doute mes convictions jusqu'à un moment dans ma vie où j'ai bien été forcé de constater que "de gauche" ne signifiait pas la même chose pour tout le monde. Pour moi, "de gauche", c'était l'idée que chacun devait se voir offrir sa chance, et que la société avait pour devoir d'y veiller. Ça voulait dire que l’État avait la charge de s'assurer que personne, dans ce pays, ne meure de faim, que chacun ait un toit au dessus de sa tête, des chances raisonnables d'apprendre à lire, écrire et compter, et d'empêcher les patrons d'exploiter les ouvriers douze heures par jour pour des salaires de misère comme au temps de la révolution industrielle, grâce à des lois sociales adéquates. Bref, il s'agissait de militer pour organiser la société de telle sorte que chacun ait une chance raisonnable d'avoir une vie pleine, heureuse et épanouïte.

Mais j'ai pas signé pour filer du fric à tous les peigne-culs qui en demandent. Dans mon esprit, "de gauche", ça voulait dire fournir un accompagnement aux plus faibles, aux moins bien nés, afin qu'ils aient une place productive dans la société. Ça ne voulait pas dire transformer la moitié de la population en classe mendiante pour acheter la paix sociale à coups de dette. Je n'avais pas l'intention - et peut-être étais-je sur ce point naïf - d'écraser d'impôts les classes moyennes pour poursuivre des chimères égalitaro-culturels d'intermittents de mes deux. Quand je portais la petite main "touche pas à mon pote" à mon revers, c'était pour lutter contre les discriminations raciales, pas pour ouvrir la porte aux imams Saoudiens et établir un califat en France. Pour moi, "féministe", ça voulait dire accepter le fait que les hommes et les femmes aient des droits égaux, ça n'impliquait pas de suivre les fantasmes d'éradication de la race virile poursuivis par un quarteron de lesbiennes universitaires américaines. Bref, quand j'ai gratté sous le vernis du "de gauche", j'ai trouvé beaucoup de merde qui fermentait depuis un moment.

Et puis, j'ai réfléchi au fondement idéologique même de la chose. Depuis la libération, nous avons mis en place, en France, un système qualifié de socialiste, visant à protéger les gens contre tous les aléas de la vie, la pierre angulaire étant la sécurité sociale avec ses branches maladie, retraite et allocations familiales. A ceci sont venu s'ajouter une législation du travail de plus en plus protectrice pour les salariés et de plus en plus contraignante pour les employeurs, un droit du logement qui est devenu un droit opposable au logement, un salaire minimum, des assurances chômage, des mutuelles obligatoires, et pour finir, le RMI, devenu RSA, la gratuité des transports, le tarif social de l'énergie, et les folkloriques primes de Noël, prime de rentrée scolaire. Bref, l'état déverse des tombereaux de fric à fonds perdus à des gens qui rapidement, les considèrent comme un dû, et ne peuvent plus vivre sans. L'exemple de l'allocation logement est à ce titre frappant : on donne de l'argent aux locataires défavorisés pour payer leur loyer, afin d'éviter que la veuve boiteuse ne se retrouve à la rue l'hiver avec ses trois enfants, dont un tuberculeux, quelle noble intention. Du coup, le locataire étant solvabilisé, le propriétaire monte son loyer. Pourquoi ne le ferait-il pas ? Sauf que le loyer monte aussi pour le locataire d'à-côté, qui ne touche pas d'ALS parce qu'il est au-dessus du plafond, et qui du coup s’appauvrit. Et le pire c'est que c'est lui qui paye l'ALS en question avec ses impôts, avec MES impôts.

Et au fait, est-ce que ça marche ? Il faut bien se le demander, au bout d'un moment. Est-ce que le socialisme fonctionne seulement ? C'est là que c'est intéressant d'avoir un peu vécu, comme moi, car on a un recul et une vision personnelle de l'évolution du pays. Moi ce que je vois, c'est que jamais les Français n'ont payé autant pour la solidarité nationale (et je doute qu'aucun peuple ai jamais payé autant dans l'histoire humaine) et dans le même temps, je constate tous les jours que des gens dorment dehors, sur des matelas, dans des cartons, devant les gares, dans mon immeuble quand ils arrivent à forcer la porte, je n'en ai jamais vu autant. Des noirs, des blancs, des qu'on voit plus bien la couleur, des propres et des qui puent, des jeunes, des vieux, des clochards classiques, des Arabes alcooliques, des punks à chiens, des anciens légionnaires Russes, des drogués, paumés, des roms à pétition, des clandestins Afghans, n'importe quoi, toujours plus nombreux à tendre la main dans les rues, dans les gares, dans les wagons du métro. Et ça vomit dans les coins, ça pisse contre les bagnoles, ça insulte les bourgeois, les salopes, parfois juste les invisibles fantômes invoqués par le delirium tremens.

Eh mais, c'était pas justement le but du socialisme, de faire disparaître tous ces gens ?

Bref, si j'ai cessé d'y croire, c'est parce que tout simplement, ça ne marche pas.

"Donne un poisson à un homme, il mangera un jour, apprends-lui à pêcher, il mangera toute sa vie" disait Maïmonide, ce à quoi tout le monde acquiesce en disant que c'est une bonne idée. Mais quand il s'agit de mettre en pratique, c'est quand même beaucoup plus simple, et plus rentable en suffrages, de filer des liasses d'argent des autres que de réfléchir à la manière de changer la société pour la rendre meilleure.


Sujet sans connexion je pense avec le précédent, qu'il me soit ici permis de m'élever contre une certaine jeunesse, qui n'en est souvent plus une, qui ne trouve rien de mieux à faire de ses journées fériées que de faire la queue, comme des cons, pendant des heures devant une boutique Pokémon VIDE (car toutes les peluches sont parties au premier jour d'ouverture) dans l'unique but de voir une expo de croquis pokémeux et de récupérer un Pokémon spécial dans leur 'dex. C'est une attitude de grosse nouille consumériste, d'autant plus que si on y va après 17h y'a plus un chat.


Tout ça pour un prismillon, y'en
a plein Kalos des prismillons !
Tags: vive sarkozy
Subscribe
  • Post a new comment

    Error

    default userpic

    Your IP address will be recorded 

    When you submit the form an invisible reCAPTCHA check will be performed.
    You must follow the Privacy Policy and Google Terms of use.
  • 27 comments